Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La 22ème journée de la Randonnée à Penne-d'Agenais(47) du 21 avril 2014

1 Mai 2014, 14:26pm

Publié par Piw

- EPISODE 61 -


DE LA MONO-TRACE, DES PAYSAGES, DU TRÈS TECHNIQUE... ?

PAS DE DOUTES, NOUS SOMMES BIEN À PENNE D'AGENAIS !!

 

vlcsnap-2014-05-01-16h04m39s204             Aujourd'hui, c'est le Lundi de Pâques. Et comme chaque année à cette date, les adeptes de randonnées ne peuvent nullement manquer la « Journée de la Randonnée » à Penne d'Agenais. A chaque nouvelles éditions, les organisateurs et bénévoles se démènent pour proposer des circuits toujours inédits, des ravitaillements à se damner et une organisation aux petits soins. Nous ne pouvons donc décemment pas rater un tel événement, d'autant plus qu'il s'agit aujourd'hui de la vingt-deuxième éditions. De notre groupe, nous serons trois à nous inscrire sur le circuit de trente-six kilomètres bien que celui de quarante-sept nous fasse les yeux doux... Restons sobre, d'autant plus que la pluie de la veille a dû laisser ses traces dans les chemins. Il y a beaucoup de monde sur le départ, si bien que celui-ci est retardé de quelques minutes et il n'est pas loin de huit heure quarante-cinq lorsque l'énorme masse que nous formons démarre, sous un ciel changeant et dans une atmosphère assez fraîche...

 

             Nous quittons rapidement la départementale pour longer les eaux calmes du Boudouyssou. Les hautes herbes viennent nous caresser les mollets, herbes parmi lesquelles se dévoilent différentes variétés de fleurs, aux couleurs chaudes et variées, preuve que ce printemps tient toutes ses promesses. Lorsque nous quittons ce bucolique endroit, c'est pour retrouver une étroite route de campagne, qui monte de façon prononcée. Cela va avoir pour effet d'étirer un peu notre peloton, et nous permettre de revenir à la hauteur de Yannick. Mes deux acolytes, Laurent et Yohann, sont vlcsnap-2014-05-01-16h05m16s40juste à côté, en témoigne l'étonnant bruit venant du vélo de Laurent, semblable à une vielle cigale fatiguée de chanter (le bruit, hein, pas le vélo... ni Laurent !). L'ascension se calme un peu jusqu'à ce que nous arrivions à Sartrou où nous allons enfin passer aux choses sérieuses. Deux virages en épingle et nous voilà tous en file indienne à arpenter ce premier single à flan de colline. Mais le syndrome du nombre aidant, il ne faut pas longtemps pour que notre file s'arrête, puis reparte, avant de se stopper à nouveau. Nous prenons tous cela avec une grande philosophie, et nous voilà de nouveau en selle quelques minutes plus tard.

             Nous atteignons finalement les hauteurs de ce Pech et allons y rouler un moment. C'est une grande majorité de mono-traces qui nous attendent ici, entre chênes torturés typiques des coteaux et où le soleil semble jouer à cache-cache au travers des feuilles qui viennent parfois vous fouetter le visage. Par moment, le décor se dégage pour laisser, un court instant, la place à quelques vastes pâtures pour mieux retrouver des tunnels de verdure qu'il est si bon de découvrir ! Non loin de Combedalles, nous engageons la descente pour la vallée. Ça descend, fort par endroit, et les virages serrés sont légions. Les débuts de cette descente peine à voir les rayons du soleil tant la végétation est ici dense et épaisse. L'humidité n'en est que plus forte et la terre sous nos roues que plus glissante ! Finalement, nous débarquons sur le bitume, et poursuivons sur celui-ci pour un petit moment. Voilà une superbe descente que nous venons de vivre, et nous étions à ce moment là encore loin d'imaginer ce qui nous attendait par la suite !

 

vlcsnap-2014-04-28-15h04m52s218             Nous laissons enfin la route. Au bout du pré que nous traversons, nous trouvons un fossé au fond duquel un petit cour d'eau file, un passage aisé en apparence. En apparence juste, car il n'en fallait pas plus pour que je plante ma roue avant dedans et que je plonge les deux pieds dans cette eau encore froide ! Hilare, mes deux collègues choisissent donc l'option prudence et traverse à pied. Nous remontons ensuite vers Escarbisses, par ce chemin apparemment très ancien, à l'entrée habilement dissimulé par un haut buisson aux fleurs d'un blanc éclatant. L'ascension n'est pas très longue, cela ne fait pas très longtemps que nous sommes partis, et pourtant, nous parlons déjà du premier ravitaillement, à croire que nous sommes ici juste pour manger ! Nous voilà sur les hauts plateaux de Massoulès. Un vieux chêne joue les sentinelles au milieu des prairies, baignées d'un soleil bien présent dans ce ciel bleu où les quelques nuages apportent finalement un certain cachet au décor céleste. Nous allons de nouveau suivre la route, sur ce plateau, avant de s'attaquer aux mono-traces du Pech de Capelle. Et nous voilà en train d'écrire le second chapitre de cette saga où les Pechs se succèdent pour notre plus grand bonheur. Au beau milieu de cette végétation, nous n'avons même plus conscience de la civilisation et progressons de virages en talus, des étoiles dans les yeux et du bonheur sous levlcsnap-2014-05-01-16h18m47s231s roues ! Par moment, les arbres frôlent les guidons, les pierres, nombreuses, vous font faire des écarts imprévus, le sentier regorge d'une multitude d'obstacles qu'il est bon d'éviter au gré de sa progression. Par moment, le décor se fait plus aéré, pour mieux retourner sous l'épais feuillages des arbres. Nous ne sommes pas encore au bas de ce Pech, alors qu'une « épreuve » plus prononcée que les autres se présente. Une descente vraiment sévère, dont le passage se résume à une profonde ornière à la suite d'un talus pentu et rocheux. Certains passent sans problème « hein Yohann ! », d'autres jouent la carte de la prudence, d'autres encore finissent par terre. Les commentaires, les remarques fusent, les rires aussi, devant les diverses tentatives du groupe que nous formons ici. Enfin, il est temps, un peu plus bas, que de remonter en selle et de rejoindre le premier ravitaillement, après cette descente épique, sublime, comme seule cette randonnée sait nous les proposer !

 

 

             Le ravitaillement. Beaucoup de monde présent devant cet étal impressionnant de victuailles ! Il y en a pour tous les goûts, du salé, du sucré, et niveau boisson, c'est du même acabit, tant et si bien que nous prenons (trop?) vraiment notre temps, goutant un peu à tout, et dégustant les succulent sandwichs au jambon ! Et lorsque nous repartons, c'est avec l'impression d'avoir un peu trop abusé de la charcuterie !

 vlcsnap-2014-05-01-15h59m15s39            Une petite route de campagne qui court sur quelques kilomètres, ce n'est pas un mal pour se remettre en jambes. Rapidement, celle-ci se transforme en une impressionnante ascension, ascension qui se poursuit sur un chemin dans les bois jusqu'à remonter sur les hauteurs de Guitard. Pourtant, ne reprenons rapidement la descente vers la vallée. Rare sont les singles sur cette portion, et les champs succèdent aux larges chemins boisés. Enfin, nous traversons les étroites et anciennes ruelles d'Auradou, surplombées par l'église, et dont les bâtisses alentours ont encore sur leurs façades les stigmates de leur longue histoire, et où les vieilles pierres gardent jalousement tous les secrets de ce lieu de vie, là où se croisèrent des existences palpitantes ou plus simple, mais toujours unique. Nous quittons le village par un chemin de verdure, très humide, contrastant énormément avec ce que l'on vient de faire. Il n'en fallait pas plus pour se donner en spectacle ! Yohann, décidément bien en forme aujourd'hui, est toujours devant et parvient le premier sur le bitume. Pour Laurent et moi c'est une toute autre histoire... C'est moi qui vais ouvrir les hostilités en glissant lamentablement dans la boue, m'étalant de tous mon long dans la fange et les orties. Bien sur, Laurent juste derrière, arrive hilare et railleur. Il me dépasse, je me relève et à peine ai-je le temps de clipser les pédales et de relever la tête que je vois mon collègue, dix mètres plus loin, partir à son tour dans les herbes humides, dans une roulade du plus bel effet ! Les fous rires éclatent, sous le regard amusé vlcsnap-2014-05-01-16h02m16s30de Yohann un peu plus haut. Un vrai duo de clown, et c'est aussi ces moments simples, loin des tracas et soucis d'une vie qui avance toujours plus vite, toujours trop vite, qui vous vident l'esprit, perdu en pleine nature, comme en étroite communion avec celle-ci ! Et c'est aussi pour cela que le vtt est magique !

             Nous laissons les rires de côté lorsque se dresse devant nous « l'effroyable » montée que voici ! Et oui, pour atteindre les hauteurs du Pech del Rey, il va falloir appuyer fort sur les pédales, au moment où le soleil décide enfin à se montrer ! C'est donc à bout de souffle que nous arrivons au terme de cette éprouvante ascension. Comme une récompense, le deuxième ravitaillement se tient un peu plus loin, et une nouvelle fois, nous ne nous privons guère de ce qui nous est proposé !

 

vlcsnap-2014-05-01-16h02m55s185             Après cette pause, nous voilà repartie pour la dernière portion du tracé ! Et quelle portion nous attend maintenant ! Une pure merveille, une trace unique, recherchée, vraiment pensée pour prendre un plaisir immense dans des décors et paysages de rêve ! Le temps semble comme suspendu depuis que nous avons quitté le ravitaillement, et le sentier se roule avec un bonheur sans cesse renouvelé. Nous profitons d'un passage à flan de coteau pour admirer le paysage, tout en pensant qu'il ne vaut mieux pas dévier de l'étroit passage sous peine de dévaler ce Pech de façon directe ! Les muscles sont mis à rudes épreuves, tant les changements de directions, les petits talus ou les descentes à la fois rapides et techniques, sont nombreux ! Ici, rares sont les occasions de souffler et l'ensemble forme une portion vraiment cassante, qui commence à vraiment se sentir dans les jambes et les bras. Au vu du nombre de kilomètre qu'indiquent nos compteurs, nous ne sommes plus très loin de l'arrivée. Nous entamons la dernière descente vers la vallée. Nous quittons cette pruneraie et c'est de nouveau un single étroit, tortueux et sournois qui nous emmène sur les bords du Merlet, petit ruisseau que nous allons longer jusqu'à revenir à notre point de départ.

             Bien que roulants et plats, la fatigue fait à présent son office, et ces derniers kilomètres qui nous séparent du retour ne se font pas sans mal. Les crampes commencent à faire leurs apparitions, insidieuses, alors qu'il n'est point aisé de tenir le rythme d'un Laurent tout à coup ragaillardi ! Finalement, nous atteignons le point d'arrivée, après vlcsnap-2014-05-01-16h03m16s143trente-six kilomètres d'un tracé magistral !

 

             Et voilà, l'édition 2014 de la Journée de la Randonnée s'achève pour nous. Et ce fut une nouvelle fois grandiose ! Bien que n'ayant roulé que sur le circuit de trente-six kilomètres, le bonheur fut total et l'on devine le travail de titan qu'il y a derrière cette journée pour proposer de tels parcours ! Rien n'est laissé au hasard, cela se sent, et tout est réglé comme une horloge. Revenons sur le cœur même de cette matinée, le tracé, bien évidemment. Que dire, si ce n'est de nouvelles éloges ? Les superlatifs manquent pour décrire ce que nous avons vécu aujourd'hui. De superbes singles égayèrent une grande majorité du parcours, qui se révéla tout de même assez difficile. Les portion plus calme, sur la route principalement, furent judicieusement placées, permettant de se reposer un peu avant de replonger avec délectation dans une myriade de mono-traces toutes différentes et vraiment dépaysantes ! Du côté des ravitaillement, ce fut aussi un sans fautes, avec des étals très bien achalandés et des bénévoles souriants.

             Nous quittons donc une nouvelle fois Penne d'Agenais, l'esprit encore entrain de jouer entres les arbres des nombreux Pechs environnants, avec la ferme intention que de revenir poser nos roues en ces terres l'année prochaine !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 36 kms / Durée : 2h26 / Moyenne : 14,7 kms/h / D+ : 640

 

bd210414

vlcsnap-2014-05-01-15h59m53s126

carte210414
 


Commenter cet article

Berthoumieux 03/05/2014 18:16

Bonjour

Je suis le Président du club organisateur ESCAPADE. Merci pour votre super commentaire, nous sommes ravis que notre rando vous plaise autant. Vos articles sont 1 grande pub pour nous. La partie
supplémentaire du 45 étaient magnifique également avec 2 belles bosses et 2 descente très rapide.
Je ais pas si c'est votre truc, mais nous organisons 1 3 h VTT à St Aignan le 19 octobre.

merci encore pour votre commentaire

Sébastien

Piw 05/05/2014 16:38



Merci pour votre commentaire ! Votre rando est un exemple d'organisation, de balisage et de recherche de traces ! C'est un réel plaisir que de venir rouler chez vous chaque années, et si mes
quelques lignes peuvent vous apporter un peu de publicité, j'en suis très heureux !


A bientôt