Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Dans les environs de Fumel(47) du 15 décembre 2013

22 Décembre 2013, 21:21pm

Publié par Piw

- EPISODE 44 -

 

 

LES ENVIRONS DE FUMEL !!

QUAND LES BRUMES DU LOT SE DISSIPENT !

 

vlcsnap-2013-12-22-22h08m21s65             La fin de l'année approche. Et pour l'instant, les dimanches font montre d'une météo généreuse. Certes, les températures sont pour la plupart du temps très froides, mais cela apporte un cachet exceptionnel aux paysages que nous découvrons ou redécouvrons lors de nos sorties.

             En cette matinée fraîche et teintée d'une forte humidité, c'est de nouveau grâce au club de Cancon que nous allons rouler sur des chemins nouveaux, et en bonnes compagnies. En effet, la sortie est prévue en deux boucles au départ de Fumel pour un total d'une trentaine de kilomètres pour notre troupe qui se compose d'une quinzaine de courageux !

 

             Neuf heures est légèrement passé lorsque nous quittons l'aire de repos non loin du magasin de Ludo et que nous entamons cette première boucle. Au vue du parcours, celle-ci s'annonce très roulante, sans de grosses difficultés. Les premières minutes sur le bitume seront d'un froid mordant, vitesse et heure matinale en cette saison ne faisant décidément pas bon ménage. Juste avant de traverser le Lot, nous trouvons les traces du GR de Pays que nous allons suivre un petit moment. Pour l'instant, le bitume est à l'honneur, entrecoupé de temps à autres par la traversée de champs plus ou moins longs. Le soleil à peine levé apporte aux paysages encore embrumés une douceur insolite qui apaise quelque peu au sein de cette incisive froideur. Nous traversons Cavaillé et nous dirigeons vers les Bois de Perricard. Une longue et rapide descente, dans un paysage magnifique, nous accueille. De notre position élevée, nous apercevons au loin les toitures de Montayral d'où s'élèvent ici et là de nombreux panaches de fumées. Devant nous, c'est une brume légère qui flotte dans la vallée, en contre-bas. Les rayons du soleil, qui n'ont pas encore réchauffé les terres, amènent en ces lieux leur lumière hivernale, donnant aux environs une ambiance, une atmosphère que l'on pourrait croire tout droit sortie d'anciens livres de contes. On s'élance dans cet infini, et bien que fraîche, la descente est magique ! Et juste après, une des premières montées d'aujourd'hui, afin de rejoindre les hauteurs des Bois de Perricard.

vlcsnap-2013-12-22-22h08m38s242             Nous dévalons à présent un chemin rocailleux et pas très large, avant de pénétrer de plein pied dans ces fameux bois. Le chemin reste joueur, ornières et virages étant bien présent. Nous nous regroupons à Lasballettes et nous engageons pour une longue portion de route afin de rejoindre Saint-Vite et les berges du Lot. Nous voilà à présent sur le retour de cette première boucle, et le sentier qui court le long de la rivière est magnifique. Teinté par endroit de feuilles à la couleur encore dorée brillante sous le soleil, cela nous ferait presque oublier de rester vigilant quant à la nature du terrain. Par moment en devers, d'autres fois plus technique et glissant, ce sentier ne permet pas en cette saison de rouler vite mais cette ambiance « promenade » n'est pas mal venue. Nous profitons des lieux, papotant, rigolant, ou faisant par d'expériences passées, un calme soudain envahit notre groupe qui n'a alors d'autres ambitions que celles de profiter de l'instant, comme une parenthèse, comme un silence posé sur une partition d'une grandiose symphonie où noires, blanches, croches et doubles croches s'éparpillent dans un désordre magistralement bien agencé...

             Nous voilà à présent de retour au point de ralliement et nous allons profiter d'un ravitaillement maison comme le SNCB en a le secret ! Charcuteries, pains frais, boissons, rien ne manque et l'on en oublierai presque qu'une deuxième boucle nous attends !

 

vlcsnap-2013-12-22-22h08m11s218             Il est temps à présent de partir pour la seconde partie de cette sortie. Cette fois-ci, nous allons traverser le Lot et allons rouler de l'autre côté de Fumel. Direction Condat, par le biais de la large piste bien connue des randonneurs en tous genres des environs. L'air s'est bien réchauffé, et le soleil est à présent bien vigoureux dans un ciel d'un bleu océanique. Nous avons tôt fait de traverser Condat et nous retrouvons le GR de pays peu après. Nous allons suivre celui-ci par une large piste fort roulante. Le rythme est soutenue, sans être trop fort non plus. Par endroit, l'ombre des hautes collines s'étalent loin dans les terres, refroidissant l'atmosphère des lieux, et refaisant voir ici et là une végétation encore gelée. Pas d'inquiétude, la suite va rapidement nous réchauffer.

             Nous voilà maintenant à Roc de Calé, aux pieds du Pech du Treil. Et vu le nom et l'architecture des lieux, nul doute que nous allons prendre du dénivelé ! L'ascension débute, sous un tunnel végétal et au milieu de pierres nombreuses, roulantes et fuyantes, aux cœurs d'ornières plus ou moins creusées. Cela ne s'annonce pas simple. Un bon virage en épingle pour nous réconforter dans le fait que la fin est loin, très loin... Impossible d'apercevoir le haut de cette montée, et le plus drôle dans l'histoire, c'est que plus nous montons, plus le terrain se fait raide ! Ajoutez-y maintenant de gros cailloux formant et la tableau est achevé, voilà LE passage physique et technique de cette sortie ! Le silence est roi, hormis le fort souffle de nos respirations, les boutades se sont arrêtées dès l'instant où nous avons compris que l'on allez en baver. Finalement, nous arrivons, les uns après les autres, au bout de nos effort, aux cœurs de cette forêt où d'anciennes carrières furent creusées il y a plusieurs années. Nous pensions alors en avoir finit avec les longues montées... Et pourtant...

 

vlcsnap-2013-12-22-22h07m39s144             Une courte accalmie en ce passage plat et rapide, avant de trouver à nouveau une montée très raide. Nous pensions être en haut, mais comme on dit, quand il y en n'a plus, il y en a encore ! Et c'est repartie, même si ici, adieu cailloux et ornières, le tout est bien plus calme, reste la pente qui est somme tout assez prononcée. Enfin, nous voilà au plus haut point de ce Pech incroyable que nous n'oublierons pas de si tôt. Nous reprenons à présent des chemins plus « normaux » mais toujours très variés. Nous traversons le charmant hameau de Borie et entrons dans les bois de Tuque Rouge. Rapides descentes et montées rocailleuses nous attendent ici, sous une végétation quelque-fois torturée, tourmentée, et quelques-fois bien « rangée », où les pins s'alignent comme les soldats d'un régiment.

             Dans ces contrées encaissées, ne voyant que peu la lumière du soleil en cette saison, les lacs se couvrent d'une fine épaisseur de glace, carcan froid et fragile, qui disparaîtra pourtant aux prochaines pluies. Nous laissons derrière nous La Loubatière et nous dirigeons tout de go vers les hauteurs de Fumel. La forêts est immense et agréable. Nous profitons des lieux, laissant Ludo et Nathalie ouvrir la marche, impressionnés devant leur assurance et leur détermination. Bientôt, nous retrouvons le bitume et arrivons finalement aux portes du château de Fumel.

             De nouveau sur le GR, nous voilà dans un endroit atypique, tout droit sortie de la Renaissance. Les rangés d'arbres longeant les murs du château, ce balcon surplombant le Lot et toute la vallée, ces jardins en terrasses d'où émergent des sources captés, l'endroit ne semble pas avoir connu l'évolution technique. Perruques Louis XV et larges robes portées à la cour du Roi sont les seules choses qu'il manquent pour nous faire faire un grand bon dans notre passé et pour nous faire redécouvrir notre histoire. Et au milieu de ces rémanences éphémère d'une soudaine apparition historique, nos rires, nos plaisanterie, et notre émerveillement devant un tel endroit. Passé et présent se sont ici croisé, un court instant, certes, mais l'éternité n'est-elle pas composée d'une infini de petits moments ?

             Nous voilà de retour à la réalité lorsque nous retrouvons la piste des débuts de cette boucle, signe que nous n'allons pas tarder à conclure cette sortie, les clochers environnants annonçant de leurs corps d'airains la fin de la matinée.

 

             Un tout petit peu plus de trente kilomètres pour cette sortie. Dans l'ensemble, un tracé très calme, et hormis le Pech du Treil, tout se roule tranquillement, sans donner dans l'excès physique et technique. Nous avons eu la chance de découvrir une nature sublimé par une météo hivernale, et les brumes nous convièrent à un spectacle de toute beauté. Une ambiance comme toujours excellente, mais est-il nécessaire de le rappeler ? Plus que jamais, cette fin d'année réserve de bien belles surprises, il serait fort dommage de s'en priver !

 

 

Sur ce, à bientôt pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 32 kms / Durée : 2h15 / Moyenne : 14,3 kms/h / D+ : 400

 

 

vlcsnap-2013-12-22-22h07m00s28

Commenter cet article