Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La Capelaine 1ère édition à Lacapelle-Biron(47) du 14 avril 2013

17 Avril 2013, 20:12pm

Publié par Piw

Bonjour à toutes et à tous !

 

vlcsnap-2013-04-17-22h07m52s34          Enfin, cet hiver qui semblait ne jamais vouloir tirer sa révérence laisse place à un printemps qui, tous le monde l'espère, s'annonce ensoleillé. Nouvelle rando aujourd'hui, et pas très loin de chez moi, à Lacapelle-Biron. Il s'agit de la première édition de « La Capelaine » et je dois bien avouer, que pour avoir reconnu le tracé au mois de février, que celui-ci ne m’emballait pas vraiment. Pourtant, cette matinée va me prouver s'il en était besoin, que bien au-delà du tracé, c'est surtout l'esprit qui règne dans ces moments là qui fait la majeure partie du travail ! Départ libre vers 8h30, et beaucoup, mais alors beaucoup de monde ce matin ! C'est au beau milieu d'une nuée de marcheurs que je vais m'inscrire. Bientôt rejoins par Stéphane, Ludo, Nathalie, Franck et Dominique, nous démarrons un peu après le gros des troupes.

 

         Nous quittons Lacapelle en direction de La Sauvetat. Du stade de rugby jusqu'à la ferme de Macate, l’ascension est longue, surtout d'entrée et à froid. Je pensais que les chemins auraient quelque peu séché, ce qui n'est pas vraiment le cas et par endroit, vous avez droit à de très belles flaques d'eau et de boues et à de longues portions glissantes où vos pneus laissent une trace aussitôt recouverte de cette fange dans un terrible bruit de succion. Ça promet de bien beau moment, surtout que l'ambiance de notre groupe est vraiment à la déconne, il va falloir rester sur ses gardes. On quitte La Sauvetat pour une grande portion de route avant de s'attaquer à une longue descente très rapide par temps sec. Fait étrange, personne de notre groupe ne partira en « échappé » et nous resterons tous ensemble tout du long. On dépasse Al Calfour et nous attaquons à la première vrai difficulté de cette matinée, la montée jusqu'aux Anjeaux. Ça glisse, ça patine, bref, la maîtrise n'y est plus vraiment et seul le chemin est maître de notre progression. Certain passeront sans encombres, d'autres moins, mais à peine une dizaine de kilomètres que déjà le premier ravitaillement poinvlcsnap-2013-04-17-22h08m30s171te le bout de son nez. Un stand vraiment bien garni et il y en a pour tous les goût. Bien sur, notre préférence ira vers le pâté et le verre de rouge, on se refait pas !

         La suite va nous ramener sur les hauteurs de Gavaudun où une nouvelle fois nous aurons droit à de belles frayeurs dû à un chemin plus glissant que prévu. La descente jusqu'à Saint-Avit est juste superbe, avec se qu'il faut de pierres, de virages et de prises de vitesse. C'est dans ce charmant petit bourg que Stéphane décide de nous quitter alors que le tracé nous envoie vers Le Moulinal. De nouveau, ça grimpe, toujours dans cette gadoue qui ici s'est embaumée d'une odeur bien spéciale, un peu comme le croisement des effluves d'une benne à ordures et d'un œuf depuis trop longtemps couvé... On va tâcher de ne pas tomber... Arrivés au camping, un second ravito se présente à nous, mais nous n'y resterons pas bien longtemps, le précédent ne remonte pas si loin que cela. Nous longeons les abords du lac sur lequel quelques colverts profitent tranquillement de cette soudaine douceur. L'herbe, encore baignée de la fraîcheur du matin, s'est teintée d'un vert émeraude des plus éclatant alors qu'un peu partout dans les prés, une multitude de fleurs laissent éclore leurs pétales faisant le bonheur des abeilles et autres bourdons à peine éveillés d'un hiver si long.

 

         A La Vayssière nous rattrapons le GR36, et dès lors, tout va partir en vrille... Les prémices de ce qui s'annonce furent la traversé du ruisseau de Clairefond. Notre groupe ainsi que d'autres devant nous, se jette à corps perdu dans cette bataille, prenant le plus de vitesse possible et levant les pieds aussi haut que possible dès l'instant où la roue avant s'enfonce dans l'eau. Un geste comique et pourtant bien inutile, on est quand même trempe... Nous entrons à présent dans la Forêt de Biron et les choses vont aller crescendo. D'abord Ludo, qui par ce large chemin très roulant, a mal évalué sa vitesse ET la profondeur de la flaque dans laquelle il se jette volontiers. Un peu en retrait derrière lui, ce fut un véritable mur d'eau qui se dressa tout autour de lui alors que son cri de surprise témoigne du rafraîchissement qu'il vient de recevoir. Un peu plus loin, c'est la traversé d'un petit ruisselet qui va nous faire souhaiter intérieurement que le collègue y plonge la tête la première dedans. Et enfin, comme pour conclure cette série, voici venir le bourbier.

         D'emblée, nous savions que cela nous pouvait pas passer. Pouvlcsnap-2013-04-17-22h07m29s63rtant, comme mû par une envie soudaine de faire ressortir notre côté sanglier, nous tenterons quand même le passage... Et la scène fut alors la suivante : Franck, encore sur son vélo alors que la boue recouvrait la moitié de ses roues, tentant de se tenir à un arbre, Ludo, juste derrière lui, essayant tant bien que mal de décrocher sa pédale pour remonter sur le talus, et moi, carrément un pied dans cette boue, mort de rire... Et lorsque que la fine branche à laquelle se tenait Franck finit par rompre, l'instant fut mémorable ! Il est certains que le craquement de cette branche et le cri de surprise d'un Franck en équilibre sur la selle de son vélo doivent encore résonner dans les contre-fonds de la forêt de Biron !

Dominique et Nathalie furent plus sage et longèrent cette flaque qui restera malgré tout un très bon moment de rire !

 

         Nous reprenons plus ou moins le cour normal de cette rando et revenons à Biron par la piste des Potences. Un dernier ravito se tenait là, fruit sec et coca étant au programme. Le retour se fera par La Tuque et son chemin maintes fois roulé. Un petit détour par le « parc » de Lacapelle où de petits ponts de bois concluront le tracé de cette rando. Pourtant, à peine trente trois kilomètres aux compteurs, sur les trente sept annoncés, nous décidons de refaire une petite boucle histoire de se rapprocher des quarante bornes. Ni une ni deux, nous voilà remontant par la route du début avant de se diriger var La Valprionde par un chemin que nous n'avons pas l'habitude de prendre et qui est pourtant superbe. Nous rejoindrons ensuite Saint-Avit et retournerons àLacapelle après sept kilomètres de plus. Un bon tourain nous est offert et c'est autour de cette soupe et d'une pression bien fraîche que nous referons le film de cette matinée qui restera très certainement gravé dans nos mémoires comme l'impression soudaine d'un fugace retour en enfance, fugace mais terriblement jouissif et c'est bien là le principal !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

On a aimé :

  • Une matinée de déconne et de rigolades.

  • Trois ravitos pour trente bornes !

  • 400 personnes au total !

On a moins aimé :

  • Un kilométrage revu à la baisse, dommage...

  • Un tracé certes joueur mais pas très original.

Circuit : 33 + 6,5 kms / Durée : 2h30 / Moyenne : 16,1 kms/h / D+ : 533

 

 

 

 

 

140413 


 

 

Commenter cet article