Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La Capelaine -2ème édition- à Lacapelle-Biron(47) du 13 avril 2014

21 Avril 2014, 15:14pm

Publié par Piw

- EPISODE 60 -


MÊME CHEZ NOUS, LA POISSE NOUS POURSUIT !!

PASCAL ET SA CHAÎNE, UNE GRANDE HISTOIRE ...

 

       vlcsnap-2014-04-21-17h00m14s249      Après Paulhiac la semaine dernière, c'est au tour de Lacapelle-Biron d'organiser sa randonnée annuelle, La Capelaine. Sur place un peu après huit heures, l'inscription faite pour le grand circuit, il n'y a plus qu'à attendre que tous mes collègues arrivent pour s'élancer sur nos chemins désormais bien connus mais dont c'est toujours un plaisir que d'y poser ses roues.

 

             Le départ étant libre, notre groupe quitte Lacapelle une fois au complet. Un épais brouillard couvre les paysages, rendant l'air bien frisquet lors des premières descentes. Nous suivons le GR36, le temps de remonter sur les hauteurs de Macate. Le rythme s'accélère alors que nous entrons dans les bois de l''Escurade, où le chemin est sinueux et très joueur. La Valprionde, petit hameau lui aussi baigné dans ce brouillard presque automnal, est d'un calme imposant, si ce n'est le frottement de nos pneus sur le goudron. La descente suivante est rapide et quelque peu technique, et c'est au bas de celle-ci que nous nous rendons compte que les déboires de la semaine dernière ne sont pas encore terminés. La chaîne de Pascal vient de se rompre, fier qu'il était de n'avoir rien cassé dimanche dernier. Une attache rapide plus loin et nous repartons, apprenant que Christophe vient d'avoir le même problème un peu plus tôt. Décidément, cette matinée s'annonce comique !

   vlcsnap-2014-04-21-17h02m22s44          Nous laissons Bouyé derrière nous et entamons une longue portion qui s'annonce juste superbe. Celle-ci débute par une descente assez technique en plein bois, où de gros pavés rocheux quadrillent le chemin, pavés d'autant plus glissant que le brouillard se lève doucement, laissant une fine couche d'humidité au sol. Le rythme s'accélère à mesure que nous descendons dans cette petite vallée des Cro de Laligne. Pourtant, tout superbe que fut le chemin que nous venons de vivre, celui qui s'annonce maintenant n'est en rien comparable et est sans nul doute l'un des plus beaux de nos contrées. Notre troupe se rassemble, et nous nous engageons sur cet étroit sentier, Ludo en tête. A cet instant, une seule chose, profiter de cet endroit unique, de ce sentier superbe, et de cette végétation à présent bien éclose et dont les odeurs champêtres embaument une nature calme et paisible. Rien ne peut entraver notre cavalcade à travers ce sentier étroit. Les discussions ont laissé la place au pilotage, et chacun observe et détaille le moindre morceau de terrain au devant. Soudain, le tracé nous fait prendre une épingle à droite et le ton change. Point de fioritures, nous passons de cette fabuleuse descente à une non moins épique montée. Nous faisons face à un véritable champs de pieds de houes. La trace n'est pas large, et nos jambes se souviennent encore d'un tel passage ! D'autant plus que ça grimpe fort, impossible de passer sur le vélo, c'est donc à pied que nous poursuivons, non sans assister à une très belle chute de Pascal. Il ne nous reste à présent plus qu'à redescendre dans la vallée de la Lède pour une courte mais reposante vlcsnap-2014-04-21-17h05m45s17portion bitumée.

 

             Nous n'en avons pas finit avec les difficultés ! A peine venions nous de retrouver un peu de calme que déjà la montée suivante s'annonce. Toujours ces cailloux, toujours glissants, et jusqu'à Beaugel, c'est une parade de glissade et d'équilibriste à laquelle nous sommes conviés. C'est fait, le plus dur est maintenant derrière nous, même si certains endroits promettent encore de la technique, en témoigne la descente jusqu'à Saint-Avit, au fond de laquelle s'écoule ce petit ruisseau à l'eau claire et pure. Mais pour arriver jusqu'à lui, c'est de nouveau de gros rochers que le chemin nous oppose, les affres du temps rendant ceux-ci toujours plus lisses et glissants. Le tout est de trouver la bonne trace, d'avoir un brin de chance et l'ensemble se passe malgré tout. Enfin, le premier ravitaillement pointe le bout de ses victuailles, lorsque les eaux du lac du Moulinal se présente à nous. Nous profitons de cette courte pause. Pourtant, le stand n'est pas trop achalandé et il n'y a pas grand choix à se mettre sous la dent. La mousse de foie tartinée sur de fines tartines de pain n'est pas mauvaise, mais cela nous vous cale pas son vététiste ! Il est l'heure de repartir, et, un nouveau coup du sort pour un Pascal qui n'en finit plus de collectionner les problèmes mécaniques ! Après la chaîne, voilà sa roue arrière complètement à plat... Après cette seconde pause imprévue, nous redémarrons pour la suite du circuit.

 

vlcsnap-2014-04-21-17h00m49s117             Direction Biron pour cette seconde partie. Après un rapide tour très joueur et très cassant dans les Bois de Vinssou, nous allons pénétrer au sein de La Forêt de Biron avant de rejoindre les traces du GR36. Par endroit, nous retrouvons encore de belles flaques de boues. Et le chemin du vieux Moulin redescendant sur Biron en est la preuve. Nous y sommes passé la semaine dernière, et malgré les fortes températures des derniers jours, rien n'a changé ici, le boue est partout, omniprésente, nous faisant prendre les champs afin de réduire les dégâts. Nous montons à présent dans Biron et déjà, nous trouvons le second ravitaillement. Dommage, celui-ci n'est pas plus fournit que le précédent et ne nous attarderons pas longtemps.

             Biron s'éloigne derrière nous à mesure que nous progressons vers les Bois Haut. Courte descente, longue montée, et s'en suit une large piste pas vraiment reposante. Nous arrivons maintenant à un passage sauvage, inédit, fraîchement découvert et réouvert par Stéphane. Nous descendons en plein bois, slalomant entre les centaines de pins droits comme des « I », où les jeunes fougères prennent leurs teintes vertes foncées. Des petites bosses, des virages en épingles, des arbres qui passent parfois pas loin, l'instant est à nouveau superbe. Un petit air de hors-piste ici, un moment sauvage, perdu, dont seul la sauvagine en connaît les vlcsnap-2014-04-21-17h04m12s121moindres recoins. Nous sortons à découvert lorsque nous dévalons les prés du Fournet et que nous retrouvons le bitume à Clairefont. Un petit détour dans les châtaigniers avant de rejoindre La Tuque et sa sinueuse descente vers la large piste en contre-bas. Les virages en angles droits sont légions, et les ornières bien dissimulées. Laurent ne dira pas le contraire, ayant finit sa course dans les buissons bordant le chemin. Une seconde gamelle en cette matinée, nous sommes gâtés ! Nous regagnons à présent Lacapelle par le GR, surpris que le tracé ne fasse en réalité que trente-trois kilomètres en lieu et place des quarante annoncés. Pas bien grave diront certain, c'était sans compter sur les Blanquefortais pour n'en n'avoir jamais assez ! Et nous voilà reparti, sur la boucle de dix kilomètres, afin de dépasser cette barre de quarante kilomètre !

 

vlcsnap-2014-04-21-17h04m50s212             Nous voilà plus que trois de notre groupe. Le soleil est bien fier dans le ciel, et cela se sent à la température ambiante ! Nous quittons de nouveau Lacapelle et gagnons rapidement Saint-Avit. Nous refaisons un court passage du précédent circuit et ce n'est que derrière le Moulinal que nous quitterons les chemins connus et prendrons la direction de La Vayssière. Le ruisseau de Clairefond qui traverse le GR est plus profond qu'en apparence, tant et si bien que nous n'avons plus vraiment les pieds au sec. La fatigue se fait largement sentir, et le moindre petit-faux plat n'en finit pas. Nous suivrons ce GR jusqu'au retour, profitant enfin d'une bonne soupe et d'une pression plus que bienvenue !

 

             C'est toujours un vrai plaisir que de rouler par chez nous, plaisir décuplé quand il s'agit en plus d'une randonnée ! Un tracé vraiment unique, très technique sur sa première moitié, plus calme sur la suivante, mais toujours très varié ! Dommage que les ravitaillements péchèrent par leur manque de diversité, et que les quarante kilomètres annoncés n'en firent au finale que trente-trois, mais pour le reste, ne changez rien, c'est du tout bon !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 33 + 10 kms / Durée : 2h44 / Moyenne : 16,4 kms/h / D+ : 610

 

 

carte130414 02CLIQUEZ ICI POUR VOIR ET POUR TELECHARGER LA TRACE DES 10KMS

Commenter cet article