Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

En terres Blanquefortaises du 22 février 2015

27 Février 2015, 20:10pm

Publié par Piw

- EPISODE 94 -


RETOUR SUR DES TRACES BLANQUEFORTAISES !

A LA DECOUVERTE DE NOUVEAUX CHEMINS !

 

http://lh5.googleusercontent.com/-Wxbu0UkQOG4/VPDIrhzK05I/AAAAAAAAAUU/UG03vaRAl18/w958-h719-no/220215_L4F00011.png             Et nous voilà déjà arrivé à la fin du mois de février. Un mois en demi teinte côté vtt pour moi, où mes sorties ne furent guère nombreuses. Motivé pour aller rouler sur la première randonné de l'année à Gourdon, dont l'édition précédente m'avait laissé un excellent souvenir, le temps catastrophique du samedi va me faire revoir mes ardeurs et annuler ce déplacement en Bouriane. C'est chez nous que nous allons rouler ce matin, avec un départ prévu de chez moi, en terres Blanquefortaises. Les vacances scolaires éparpillant un peu notre groupe, nous sommes cinq à prendre le départ de cette sortie, sous un ciel gris et dans un air bien frais.

 

              Nous quittons Lauze avec pour premier objectif Naugarède. D'entrée, le chemin que nous suivons monte pendant un long moment. Cela se calme lorsque nous atteignons le plateau que nous appelons « La palombière », même si de palombière ne reste plus que quelques vieilles planches et une rustique échelle en bois sur laquelle ne tient plus que deux ou trois barreaux. Comme de bien entendu, les chemins sont détrempés. Ajoutez à cela les profondes ornières boueuses créées par les 4x4 des chasseurs et vous obtenez un terrain très loin d'être praticable ! Nous gagnons les bois de Mignès afin de faire découvrir à mes camarades un nouveau chemin plutôt sympathique. La descente s'amorce. Bien qu'il faille rester prudent, ça glisse quand même pas mal, c'est un pur régal que de redescendre dans la vallée. Le ruisseau de Naugarède, gorgé des eaux tombées depuis des mois, en vient à couler le long du chemin, nous http://lh6.googleusercontent.com/-IQPN8XeVk_s/VPDICQFm5BI/AAAAAAAAAUU/HbHk0sz1aXg/w958-h719-no/220215_L4F00001.pngobligeant à rouler dans une eau froide et où les pierres sont nombreuses. Malgré tout, l'ambiance qui règne ici à quelque chose de mystérieux. Ce vieux chemin, encaissé entre deux immenses coteaux, n'était autre que celui qui relié Blanquefort à La Sauvetat dans les temps jadis. Nous sortons des lieux et trouvons la route, laissant la porte du passé se refermer derrière nous, gardant jalousement ses secrets jusqu'à notre prochaine venue.

              Nous suivons le bitume afin de monter sur les hauteurs de Naugarède. Dès lors, nous trouvons les traces du GR des lieux et la large et longue piste qui nous emmène en direction de La Brame. Le rythme est rapide, il faut dire aussi que cette piste ne représente pas vraiment de difficulté. Mais plutôt que de suivre le chemin habituel, nous allons soudain quitter cette piste pour redescendre par les bois de Labiden. Voilà un petit moment que je n'avais pas repris ce chemin, doutant qu'il soit encore praticable. C'est une agréable surprise que de voir celui-ci bien propre ! Sitôt la piste quittée, c'est une raide descente qui nous accueille, avec ses virages en épingle, le sol glissant rendant la négociation de http://lh5.googleusercontent.com/-joR-nT9X4aE/VPDKIFzcIiI/AAAAAAAAAUU/G1IYftQiw4Y/w958-h719-no/220215_L4F00004.pngceux-ci plutôt hasardeuse ! Bien que nous soyons en plein cœur de l'hiver, l'endroit dégage un charme immense, dû en parti à ces nombreux charmes (!!) qui représentent la majeure parti d'une végétation encore au repos. L'on n'a guère de peine à deviner un endroit sombre et frais, recouvert d'un épais feuillage jouant avec un soleil puissant, lorsque la saison chaude est venue. Aujourd'hui, c'est une clairière calme, presque reposante, que nous découvrons, bordées par des ruines d'une lointaine époque et dont lierres et herbes folles sont à présent les maîtres des lieux. Nous quittons finalement cet endroit étrange et arrivons bientôt à Aigueparse. Nous entrons en Dordogne. Pour rejoindre la piste suivante, c'est une longue ascension qui nous attend, faisant office de frontière entre les bois d'As Traversier et ceux du Bras de la Femme. Les hauts pins sont à présent l'unique décor qui s'offre à nous. Le soleil fait une timide apparition. Nous profitons d'être arrivé sur les hauteurs pour faire une courte pause avant de reprendre la route en direction de Lavaur.

 

http://lh6.googleusercontent.com/PzXNIVj2RpBA6L4p1Aah4DZhuj0QjPx_WFmhiH3RjUs=w958-h719-no              Jusqu'à ce que nous rejoignons les prés de La Clède tout prêt de Londie, c'est bitume et à nouveau piste que nous allons suivre. Après tout, cela ne fait pas de mal quand on voit l'état des chemins ! D'ici, je décide de rejoindre Baillargal par un chemin, ou plutôt un sentier, qui serpente dans les bois de la Place Rouge, entre pins et châtaigniers et où les bifurcations sont nombreuses et multiples, de quoi vite s'égarer dans ces bois qu'un temps brumeux rend plus inquiétant qu'il n'y paraît ! Le soleil est à présent bien franc, chassant ces visions de fantomatiques brumes, rendant dès lors les lieux beaucoup plus accueillant et reposant ! Je prends un malin plaisir à faire tourner et virer mes compagnons, perdant quelque-fois moi aussi le fil du tracé. Nous débouchons finalement sur la petite route de campagne baignée de soleil qui traverse le petit hameau de Baillargal. Nous venons de traverser l'un des superbes passages des environs ! Les mimosas aux abords de la route ne vont pas tarder à fleurir, inondant alors la nature encore froide de leur jaune éblouissant.

              Notre route nous ramène vers Blanquefort. Direction la Croix de Veyrines par le chemin connu, même si une petite boucle champêtre va venir couper un tant soi peu la monotonie d'une trop longue piste. Je décide de rejoindre l'église de Blanquefort en passant par la mono-trace secrète au milieu des bois de La Bistoule. Un chemin technique et rapide nous emmène rapidement au devant de l'entrée de cette trace, entrée que seul les connaisseurs peuvent trouver, dissimulée entre pierres, chênes torturés et autres buissons. Mais dès que celle-ci se découvre, c'est un grand http://lh5.googleusercontent.com/-WJOUw2B9Prw/VPDIkZPNQ7I/AAAAAAAAAUU/8oylIFk3sCY/w958-h719-no/220215_L4F00009.pngmoment de vtt. Les premiers mètres sont techniques, marches, virages courts et serrés, il n'est pas aisé que de pénétrer dans des bois plus clair. Et lorsque la descente se fait plus rapide, c'est un déluge de plaisir ! Une mono-trace à peine visible, où les arbres semblent venir se jeter sur votre route à la sortie d'un virage, alors que juste après, ils se font plus nombreux et plus étroit, comme s'ils avaient la volonté de fermer la voie, voulant vous empêcher par tous les moyens que de poursuivre la descente. Et lorsque celle-ci s'achève, la tout ne fait que commencer ! Une longue et étroite trace qui court tout le long du Rocher de Gaillard, à flan de coteau, où la pente sur votre gauche appelle au vertige ! Un vrai régal, qui prend fin lorsque les premiers mur de l'église se dessinent aux travers des arbres. Mais l'on ne va pas s'arrêter en si bon chemin ! Pour rejoindre Blanquefort, direction un nouveau chemin juste derrière le cimetière. Pas très long, celui-ci est splendide, tout en technique, dévers, marches et arbres, bref, de quoi terminer cette longue descente vers le village en apothéose !

 

http://lh4.googleusercontent.com/03lS0YW-Nm-bILnewd4FZUUcCc8ElRUURinGQ-n1_Ho=w958-h719-no              Les derniers kilomètres sont devant nous. Après être redescendu le long de la Briolance par le petit sentier du château, nous filons vers Coulon et entamons en suivant la longue et pénible ascension jusqu'à Lauze. Le deal est simple. Nous avons trois solutions, aussi pénibles et physiques l'une que l'autre ! Voilà à quoi il faut s'attendre lorsque l'on démarre une sortie d'un point élevé... Le final sera forcément difficile ! Je décide alors de prendre la solution la plus « sauvage », que peu de personnes connaissent. Il est vrai que cet ancien chemin qui monte sur les hauteurs de Naudy n'est pas si simple ! L'herbe et la mousse au sol semblent vous retenir plus que de raison, alors que l'ascension ne semble jamais se terminer. Nous débouchons bientôt dans un vaste pré bordé d'anciens murs. Nous traversons celui-ci dans sa longueur. Je connais le moindre recoin des lieux, des jeux d'enfants remontant du fond de ma mémoire apparaissent ici et là, tels de fuguasses mirages d'un passé insouciant, mais qu'il est bon de garder jalousement pour ne pas se perdre dans des marasmes de tempétueux tourments et pourtant souvent fort futiles, que nos vies d'adultes n'ont de cesse de dresser devant nous. Les racines de nos vies sont le ciment de notre existence, et plus celles-ci plongent loin dans les profondeur de nos souvenirs, plus ce ciment sera ihttp://lh6.googleusercontent.com/Dghcc9U5c3YjVYUPDBDah50eUBFuAyv-dLNAuSm3dSM=w958-h719-nonaltérable, rendant la route de notre existence aussi forte que la roche, tout en comblant ses multiples fissures d'un mortier que rien ne pourra briser. C'est sur les pages du présent, tenant d'une main la plume du passé baignée de l'encre des souvenirs, que chacun écrit son futur.

               Et tous ces efforts consentis trouvent récompense lorsque nous atteignons la gariotte des lieux. Cachée aux yeux de tous, celle-ci se trouve à quelques mètres des maisons de Naudy, dans un état impeccable. Après une courte descente entre rochers et pieds de houx à foison, nous retrouvons le bitume et terminons ainsi cette sortie.

 

Une petite trentaine de kilomètre, ce n'est guère énorme, mais vu l'état des chemins et la configuration des lieux en mes terres, c'est déjà pas si mal ! Une sortie au temps très agréable, où de nouveaux chemins vinrent égayer la matinée, tout en en empruntant d'anciens que nous roulons rarement, un vrai régal ! L'on termine cette sortie autour d'un bon feu de cheminée et de bonnes bières belges rafraîchissante ! C'est bien beau de faire du sport, faut aussi savoir se détendre !

 

Sylvain « Piw »

 

Circuit : 30 kms / Durée : 2h30 / Moyenne : 11,5 kms/h / D+ : 580

 

  CLIQUER POUR VOIR L'ALBUM PHOTO


Commenter cet article

Sheryl 16/04/2015 17:56

J’adorerai aller à la conquête des nouveaux chemins idéals pour faire du VTT avec vous. Malheureusement, la distance ne me le permet pas. Cependant, tu fais rêver à travers ce blog ! Je découvre en
même temps des endroits et régions intéressants. Cette année sera exceptionnelle, je compte bien me rendre sur d’autres chantiers.