Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La Rando de St-Aubin de Cadelech(24) du 04 août 2013

18 Août 2013, 19:43pm

Publié par Piw

Bonjour à toutes et à tous !

  • Prologue

           Voilà déjà quinze jours que cette rando est terminée, il est plus que temps que d'en conter le récit ! Nous étions alors au tout début de ce mois d'août. Me voilà en route pour la quatrième année consécutive en direction de Saint-Aubin de Cadelech, petit village à la frontière de la Dordogne, un peu après Castillonès. Cette rando fût l'une des premières à m'avoir fait vibrer et à me faire gouter aux joies du vtt. Pourtant, les années passaient et le tracé ne changeait guère, toujours plaisant, mais toujours identique à l'année précédente. J'arrive donc sur place avec l'envie d'à nouveau rouler ici et le mince espoir d'un circuit nouveau, même si je ne me fait guère d'illusion. Je ne vais pas tarder à retrouver Ludo et Nathalie, ainsi que Laurent et Franck. Et bien, voilà qui annonce une excellente matinée ! Un petit bonjour au club de Bergerac et nous attendons le départ, sous un ciel estival.

  • Chapitre 1 : du kilomètre premier au kilomètre douze – MECANIQUE ET ERRANCE

vlcsnap-2013-08-18-21h33m42s240           Le départ, nous l'attendons, encore, mais celui-ci ne vient pas, personne pour nous faire un petit discours dont de toute façon, les trois-quart d'entre nous n'écouteraient même pas... Il suffit alors de deux ou trois de nos semblables qui décident de partir pour que le gros de la meute suive. Et là, surprise, le tracé nous fait démarrer en sens inverse des fois précédentes. Tant mieux me dis-je, cela apportera un peu d'originalité ! Mais ce que je ne savais pas encore, c'est que niveau originalité, nous allions être gâtés ce matin !

           Première descente dans des cailloux fuyants, pour enchaîner sur une belle montée. Comme toujours dans des cas comme celui-ci, pas facile de tenir son rythme quand vous vous trouvez au beau milieu d'une troupe plus ou moins disciplinée ! Sans soucis ça passe, et confiant, nous poursuivons. Une longue descente après la Croix de l'Âne à travers champs, où le spectacle a quelque chose de théâtral lorsque la quiétude des alentours vient à être troublé par notre arrivée, semblables à des acteurs qui tiennent leurs rôles dans un inattendu souci du détail et dévalons tous ce passage en file indienne comme si notre pas avait était chorégraphié et répété des dizaines de fois. Enfin, nous terminons sur le bitume, un petit regard en arrière, et pas de Ludo ni de Nathalie... Ils ne devraient logiquement pas tarder et en effet, Nathalie arrive la première, nous informant que Ludo est en pleine opération chirurgicale sur son dérailleur. Nous attendons, il sera bientôt là... Le temps passe... Petit à petit, nous voyons s'éloigner les derniers participants... Et toujours pas de Ludo... Au cas où, on décide de lui passer un coup de fil :

  • Allô Ludo ? T'es où ?

  • J'arrive ! Il m'a fallut remonter le dérailleur, et puis..... Je me suis trompé de chemin... Mais je suis plus très loin !

           Ok, tout s'explique... En effet, nous le voyons finalement nous rejoindre, et décidons d'un commun accord de ne pas le laisser devant histoire qu'il ne nous fasse pas TOUS tromper de chemin ! Nous pouvons reprendre le cours normal de cette matinée. Et la suite va nous mener tout droit dans La Combe de la Demoiselle (!!). Assurément, le vlcsnap-2013-08-18-21h35m07s82meilleur passage de ce matin, annonçant par la même un tracé entièrement revu ! Petit single serpentant tantôt sous une végétation très dense tantôt sur un terrain plus aride et à la terre blanche, c'est rapide, cassant, technique, très joueur ! Voilà qui fait plaisir et qui nous permet de renouer avec les racines même du vtt. Finalement, nous débouchons sur les hauteurs de Le Mayne.

           Du bien plus roulant pour nous faire rejoindre les GR 636 et 654. S'en suit une sympathique descente jusqu'au Moulin de La Pouge et son superbe petit pont de bois auprès duquel nous allons trouver la première pause de ce matin... Et là, certes il ne restait plus grand chose à se mettre sous la dent, mais nous mettrons cela sur le fait que nous sommes quasiment les derniers, mais un petit sourire et un petit bonjour des bénévoles présent n'aurait pas fait de mal. Une étrange impression de déranger nous envahit, tant et si bien que nous ne nous éterniserons pas ici, souhaitant que le prochain ravitaillement soit plus « souriant »...

 

  • Chapitre 2 : du kilomètre douze au kilomètre dix-huit – DÉJÀ !?

           Toujours sur le GR, nous quittons le moulin et arrivons bientôt à Mandacou. La petite montée jusqu'au village verra peu d'entre nous ne pas poser les pieds à terre. Nous traversons ce petit village pour trouver ensuite une longue portion de bitume. Lorsque nous quittons enfin le goudron, c'est pour trouver un sentier pas très large et plutôt rapide où il faut prendre garde aux quelques ornières bien présentes et bien marquées. Doucement, les kilomètres s'égrainent, le tout restant finalement très roulant, sans présenter d'énormes surprises ou de passages un peu plus joueurs. Et alors que nous venons à peine de quitter le premier ravitaillement, voilà déjà que se profile le second, à peine six kilomètres après le précédent... Mauvais présage concernant la suite ou tout simplement un nombre conséquent de pauses ? Le doute nous envahit, et décidons de faire le plein des gourdes et de remanger un bout, juste au cas-où... A l'instar du premier stand, celui-ci n'est pas des plus fournit, mais il reste malgré tout un fond de coca. Les bénévoles en place ne sont pas sur qu'il y est un autre ravitaillement après, ce qui serait quand même un peu fort quand on sait qu'il reste encore une bonne trentaine de kilomètres ! Nous repartons, plaisantant de cet état de fait, mais espérant secrètement qu'enfin, une pause plus garnie se présentera à nous d'en peu de temps...

 

  • Chapitre 3 : du kilomètre dix-huit au kilomètre quarante-sept – LA GARDONNETTE ET PUIS ...

vlcsnap-2013-08-18-21h34m19s125           Nous suivons encore et toujours le GR lorsque ce qui devait arriver arriva : la séparation des circuits. Et nous voilà devant un remake de Matrix : choisir la flèche bleue ou la flèche jaune ? Si nous nous étions un tantinet renseignés avant le départ, nous aurions su, mais là... La logique voudrait que ce soit la bleue, et Franck viendra nous réconforter dans cette idée. En avant, direction le fléchage bleu ! Les champs de tournesols nous accompagnent une bonne partie de cette portion, et les paysages défilent à vive allure. Un petit passage boisé à hauteur des Trois Tables, avant de nouveau retrouver champs ou bitume pour un petit moment. De quoi augmenter la moyenne. Enfin, alors que nous traversons les Gendres et que le vingt-cinquième kilomètre arrive, nous sortons de cet interminable passage routier pour retrouver des chemins nettement plus agréables. Pourtant, ce sympathique mais court passage va laisser sa place à une montée plutôt raide, longue, et où le soleil nous assomme de toute sa chaleur aoûtienne.

           Nous avons finalement quitté le GR que l'on suivait depuis un petit moment déjà, et allons à présent trouver le second superbe passage de cette matinée. Les lieux nous semblent étrangement familier, le chemin se fait soudainement plus étroit, plus technique, plus frais aussi. La végétation elle aussi a subitement changé, et loin des vastes prairies sèches et arides de tout à l'heure, ici tout n'est que verdure et humidité. Il ne fait maintenant plus aucun doute, nous voilà revenu sur les bords de La Gardonnette ! Pas un instant nous avions pensé que le tracé nous mènerait jusqu'à cet endroit, mais nous y sommes bel et bien, pour notre plus grand plaisir. Pendant quelques kilomètres, tout ce qui fait le charme de cet endroit va nous envelopper, et c'est dans une bonne humeur communicative que nous prendrons énormément de plaisir à rejouer une infime partie de la rando du 14 juillet dernier. Pourtant, toutes les bonnes choses ont une fin, et c'est de nouveau que nous retrouvons les pâtures et le bitumes pour des portions bien plus larges et beaucoup plus rapides.

 

vlcsnap-2013-08-18-21h34m47s126           Fatalement, la chaleur aidant, les gourdes commencent à se vider dangereusement, et l'hypothétique autre ravitaillement ne daigne toujours pas pointer le bout de ses victuailles. Le trente-cinquième kilomètre s'affiche sur nos compteurs, et il nous faut impérativement refaire le plein en eau. C'est au cimetière de Singleyrac que nous allons pouvoir le faire, un comble ! Je ne dis pas qu'il faille des ravitaillements tous les trois kilomètres mais quand même ! Quand deux ravitos se trouvent l'un juste derrière l'autre, vous laissant la suite vide de toutes pauses et ceux jusqu'à une bonne quarantaine de bornes, l'on est en droit de se demander : pourquoi ? Car bien entendu, une troisième pause était bien présente, mais bien trop loin et bien trop vide ! Deux bouts de chocolats ici, une demi bouteille d'eau et à peine plus de pain d'épices... Bref, il ne nous reste qu'une petite dizaine de kilomètre et nous atteignons rapidement Saint-Capraise d'Eymet.

            Ces derniers kilomètres retrouveront un terrain plus ludique, même si évidemment, les jambes commencent à sentir la distance. Petit passage boisé, plus trialisant, avant de trouver la montée finale que nous avions descendu au départ. Même en mettant tout à gauche, même en y allant tranquillement, ça laisse des traces et la côte s'avère finalement assez ardue. Pourtant, l'arrivée n'est plus qu'à quelques mètres, promesse d'une pression fraîche et désaltérante !

  • Dernier chapitre : CONCLUSION

vlcsnap-2013-08-18-21h34m08s15           Il ne manquait pas beaucoup pour atteindre les cinquante kilomètres ! La grosse surprise de cette matinée, c'est un tracé entièrement revu, avec des passages anciens et nouveaux et une difficulté revue à la hausse ! Moi qui affirmais la veille à Ludo que cette rando était fort roulante, bien mal m'en prit ! Un tracé vraiment superbe, dommage que de longues voire très longues portions de route furent parfois un peu trop présentes, mais le point noir de cette matinée reste sans nul doute les ravitaillements. Plutôt pauvre niveau choix, aussi bien en nourritures qu'en boissons, certains bénévoles présent n'étaient pas vraiment souriant, nous laissant l'amère impression de déranger plus que de faire plaisir... Vraiment dommage, vu l'effort fournit pour repenser le tracé et pour un balisage sans soucis. Malgré tout, nous reviendrons l'année prochaine, il serait dommage de rater de si beaux endroits, et ne serait-ce que pour avoir le plaisir de revenir taquiner cette Gardonnette !

 

 

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 48 kms / Durée : 2h50 / Moyenne : 16,9 kms/h / D+ : 770

 

bd040813

carte040813
 

Commenter cet article