Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

De Cuzorn vers les rives du Lot du 30 novembre 2014

20 Décembre 2014, 18:10pm

Publié par Piw

- EPISODE 87 -


EN ROUTE POUR LES RIVES DU LOT !!

PASSAGE AU PECH DU FUSIL...

 

http://lh4.googleusercontent.com/-hIgGhLOFAV8/VJW7ZuLYVQI/AAAAAAAAANY/-fhzdA0n8Qk/w958-h719-no/Cuzorn2014_L4F00003.png             En ce dernier jour de novembre, la douceur est toujours bien présente. Aujourd'hui, Guy nous propose une sortie au départ de Cuzorn, en direction du Lot. Voilà de nouveaux horizons et chemins à découvrir ! Nous sommes cinq à nous retrouver sur la place du village dominée par les ruines de l'ancien château des lieux et démarrons alors que le jour vient tout juste de se lever.

 

              L'on quitte Cuzorn en direction de Capoulette. L'on entre rapidement dans le premier chemin et longeons le petit ruisseau de La Poulètit. Ici, les feuilles jaunes forment au sol un tapis épais, contrastant avec le vert sombre des nombreux pieds de buis qui ornent le talus sur notre droite. De nombreuses racines glissantes se dissimulent en de nombreux endroits. Cet étroit et sinueux sentier laisse bientôt sa place à une large piste qui remonte sur les hauteurs de Pourquiès. La différence de température est étonnante entre la vallée de la Lémance et ses hauts plateaux. Le ciel annonce une belle journée d'une fin d'automne comme on les aime. On se dirige tout droit vers Bonaguil. Une courte descente en pleine forêt avant de trouver une longue montée au nombreux virages en épingles. A peine terminons nous cette montée que déjà, l'on redescend juste après le Périé. Les forêts ont laissé leur place aux prairies plus ou moins vastes. Quelle diversité en si peu de kilomètres ! L'on continue de descendre, traversant le petit village de Couvert avant de rejoindre le vallon où coule le petit ruisseau de Bonaguil. D'où nous sommes, nous ne pouvons apercevoir l'imposant château, mais nous ressentons son imposante prestance surgissant d'une époque lointaine.

http://lh6.googleusercontent.com/-fT1RwEsSYaE/VJW7wJ_WqxI/AAAAAAAAAOA/I4VmzcCLGKI/w958-h719-no/Cuzorn2014_L4F00008.png              Le répit n'est que de courte durée. Déjà, une nouvelle montée s'amorce. Sur un versant du Pech de Loygue, le chemin se fait plus raide et les cailloux plus nombreux. Par endroit, alors que le chemin se fait plus calme, de larges flaques d'eau sont l'occasion de railler les collègues. Finalement, nous redescendons dans la vallée de la Thèze, au niveau de Bouillac. Il va falloir profiter de ces quelques kilomètres de plats. Nous suivons la D673 avant de s'engager sur un chemin de champs afin de rejoindre le GR652. Les choses sérieuses reprennent. Chacun notre tour, nous engageons la longue et épuisante montée vers Cavagnac. Notre groupe s'étire, au gré du rythme de chacun. Il faut dire qu'en plus de grimper fort, il fait une chaleur inhabituelle ! Finalement, les hauteurs de Cavagnac nous dévoilent leurs splendeurs. Une vue à couper le souffle sur la vallée que nous venons de quitter. Et pourtant, nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! Guy a en effet décidé de nous emmener sur les traces du Pech du Fusil et de son immanquable point de vue sur le Lot... Et c'est la prochaine étape, maintenant que nous venons de reformer notre groupe...

 

http://lh4.googleusercontent.com/-tS19QAdN-NQ/VJW8CsFQQ7I/AAAAAAAAAOg/_Xpj8nKoees/w958-h719-no/Cuzorn2014_L4F00012.png              Nous entrons dans les bois par un chemin assez large qui se transforme rapidement en une trace étroite slalomant au milieu de jeunes arbres. Bientôt, la pente se fait plus raide, très raide même. Et au bout de celle-ci, quel panorama ! Voilà un petit moment que je n'était pas revenu ici. La vue est superbe, somptueuse et tous superlatifs voulant dire la même chose. L'on prend plaisir à laisser vagabonder nos esprits devant un tel spectacle, le laissant s'évader entre la terre si loin en contre-bas et le ciel semblant, lui, si proche. Et l'on redécouvre toute la signification de « prendre son temps ». Afin de graver ce décor en nous, l'on reste suspendue aux horloges du temps, l'impression un peu folle que d'avoir le pouvoir de retenir sa course, et de réaliser qu'il ne faut que peu de choses pour être apaisé. « Prendre  son temps », dans le sens noble du terme, est loin d'être une marque de feignantise. Au contraire. C'est savoir profiter de chaque seconde à bon escient, afin d'en retirer le maximum avant que la suivante ne s'avance. Et « le temps » prend alors une toute autre ampleur, concept et définition n'ayant dès lors plus aucun sens, et où chacun crée son propre univers, rédigeant à sa manière les si nébuleuses notions temporelles que physiciens et philosophes n'ont de cesse d'explorer depuis des siècles. Des grandes théories aux grandes rhétoriques, le « temps » court toujours, fuyant, s'échappant, comme du sable dans un sablier. Il n'appartient qu'à soi d'oser retourner ce sablier et de faire du « temps », non plus une contrainte qui passe, mais un pouvoir, un allié, une force ! Dès lors, la différence entre « prendre son temps » et « prendre SON temps » est une évidence, que chacun est libre d'interpréter à sa manière, sans oublier que le temps, lui, est à la fois tout et à la fois un...

              L'on quitte se promontoire par une monotrace des plus jouissive. Des sapins rapprochés, du dévers, des fossés, un pur régal ! L'on rejoint rapidement le Pradal et contournons ensuite les Grèses de Sotoul. Les prairies refont leurs apparitions, rendant notre progression plus lente depuis que l'herbe s'étend sous nos roues. Un vent frais vient http://lh3.googleusercontent.com/-GtdMe5TJ1-s/VJW9IRv-r-I/AAAAAAAAAQQ/u14czr78po4/w958-h719-no/Cuzorn2014_L4F00026.pngde se lever. Nous allons faire une pause non loin de Notre-Dame des Champs, qui domine largement toute la vallée de la Thèze. Nous regagnons celle-ci par une longue descente qui se déroule en grande partie sur des chemins de cultures plus ou moins sauvages. Nous longeons la Thèze par une large piste avant de traverser Larché et d'entamer une longue portion d'une étroite route de campagne...

 

              L'on roule tranquillement. Cette étroite route, encaissée entre les Pechs du Trail et de Faydol, est un léger faux-plat montant. Le retour dans les bois se fera juste après Borie, alors que nous entrons sur la Tuque Rouge. A mesure que nous nous éloignons des terres lotoises, nous retrouvons un décor qui nous est cher. De vastes forêts, où pinèdes et châtaigniers sont maîtres, et où l'humidité n'en est que plus palpable. C'est à vive allure que nous dévalons les larges pistes jusqu'à Séjournet avant de rentrer tranquillement sur Cuzorn par un petit détour entre Guiraudel et La Forge. Bientôt, les restes de la tour apparaissent, concluant cette superbe sortie.

 

              Une bien belle matinée, et l'heure encore raisonnable de notre retour nous pousse à aller déguster une pression bien fraîche au troquet du village ! Sous la houlette de Guy, cette sortie fut magique ! Une météo idéale, de nouveaux chemins en pagaille et un point de vue splendide ! Un tracé quelque peu exigeant tout de même, mais dont le plaisir d'en découvrir chaque merveilles compense largement les nombreuses montées !

 

Sylvain « Piw »

 

Circuit : 35 kms / Durée : 2h30 / Moyenne : 14,4 kms/h / D+ : 700

 

CLIQUEZ ICI POUR VOIR L'ALBUM PHOTOS

 


 


Commenter cet article