Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La Pomponnaise

23 Mai 2010, 11:56am

Publié par Piw

Bonjour à toutes et à tous !

 

            Ben voilà, après plantage de mon ordi de bureau, sur lequel j'avais bien sur commencé le récit de cette rando, me voilà obligé de repartir de zéro... pas de bol... M'enfin, on va tacher de se rappeler au maximum de ce qui s'est passé ^^'

 

            Donc, nous voilà enfin arrivé à ce jour tant attendu de la randonnée de Saint Pompon. Seul Fred et moi-même pouvions y participer même si Stéphane, Canard et Ludo devraient aussi se trouver sur les lieux... Le départ étant donné à 9 heures et vu le nombre importants de participants attendu, vaut mieux prévoir large et partir assez tôt, donc debout vers 6 heures pour un départ de chez moi à 7 heures... Dur dur pour un dimanche matin, mais le jeu en vaut la chandelle. Sur place donc, nous partons nous inscrire avec pour ma part le numéro 159, marrant quand on sait que j'avais le 157 l'année dernière, à deux prêt, je remettais ça ^^' On nous offre aussi un tee-shirt ainsi qu'un espèce de bracelet munit d'une puce qu'il faut qu'on mette à la cheville gauche. Ca va servir à enregistrer l'heure à laquelle on part et celle à laquelle on arrive, histoire de calculer le temps qu'on va mettre. Après s'être inscrit, on retrouve quelques têtes connues, à savoir Stéphane en compagnie de Canard et Ludo, puis Yannick un peu plus tard avec qui nous décidons de faire le départ, étant lui aussi inscrit pour le 45. L'heure du départ approche, et c'est impressionnant le monde qui se trouve maintenant sur la ligne de départ ! En premier lieu sont donnés les départs des championnats, avec pas mal de monde non plus, ce qui va considérablement retarder notre départ puisque chaque participants partent pas groupe de dix et vu qu'il y en plus de deux cents, je vous laisse faire le calcul ^^' Notre départ se fera donc vers les 9h45, ça commence à faire tard pour une grosse rando comme celle-ci. Nous voilà donc tous en tas, attendant fébrilement la fin du décompte donné par l'animateur. Ayant reçu ma caméra la veille je pris pour qu'elle fonctionne un temps soit peu pour immortaliser ce départ tout de même grandiose avec bien 500 vélo l'un derrière l'autre, ça vaut vraiment le coup d'oeil. Et lorsque le décompte atteint zéro, nous nous élançons doucement mais sûrement pour cette matinée qui s'annonce tout simplement énooorme !

 

            La pression qui me nouait les tripes depuis déjà quelques jours est retombée d'un coup, dès l'instant où nous avons tous pris le départ. Départ qui, je me répète, est vraiment impressionnant de part le nombre de vtt présent. M'enfin, on va arrêter de s'extasier et reprendre le cour de cette rando. Le départ se veut donc sur la route même si nous quittons vite le bitume pour trouver un chemin herbeux qui nous mène en direction de Saint Pompon. Bien nombreux par ce chemin, on parvient quand même à trouver Canard au milieu de tous ce monde, juste avant d'attaquer une bonne grosse flaque de boue que n'apprécieront pas les dérailleurs ^^' Surtout le mien d'ailleurs qui dès lors fera un bruit d'enfer à chaque changement de plateaux... Au moins, on va m'entendre arriver de loin ! Nous voilà arrivé dans Saint Pompon que nous traversons par de sympathiques petite ruelles avant de s'attaquer à la première côte de la matinée. Et comme l'a dit un autre vtt-iste un peu plus tôt, elle va éparpiller pas mal ^^' Comme d'habitude, c'est pas toujours très simple de pouvoir monter à son rythme lorsque vous êtes aussi nombreux, et je dus m'adapter aux autres maintes fois sur toutes la longueur de cette montée qui commença bien raide par de la castine mélangé à quelques cailloux bien placés avant de doucement lorgnier du côté des bois et donc d'un chemin terreux. Heureusement, la pluie c'était faite rare depuis quelques jours, le sol est donc bien sec, à contrario, bonjour la tonne de poussière qu'on va manger toute la matinée ^^'

            Le chemin continu son ascension, doucement mais sûrement lorsque nous repassons juste à l'endroit où Micka cassa sa chaîne l'année dernière et où nous passâmes plus de vingt minutes à réparer ^^' Moment inoubliable ^^' On monte encore, les discussions se font moins nombreuses et les respirations plus bruyantes lorsque on aperçoit se qui semble être le bout de nos premiers efforts avec un léger plat. J'en profite pour m'arrêter enlever ses fichus lunettes qui me gênent plus qu'elle ne me rende service alors que Fred trace tout droit. J'ai vite fait de le rattraper et c'est en descente que nous poursuivons. Descentes bien sympatoche, même si Fred et quelques autres devant lui se tromperont de chemin une fois arrivé en bas, la flèche du balisage étant pourtant des plus visibles...   La suite se fera à nouveau un peu plus ardue avec une bien belle montée avec un grand virage en épingle, montée qui reste malgré tout bien longue et qui continue à éparpillé les participants même si nous sommes encore un bon nombre à pédaler ensemble. A partir de là et ce jusqu'au dernier ravitaillement, j'aurais bien du mal à décrire le circuit dans les détails, profitant à fond de l'instant présent tant les chemins et l'ambiance furent excellente plutôt que de chercher à me rappeler si le chemin tournait sur gauche ou sur droite ^^' Je vais donc vous livrer, un petit peu en désordre sûrement, les meilleurs moments qui nous séparent du second ravito.

 

            C'est donc juste après ma pause en haut de cette longue montée dont je viens de vous parler que nous attaquons une nouvelle descente où je manquais de peu de me manger un arbre. Le ravitaillement approche alors que nous sommes déjà rendu à presque dix-sept kilomètres. Il y a déjà du monde attroupé devant les tables et les organisatrices ont bien du mal à y faire régner un semblant de discipline ^^' Comme d'hab, c'est après quelques oranges et autres figues que nous reprenons la route qui n'en finit plus de monter pour bifurquer sur un coup feu au milieu des vignes.

De là, les bois et les champs se succédèrent avec parfois quelques portions de routes, jamais très longues mais suffisante pour se reposer un peu les jambes. C'est aussi dans cette partie du circuit que, toujours en groupe d'une petite quinzaine et après quelques kilomètres plutôt roulant, nous allions avoir à faire à la seconde difficulté de la matinée. En effet, le chemin nous proposait de couper une route pour emprunter un petit sentier étroit et qui monte raide à travers une immense colline. C'est chacun notre tour que nous commençons l'ascension, vu la raideur du chemin et les cailloux assez gênant qui s'y trouvent. Ce chemin se présente ainsi : il attaque avec un virage à 90° sur la droite avant de retourner sur la gauche quelques mètres plus loin, et ce avec les photographes pinqués en haut du deuxième virage histoire d'immortaliser les chutes qui n'ont pas du manquer ^^' S'en suit alors une montée hors normes, où petit plateau et grand pignon furent obligatoire, il n'était pas rare de faire quasiment du sur place au vu du nombre de vélos et des obstacles du chemin. Seul le bruit de nos respirations emplissait l'atmosphère, où les bavardages des dix dernières minutes s'étaient étonnamment arrêtés ^^' L'ascension fût longue mais pas si pénible que ça, c'est donc pas trop crevé que je continuais cette magnifique rando !

 

            Le deuxième ravitaillement est en vue au beau milieu d'un sympathique petit village, et c'est avec un certain étonnement qu'on y retrouve Stéphane et Ludo. Après une dizaines de minutes à m'empifrer, et alors que nos deux collègues sont déjà repartis, nous reprenons à notre tour. Nous sortons de ce village haut perché, profitant au passage de la vue magnifique qui s'offre à nous où on réalise que le château d'eau rouge qu'on aperçoit au loin sur l'horizon n'est autre que celui au pied duquel nous sommes passé au début, ce qui veut aussi dire qu'on a pas mal de route à faire encore pour s'en rapprocher ^^' La descente suivante sera bien sympa, avec une nouvelle fois une vue à couper le souffle où j'en profite pour immortaliser l'évènement, n'ayant pas pris le temps l'année dernière de le faire, voulant à l'époque à tout prix rattraper mon retard sur Micka, que j'arriva d'ailleurs à combler ^^' Petit moment de gloire perso !

            Une fois la descente terminée, c'est sur la route et par un peu de plat qu'on pédale. Et lorsque nous quittons la route pour des chemins un peu plus dénivelés, c'est une nouvelle surprise qui s'offre à nous : ni plus ni moins que la traversée du Céou ! Cela semble facile au premier abord, et c'est encore une fois chacun son tour qu'on fait face à cette épreuve. Rare sont ceux qui y parviennent dans notre groupe, mettant les pieds dans l'eau juste avant une chute qui se révèlerait « désastreuse » ^^' A mon tour maintenant, et c'est les pédales non enclenchées que je m'engage dans l'eau, faudrait pas bousiller ma caméra toute neuve... Et comme les collègues, c'est à pied et de l'eau jusqu'au genoux que je vais finir la traversé, pataugeant dans mes chaussettes... On apprendra un peu plus tard en discutant que certains y sont quand même parvenus. Dès lors, et après avoir une nouvelle fois traversé un petit patelin bien sympathique, nous allons rouler pendant un petit moment sur un coupe-feu en faux plats mais bien roulant quand même. C'est les pieds toujours aussi trempe que nous passons devant la bifurcation qui mène vers les soixante kilomètres et plus alors que ce moment de détente touche bientôt à sa fin...

 

            En effet, ce chemin relativement calme se transforme en côte de plus en plus raide, nous faisant traverser un pré avant de nous enfoncer dans les bois. Le sentier est malgré tout vraiment sympa, slalomant allègrement entre les arbres, mais on est vite ramené à la réalité du circuit lorsque une bute raide de chez raide se trouve en face de nous. Bien difficile que ce passage alors que la suite le sera tout autant, nous obligeant pour la plupart à pousser le vélo tant la montée est ardue et quasi impossible à vélo. C'est donc tantôt à pieds tantôt à vélo qu'on finit de monter dans ce bois avant de retrouver un peu de calme après ce passage très éprouvant. Mais notre repos sera de courte durée puisque une grosse descente, certainement la plus difficile de cette matinée, la fatigue n'arrangeant rien, ce présente à nous. Doucement mais sûrement, je m'attaque à cette pente, avec un autre vtt devant moi, sûrement tout aussi crispé que moi sur son vélo ^^' Tout mes sens sont en éveils, car le moindre cailloux mal négocié pourrait faire très mal, et tout à ma descente, un collègue qui participe au championnat m'interpelle afin que je laisse passer dès que je peux. Plus facile à dire qu'à faire vu l'étroitesse du sentier, pourtant une ouverture se présente à moi, c'est donc naturellement que je ralenti et me « gare » légèrement pour qu'il puisse me doubler. Encore plusieurs dizaines de mètres de cette descente qui semble ne jamais en finir et c'est les cuisses et les mains endolories qu'on arrive enfin à une pente plus douce. Ouf...

 

            Après quelques montées et descentes plus calme que ce qui vient de passer, nous parvenons au troisième ravito, enfin, un organisateur seul sur le bord du chemin avec une poche de pâte de fruit et des bouteilles d'eau. Etonnamment, cela sera amplement suffisant, et c'est en discutant rapidement avec lui qu'on apprend qu'il ne reste que cinq ou six kilomètres et à peine quelques faux plats... Balivernes !! De grosses montées seront encore présente histoire de nous rappeler qu'on est quand même à Saint Pompon et que c'est pas pour faire semblant !! Enfin, c'est après quarante cinq bons kilomètres que nous apercevons les premières mobil home du camping d'où était donné le départ. Nous sommes donc de retour à Saint Pompon, avec un dernier passage par le départ histoire d'enregistrer l'heure de notre arrivée et de rendre les bracelets. Une bonne douche plus tard, voilà pas que je gagne un parasol au tirage de la tombola... Des fois je vous jure ^^'

 

            Ben voilà, Saint Pompon c'est finit pour cette année, où j'ai quand même bien moins souffert que l'année dernière, grâce à un bon vélo et à pas mal d'entraînement non plus, faut avouer ^^' Côté rando et organisation, c'est toujours du tout bon, avec des chemins vraiment magnifiques et un balisage de qualité. Par contre, l'heure du départ fut malgré tout un peu tardive, surtout qu'il faisait déjà bien chaud ce jour là. Mais bon, ne boudons pas notre plaisir et l'année prochaine, c'est au soixante que je m'attaque !!

 

Kilométrage : 47 kms

Durée : ~ 3h

Moyenne : 15,1 km/h

Vitesse Max : Piw (47,5 km/h)

Gamelles : Une très belle de Canard qu'il nous raconta à l'arrivé

L'homme de la matinée : Le mec avec un seul plateau et sans dérailleurs à l'arrière O_O

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une autre sortie !

Votre serviteur, Piw

 

DSC00586DSC00587DSC00588DSC00589DSC00590DSC00591DSC00593DSC00594DSC00595DSC00597DSC00598

Commenter cet article