Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La Colomboise à Ste Colombe de Lalinde(24) du 1er septembre 2013

6 Septembre 2013, 20:37pm

Publié par Piw

- EPISODE 30 -

LA DORDOGNE ET SES TRÉSORS !!

UN TRACÉ EXIGEANT POUR DES CHEMINS DE RÊVES !!

 

vlcsnap-2013-09-03-21h50m01s182Bonjour à toutes et à tous !

 

           Aujourd'hui, je vous emmène au cœur de la Dordogne sur les chemins de La Colomboise, une randonnée organisée à Sainte Colombe de Lalinde. Petit village et ancienne commune située tout près de Lalinde, celui-ci fut rattaché à cette ville juste après la Révolution. Nous nous y rendons ce matin pour participer à la huitième édition de leur randonnée. Bruno et moi-même arrivons assez tôt sur place, bientôt rejoint par Laurent. Yannick, Gaël, Alain ainsi que Pierre et Franck de Cancon ne tarderont pas non plus et c'est pour le grand circuit, celui de quarante-cinq kilomètres, que nous nous inscrivons et profitons d'un petit café juste avant que le départ ne soit donné...

 

Chapitre 1 : du kilomètre premier au kilomètre dix-sept – DES RAVITAILLEMENTS À NE PLUS SAVOIR QU'EN FAIRE !

 

           Nous sommes nombreux à avoir fait le déplacement ce matin, et l'organisation nous met en garde avant le départ. Dès la sortie du village, nous trouvons un large chemin de castine qui descend « fort », comme nous en informe notre orateur. Et en effet, poussière et cailloux fuyants et volants sont évidemment de la partie devant cette masse de vététistes qui dévalent cette piste. Ce n'est pas vraiment le moment de tomber, cela ne serait pas vraiment glorifiant, mais en plus de ça, ce serait la meilleure solution pour former un tas disgracieux et difforme à la fois mécaniques et organiques. Dans l'euphorie du départ, le rythme est très élevé, comme si chacun voulait mettre le plus de distance possible entre lui et le départ, sans réellement savoir pourquoi. Ça roule fort, donc, et ces premiers kilomètres sont l'occasion de se mettre dans le bain sans de grosses difficultés. Majoritairement en sous-bois ombragés et même frais à certains endroits, et déjà se présente le premier ravitaillement à la sortie des bois de Courgniol et après six kilomètres. Bien peu d'entre nous s'attarderont ici et c'est rapidement que nous reprenons cette rando.

 

           C'est ici qu'un étonnant jeu du chat et de la souris commence alors...Pierre et Franck quittant ce premier ravitaillement quasiment au même moment que notre groupe mais prenant un peu plus d'avance sur les chemins...

 

          vlcsnap-2013-09-06-22h23m17s154 Il ne faut pas longtemps pour que le tracé nous fasse retourner dans les bois. Pour l'instant très roulant, le ton va quelque peu changer avant d'arriver à Montirat. Profitant d'une superbe gariotte et de la traversée d'un ancien petit pont de pierre, nous ne nous attendions pas à ce que le chemin change si soudainement. Place à la technique lorsque de grosses pierres se font très présentes sous vos roues, le tout en montée bien évidemment. Ça passe mieux pour certains que pour d'autres, et nous venions d'avoir sans s'en douter un seul instant un petit aperçu de ce qui nous attends lorsque nous aurons dépassés le vingtième kilomètre... Mais nous n'en sommes pas encore là, et juste après une descente très rapide, nous arrivons au cœur de Pressignac-Vicq où se tient déjà le second ravitaillement, le long des murs de cette imposante église du XIIème siècle doté d'un véritable clocher donjon pour assurer la protection du village, donnant à l'ensemble des airs d'imposante forteresse (1)(2). La halte que nous y faisons est d'un coup plus longue que tout à l'heure et c'est dans une très bonne ambiance que nous profitons du calme et de la plénitude des lieux...

 

            Nos deux comparses sont sur place depuis peu mais font mine d'être arrivée depuis longtemps déjà. Baliverne, nous ne les avons perdu de vue que un ou deux kilomètres avant la pause... Et ils repartent devant alors que nous en terminons avec les victuailles...

 

vlcsnap-2013-09-03-21h59m10s47           Nous quittons ce charmant petit village et suivant toujours les pas du GR de Pays Louyre et Lindois. Les prochains kilomètres seront d'un calme certain et nous en profitons pour rouler tous en groupe. Nous quittons le bitume pour une large piste montante suivit d'une très longue descente très rapide sur cette même piste. De retour dans la vallée, le chemin ne change guère si ce n'est que nous venons de quitter le couvert des arbres pour longer un large champs de maïs. Doucement, cette piste se transforme en faux-plat pour se terminer en une bonne montée. Mais c'est au bout de celle-ci que nous allons trouver la troisième pause de ce matin, nous n'allons pas mourir de faim !

 

           Décidément, Pierre et Franck sont toujours sur le ravitaillement lorsque nous arrivons. Pourtant, ils ont encore un peu plus d'avance sur nous et cette fois-ci ne déroge pas à la règle. Ils ne tardent pas à repartir, non sans quelques boutades de part et d'autres !

 

Chapitre 2 : du kilomètre dix-sept au kilomètre vingt-neuf – L'AUTRE VISAGE DE CETTE RANDO

 

vlcsnap-2013-09-03-21h59m32s6           Nous terminons cette pause bienvenue, et c'est maintenant que les choses sérieuses vont vraiment commencer. Aux dires des organisateurs, les deux derniers tiers sont nettement plus durs que le premier. Nous allons pouvoir en juger sur pièce lorsque nous quittons le GR et que nous entamons une descente très rapide par un single qui tourne d'un coup dans un virage à 180°. Enfin, nous arrivons au bout de cette descente et c'est là que nous comprenons le changement radical qui s'opère devant nos yeux. Sans fioritures, nous voilà déjà remontant le versant de la colline suivante, toujours sur un sentier étroit. Mais cela aurait été bien trop simple que de terminer ce changement ainsi, et il ne faut pas longtemps au tracé pour nous faire redescendre pour enchaîner ainsi montées ardues et descentes rapides pendant un bon moment.

           Le passage qui nous attend juste avant de retrouver le GR est magnifique. Une descente en sous-bois dégagé, aux jeunes arbres élancés côtoyant les vestiges de très anciens murs séparant parcelles cultivées et bétails aux temps jadis. Une atmosphère d'un autre âge règne ici et vous imprègne de toutes ces choses simples et depuis longtemps inaccessibles. En quelques kilomètres, nous venons de découvrir un tout autre visage de cette rando et nous régalons à chaque tours de pédales ! Et la suite ne changera guère de ton ! Dans les bas-fond de la Combe du Grapal, c'est une longue et fatigante montée qui nous attends, il fallait s'en douté, au vue de la magnifique descente que nous venons de faire ! Pourtant, chaque effort est largement récompensé par des endroits splendides et par des chemins joueurs et techniques. Et cette montée ne déroge pas à la règle alors que sans le savoir, nous nous dirigions vers le plus beau, le plus technique, le plus joueur passage de cette matinée. Nous entrons à présent sur Le Cingle, ce chemin étroit à flan de coteau d'où vous pouvez presque entendre le cliquetis des eaux de la Dordogne qui s'écoule plusieurs dizaines de mètres en contre-bas. Des arbres torturés, penchant de tous côtés, de primitives marches faites de roches, des racines un peu partout, voilà le décor du moment. Les discussions ont cessé, chacun faisant face à lui-même, profitant pleinement du moment, comme une communion entre l'homme, la mécanique et la nature. Chaque vlcsnap-2013-09-06-22h23m11s96mètre parcouru surpasse le précédent ,et l'on aimerait que le temps ce fige pour profiter à l'infini d'un tel moment. Plus loin, c'est le splendide site du Théatre que nous traversons, depuis peu restauré par la municipalité et autrefois abris de paysans pauvres appelés « croquants » qui y cultivaient la vigne sur des terrasses jadis délimitées par des murets aujourd'hui en ruines.(3)

           Finalement, c'est au fond d'une longue descente aux virages serrés que nous arrivons sur les berges de la Dordogne, en plein cœur de Mauzac et où se tient le dernier ravitaillement...

 

            Et ce qui devait arriver arriva. Nos deux comparses sont déjà reparti. Avons-nous trop lambiné à regarder le paysage ? Sont-ils tous simplement plus rapide que nous ? La seconde solution semble la plus probante. Malgré tout, nous allons profiter de cette pause bienvenue aux abords de cette eau bleutée sur laquelle flottent des embarcations de plaisancealors que d'autres sont sur le point de lever l'ancre. Pourtant, sournois furent-ils, nos deux collègues. Comme si cela ne leur suffisait pas d'avoir un peu d'avance, voilà qu'ils vont nous laisser un message délivré par la très sympathique bénévole du ravitaillement. « Quand les gars de Cancon arriveront, vous leur direz que cela fait une bonne demi-heure que nous sommes partis ! ». Tel fut leur message laissé ici, fleurant bon le défi. Nous n'avons que faire de cette mesquinerie, profitant innocemment de cette pause, même si une graine de revanche n'allait pas tarder à germer dans nos esprits... Ce n'est que parti remise, et un jour viendra où...

 

Chapitre 3 : du kilomètre vingt-neuf au kilomètre quarante et un – ET L'ON VOUDRAIT QUE JAMAIS CELA NE SE TERMINE...

 

           Nous quittons Mauzac pour les douze derniers kilomètres. Les tours du château des Baudies annoncent une longue montée jusqu'à la Grézotte. Un peu plus loin, nous trouvons de nouveau le GR de pays. C'est une longue portion technique qui nous attends, calés entre un ancien mur et un petit ruisseau s' écoulant tranquillement. De grosses pierres bardent la totalité du chemin, et le mieux est encore d'éviter de planter la roue dans l'une d'elle sous peine de passer par dessus le guidon. Au milieu des bois dvlcsnap-2013-09-06-22h23m30s23e Cabant, le tracé ne nous laisse guère de repos et nous avons de nouveau droit à une bonne montée longue et harassante. Qui se poursuit par une descente rapide au bout de laquelle un talus vraiment abrupte va refroidir la plupart d'entre nous hormis Gaël et Laurent qui n'auront que faire du panneau danger placé un peu plus haut. De nouveau, toujours sous le couvert des arbres, nous auront droit à la traversé d'un magnifique pont de pierre, avant de s'attaquer à ce qui semble être la dernière montée de cette matinée. Et en effet, alors que nous sortons de la Combe de Faux, nous ne sommes plus qu'à quelques centaines de mètres de Sainte Colombe. Nous dévalons les derniers mètres qui nous séparent de l'arrivée, regrettant presque que cela soit terminé tant cette matinée fut magique !

 

           Notre histoire s'achève ici, alors que nous croisons nos deux collègues, qui ont depuis longtemps rangé leurs montures et qui se dirigent d'un pas décidé vers, à n'en pas douter, une pression bien fraîche ! Pression que nous partagerons tous ensemble, refaisant le film de cette rando, heureux que d'être venu poser nos roues ici ce matin !

 

           Quarante et un kilomètres aux compteurs. Quarante et un kilomètres de pur bonheur et de plaisir immense. Que dire de plus ? Un tracé splendide, des chemins chargés d'histoires au charme incommensurable, des ravitaillement à foison tenus par des bénévoles d'une extrême gentillesse, des bénévoles justement très nombreux sur les routes et aux intersections dangereuses. Bref, une excellent rando pour une excellente matinée dans une ambiance de surcroît bon enfant teintée de taquinerie et autres railleries en tout genres !

 

Sur ce, à bientôt pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

On a aimé :

  • Un tracé superbe

  • Des chemins magnifiques

  • Des bénévoles d'une gentillesse et d'une attention toute particulière

On a moins aimé :

  • Un balisage par endroit perfectible

Circuit : 41 kms / Durée : 2h40 / Moyenne : 15,5 kms/h / D+ : 839

  1. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=24338_1

  2. http://www.pays-de-bergerac.com/tourisme/site_remarquable/monuments-religieux/pressignac-vicq/index.asp

  3. http://www.pays-de-bergerac.com/tourisme/site_remarquable/villages_pittoresques/mauzac-et-grand-castang/index.asp

bd010913

 carte010913.jpg

Commenter cet article