Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Au coeur du Périgord, en allant vers Montferrand-du-Périgord(24) du 17 août 2014

25 Août 2014, 19:24pm

Publié par Piw

- EPISODE 75 -


DU COTE DE MONTFERRAND-DU-PERIGORD !

SUR LA TRACE DES CHAMPIONS... !

 

vlcsnap-2014-08-25-21h12m34s200             Il y a deux jours, nous roulions sur des chemins gras et humides autour de Paulhiac. Aujourd'hui, nous posons les voitures à Monpazier, sous un soleil généreux qui n'aura malgré tout pas eu le temps d'assécher quelque peu les chemins. Guidés par Stéphane, nous allons nous enfoncer dans le Périgord, en direction de Montferrand et avoir la chance de rouler sur une partie du futur parcours réservé pour une manche Ufolep, autant dire que nous allons profiter de l'instant !

 

              A cette heure matinale, les rues de Monpazier semblent déserte comparé aux heures d'affluences. Nous traversons la bastide tranquillement, en direction du Moulin à Vent. Et jusqu'à Beauvel, nous pouvons dire que ses premiers kilomètres sont une bonne mise en jambes. Nulles difficultés ne viennent se dresser sur notre route, ça roule rapidement, tranquillement, tout en papotant de tout et de rien. Une descente plus rapide à présent pour nous emmener à travers les fameuses forêts de châtaigniers non loin des Esperonnies. Nous traversons ce vaste champs à la terre heureusement pas trop collante avant de retrouver le couvert des arbres. Nous y sommes. C'est ici que nous entrons sur l'une des parties techniques de cette manche Ufolep. D'emblée, le ton est donné. Un fossé profond nous accueille, suivit d'une longue monotrace dans ce bois où l'humidité est omniprésente. L'endroit est sombre, partagé entre le vert foncé des feuilles et le marron des troncs, les lieux semblent impénétrables, comme secrets, et où il ne serait pas étrange que de se sentir observé et épié.

vlcsnap-2014-08-25-21h13m34s41              Cette monotrace est magnifique. Sinueuse à souhait, technique, souvent en dévers, avec ce qu'il faut de relance, une pure merveille. L'on traverse bientôt une étroite route de campagne pour mieux replonger dans cette savoureuse trace. Un talus un peu raide sera l'occasion de se donner en spectacle, chacun son tour. De celui qui le passe à pied, à celui qui arrive juste à temps en haut à ceux qui se jouent de l'obstacle, il en fallait un pour amuser la galerie en finissant à la renverse dans les herbes : moi. Bref, un moment de gloire comme un autre, devise des maladroits. Après cet intermède festif, nous retrouvons cette trace. L'on en finit pas de zigzaguer entre les arbres pour enfin voir ceux-ci se faire plus épars et laisser la place à une végétation complètement différente. Après avoir monté un nouveau talus joueur, la trace reste mais le décor change. Envolées les bois sombres et humides d'il y a peu, le décor ici rappelle à bien des égards les terres arides du Lot. La trace se joue du dévers, au milieu de ses petits chênes yeuses et de ses nombreux cailloux gris pâles. Ce passage, moins long que celui que nous venons de faire se termine sur une descente courte mais raide.

 

vlcsnap-2014-08-25-21h13m44s126              Les chemins se font à présent plus larges. C'est en mode « V2 » que nous atteignons La Mouthe comme pour profiter d'un bon moment de vitesse avant de s'attaquer à l'une, si ce n'est LA plus longue et plus raide montée de ce matin. En remontant jusque sur les hauteurs de Coudougnol, sans fioritures, tout droit par le coteau, c'est quasiment cent mètres de dénivelé que nous prenons ! Autant dire que les jambes, tout comme le mental, furent mises à rude épreuve ! Une pause s'impose une fois en haut et c'est donc quelque peu remit que nous continuons cette sortie estivale et riche de découverte !

              Nous trouvons le GR36 à Saint-Avit-Rivière et allons le suivre un long moment. Par la vallée, nous atteignons rapidement Montferrand-du-Périgord. La montée à travers le village va me faire comprendre que c'est le début de la fin pour moi. Malgré tout mes efforts, j'ai beau faire, mes collègues s'éloignent toujours un peu plus devant moi, comme si mes jambes n'étaient plus que deux coquilles vides que l'on forcerait à pédaler, encore et toujours. Le plus drôle dans l'histoire, c'est que nous sommes au point le plus loin du tracé, autant me l'avouer de suite, je vais en baver pour le retour ! Nous empruntons un sentier étroit à flan de colline juste après avoir laissé l'entrée du château des lieux derrière nous. Un peu plus loin, c'est une superbe chapelle que nous trouvons avant de s'engager pour une longue portion de route jusqu'à Sainte-Croix. Toujours sur les traces du fameux GR36, c'est tout vlcsnap-2014-08-25-21h13m58s20prêt du Moulin de Bouquet que nous allons trouver LA montée infranchissable du moment. Pas très longue, mais criblée d'ornières et de grosses pierres, celle-ci sera fatale pour nous tous excepté Guillaume qui arrivera en haut d'une seule traite.

              Nous voilà au cœur des bois d'A Del Bouygadis. Les larges chemins sont ravagés par le passage de plusieurs 4x4 il y a peu, laissant derrière eux une boue mixée en une infâme pâte épaisse et malodorante. La progression n'est pas aisée, même si l'endroit nous réserve de bonnes surprises ! Et la meilleure d'entre elles viendra de Yohann, sur le bord d'une ornière remplie de boue. Presque arrêté, il n'arriva pas à déchausser son pied gauche, tomba au ralenti, et glissa lentement dans cette ornière qui n'attendait que cela ! Un grand moment de rire devant ce spectacle inattendu ! Le reste de la troupe prendra alors toutes ses précautions histoire de ne pas réitérer l'exploit... Les derniers kilomètres, toujours dans ses bois humides et sombres, seront un vrai supplice pour moi...

 

               Quelle sensation terrible que celle-là ! Chaque tour de pédale est un supplice, et ce même sur le plat ! J'ai beau faire, jamais je n'arrive à remonter à hauteur de mes compagnons, qui semblent pour leur part se jouer de la distance parcourue et des montées que nous rencontrons ! Et moi, je traîne la patte, en lutte permanente dans ma tête, une lutte vlcsnap-2014-08-25-21h14m29s81vaine, car même si la volonté y est, les jambes, elles, ont décidé depuis un petit moment déjà de ne plus suivre, comme si elles accomplissaient les efforts que mon esprit leur demande à contrecœur. Et l'on se sent idiot, entendant en boucle dans sa tête le mot « pourquoi », oui, pourquoi ? Pourquoi ici, pourquoi maintenant, pourquoi moi ? Voilà un « jour sans » comme rare j'en ai connu, et l'envie de voir enfin les premières toitures de Monpazier devient de plus en plus forte à mesure que j'avance ! Enfin, dans un « ouf » de soulagement malgré tout teinté d'amertume, nous regagnons nos voitures, mettant fin à cette torture mentale et physique que furent les quinze derniers kilomètres d'une sortie pourtant extraordinaire en tout point ! Un tracé magnifique concocté par un Stéphane toujours riche de sentiers nouveaux. De splendides villages, des bois et forêts à foison, et l'honneur que d'avoir découvert une partie du circuit du challenge Ufolep. Quarante kilomètres de pur bonheur, au cœur d'une Dordogne secrète et mystérieuse qui recèle une infinité de richesse que nous découvrons ou redécouvrons avec émerveillement à chacune de nos sortie en son sein !  

Merci Stéphane !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 40 kms / Durée : 2h48 / Moyenne : 13,8 kms/h / D+ : 785

 

 


carte170814.jpg

CLIQUEZ ICI POUR VOIR ET POUR TELECHARGER LA TRACE

Commenter cet article