Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La Rando de Lacapelle-Cabanac(46) du 12 octobre 2014

20 Octobre 2014, 15:42pm

Publié par Piw

- EPISODE 82 -


CHEVAUX, VELOS, MARCHEURS !

IL Y A DU MONDE SUR LES CHEMINS !!

 

http://lh4.googleusercontent.com/-qIEBUyhADOs/VEUnqaoJulI/AAAAAAAAAA8/BhQK9RNHxaQ/w958-h719-no/LacapelleCabanac2014_L4F00001.png             La fin de la saison des randonnées approche, déjà. Que le temps passe vite ! Les feuilles des arbres sont de plus en plus nombreuses à tomber, les matinées se font plus fraîches et les soirées bien plus courtes. Pas de doute, la saison hivernale n'est plus bien loin. Nous n'y sommes pas encore, profitons donc de cette douceur du mois d'octobre pour profiter encore pleinement d'agréables chemins et sentiers ! Aujourd'hui, direction une nouvelle fois le Lot. C'est du côté de Lacapelle-Cabanac que nous allons poser nos roues à l'occasion de la randonnée organisée par les Amis du Cheval. Bruno et moi arrivons sur place suffisamment tôt pour prendre le temps de se préparer et de s'inscrire tranquillement. Un seul circuit vtt nous est proposé, de trente-cinq kilomètres. Le ciel se pare de nuages élevés d'un gris menaçant, nous gardons l'espoir qu'il ne pleuve pas le temps de cette matinée ! Comme il s'agit d'un départ libre, ça ne bouchonne pas sur le départ et nous démarrons cette randonnée qui ne sera ni plus ni moins qu'une bonne promenade de santé !

 

http://lh4.googleusercontent.com/hf__nC2b4T7ahkQieH-nk7ttpTVqryAg2J-2NlHY=w958-h719-no             Nous quittons rapidement le village et trouvons déjà le premier chemin. Il va falloir être prudent, les pluies de la semaine ont laissé leurs empreintes. Le sol glisse considérablement ! Que dire sinon sur ces premiers kilomètres ? Ça roule, ça roule et ça roule ! Jusqu'au dixième, les chemins larges et roulants tiennent la dragée haute aux sentiers plus étroits et plus techniques. Rarement en sous-bois, c'est en majorité le long des champs ou de quelques bosquets que nous filons. Une sinécure comparé à ce que l'on a fait la semaine passée ! Nous dépassons quelques cavaliers, à l'humeur plus ou moins bonne suivant le cas et ne rattrapons qu'une poignée de vététistes. Quelques gouttes d'eau, comme égarés dans ce ciel surprenant, viennent nous faire redouter le pire, à tort. De fait, nous arrivons bientôt à Sérignac. Jusqu'à Marmont, nous pouvons apercevoir sur notre droite les combes profondes du Lot. Nous devinons les Pechs et leurs dévers arides et prononcés. Les souvenirs des superbes randonnées qui furent organisées à Floressas me reviennent alors en mémoire. Qu'il était bon que de venir défier cette nature sauvage à chaque fins du mois d'août ! Pourtant, la trace nous fait tourner le dos à tous ces contreforts et nous emmène dans la large vallée où s'écoule le Lot.

http://lh4.googleusercontent.com/0ehEkGkFKcTCOaFmufU0DsvkGcoiNnA8cvq5SvFT=w958-h719-no             La descente s'amorce sitôt que nous ayons traversé les superbes bâtisses de Lamatève. Nous quittons les prés et pénétrons dans un bois sombres et humides. Le sentier se fait nettement moins large. L'on accélère, grisé par ce soudain changement de rythme et de décor. Les arbres défilent tout autour de nous, impossible que d'en deviner l'essence ! Surement trop occupé à gérer « vitesse et prudence », je ne vais pas voir que le sentier prend un virage en épingle... maintenant ! Et c'est un joli tous droit dans le « bac à sable », hilare mais heureux qu'il y ai eu ce léger débordement, sans quoi j'allais tâter du hors-piste ! La descente s'achève sous la houlette du Pech de Souillac où les bois de Butis arborent des pinèdes d'un vert sombre et inquiétant, contrastant considérablement avec les alentours. Nous voilà donc à une quinzaine de kilomètre et nous trouvons en ce lieu le seul ravitaillement de cette matinée, mais quel ravitaillement ! Un stand énorme, varié et un sandwich divinement bon ! Il y a tant de choix que l'on pourrait presque y faire un repas complet, allant même jusqu'au dessert et au café. Nous profitons plus que de raison de cette pause avant de repartir, alourdit par tant de victuailles, le ciel présentant enfin de larges coin de bleus qui font plaisir à voir !

 

http://lh5.googleusercontent.com/O3bAePgOjVM8m2nyr_x7XFdG0ztJQBw2UVi-n5W4=w958-h719-no             C'est maintenant la valse des marcheurs. Par cet étroit chemin à flan de colline, nous croisons multitude de pédestres, et ceux jusqu'à ce que nous trouvions le GR652 dans la vallée de Bouyssac. Cette partie va nous offrir quelque passages plus consistants. La remontée jusqu'à Monplaisir va se faire par une étroite monotrace sinueuse débouchant au beau milieu d'une petite forêt de châtaigniers. Nous dévalons ensuite à travers champs pour enchaîner avec une descente bien plus rapide juste après les Béraudies. Nous venons de faire une très sympathique petite boucle et entamons maintenant la longue, très longue remontée vers l'église de Cabanac. La piste est large, bordée de hauts rochers sur votre gauche et surplombant la vallée du Lot sur droite. Virages après virages, l'ascension n'en finit jamais. Le décor change alors subitement. Les buis humides et les mousses laissent soudain leurs places aux petites chênes torturés et à une chaleur sèche. En contre-bas, le Lot devient plus étroit, plus fin, signe que nous venons de prendre pas mal de hauteur. Toujours sur le GR des lieux, et pas fâchés que d'être enfin revenu sur les plateaux, nous poursuivons à vive allure, laissant l'église de Cabanac derrière nous. La descente suivante, nous emmenant dans la combe de Gaby, est d'une technicité sans pareille. De gros http://lh6.googleusercontent.com/djf39RoJbzkI4lNaQgsavOxKM-ncwtsoX1yr4WhP=w958-h719-nocailloux mitraillent chaque centimètres carrés du chemin, faisant partir votre vélo dans des directions incongrues tout en vous tétanisant les bras et avant-bras mis à rudes épreuves. Rapidement, l'on enchaîne avec une nouvelle montée. La relative facilité du début semble bien loin ! Rien d'insurmontable cependant. Nous voilà bientôt dans les vallons sous Mauroux.

             Le soleil est franc à présent. La fraîcheur matinale laisse dorénavant la place à des températures chaudes et idéales. Nous en terminons bientôt avec ce regain de difficultés lorsque nous dévalons les Clos de Sabatier. La fin est proche. Sur ces derniers kilomètres, nous retrouvons les chemins larges et pierreux des débuts. La végétation, encore verte, forme par moment de vastes tunnels où quelques rayons de soleils peinent à traverser. L'endroit, bucolique, termine cette randonnée de fort belle manière. Ces trente-six kilomètres furent d'une facilité déconcertante. De jolies chemins, de beaux paysages, un ravitaillement copieux, bref, une matinée pour se faire plaisir, sans jamais chercher la difficulté et le dépassement de soi. Un bon petit apéritif maison pour conclure cette matinée, c'est donc enchanté que nous quittons ces terres lotoises, prêt à revenir en découdre dès que l'occasion se présentera !

 

Sylvain « Piw »

 

Circuit : 36 kms / Durée : 2h10 / Moyenne : 16,7 kms/h / D+ : 575

 

bd121014.jpgL'ALBUM PHOTOS EN CLIQUANT ICI !

 

 

carte121014.jpg
 

Commenter cet article