Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La Rando des 3 Châteaux à Naussannes(24) du 11 mai 2014

18 Mai 2014, 17:28pm

Publié par Piw

- EPISODE 63 -

 

RENDEZ-VOUS AVEC NOTRE PASSÉ !

QUAND UNE RANDO PREND DES AIRS DE VOYAGE DANS LE TEMPS...

 

vlcsnap-2014-05-18-19h08m09s136             Voilà un an. Un an déjà que nous posions nos roues sur l'une des plus belles randos de l'année 2013. A cette époque, malgré une météo capricieuse, nous en prîmes plein les yeux. Nous découvrions, en ces terres Baumontoises, un tracé unique, joueur, technique, des bénévoles très souriant, des photographes habilement placés pour faire des clichés inoubliables, mais surtout, nous avons eu l'occasion de participer à un superbe voyage dans le temps, un grand bon en arrière, à la découverte de lieux uniques, des chemins plusieurs fois centenaires, et de châteaux splendides. Ce n'est donc pas étonnant que nous retentions l'expérience cette année, avec cette fois-ci, une météo généreuse, qui va nous permettre de profiter pleinement de cette matinée riche en (re)découverte !

 

             Sur la ligne de départ, nous ne sommes pas moins de trois-cents vététistes. Neuf heure sonne au clocher de Naussannes, signal du départ de cette quatrième édition de la Rando des 3 Châteaux ! Nous quittons les lieux en suivant un court instant le GR. Très vite, nous voilà de retour dans la vallée. Nous traversons le ruisseau de Naussannes, avant de s'engouffrer dans une vaste forêt où les hautes pinèdes sont reines. Nous gagnons le château de Luzier, construit au beau milieu de ces bois. Le rythme de notre groupe ralenti, comme pour profiter de ce spectacle inoubliable, alors que nous contournons celui-ci, débarquons dans cette vallée au charme enchanteur et remontons à présent sur les hauteurs du coteau opposé. Est-ce dû à cette montée en épingle ou la température s'est réellement vlcsnap-2014-05-18-19h08m55s93réchauffée ? Quoi qu'il en soit, cette montée va quelques peu étioler notre groupe. Le décor a lui aussi changé. Les sapins de tout à l'heure ont laissé leur place à de hauts pins torturés, sur ce penchant aride où la terre, blanche, ne semble pas à sa place en cette région plutôt humide. Une nouvelle rude montée nous attends ensuite avant de redécouvrir ce vaste pâturage d'où s'échappe à nouveau cette immense impression de liberté. « Les Champs Noirs », ainsi se nomment ces larges champs, d'où le ciel, aux teintes étonnantes, apporte, s'il en était besoin, un cachet supplémentaire. Et c'est sur les abords de ce pré que nous allons reformer notre groupe.

             Nous quittons ces champs et ces pruneraies. Une dernière trace de civilisation lorsque nous longeons Laroque. De nouveau dans les bois, c'est une descente rapide et joueuse qui nous attends ici, et plus loin, une nouvelle descente, bien plus technique et étroite, débouchant avec délectation sur un panorama unique. Le château de Banne, dans toute sa splendeur, émerge de son éperon rocheux. Nul doute que soldats et chevaliers ennemis devaient savoir à quoi s'attendre devant cette force immobile, et que leurs combats ne seraient pas de tout repos. Nous descendons le bitume tranquillement, ne pouvant ou ne voulant détacher notre regard de cet impressionnant monument. Et c'est aux côtés de l'église des lieux, à quelques mètres du château, que se tient le premier ravitaillement de cette matinée, avec déjà beaucoup de monde autour des victuailles !

 

vlcsnap-2014-05-16-16h35m39s57             Nous repartons bientôt, les batteries rechargées et l'esprit joueur. Les débuts de cette seconde partie sont assez calmes. De larges chemins au dénivelé pas trop important sont majoritaire. Et jusqu'à La Vergne Basse, c'est une bonne occasion pour se remettre en jambe, tout en profitant de bonnes descentes. A présent, les choses vont devenir un peu plus technique. Nous longeons les prés de ce hameau, et nous engouffrons de nouveau sous l'épais couvert des bois. Ce très vieux chemin, bordé de murs pas bien plus jeunes est toujours aussi magique. Une petite marche pour y entrer, et c'est partie pour une descente à la fois rapide et technique, demandant habileté pour éviter des arbres retors poussant un peu trop sur le chemin et les pierres des murs s'effritant sous le poids des âges et réduisant une trace déjà pas très large. Après montées et descentes, nous sommes de retour dans cette étroite vallée, dominée par l'imposant Rocher du Corbeau. Débordant allègrement sur le chemin, celui-ci s'impose à nous, apportant une certaine fraîcheur à cet endroit unique. C'est un peu plus loin que nous allons trouver une nouvelle portion technique et sinueuse.

 vlcsnap-2014-05-16-16h34m55s68            Nous remontons sur les hauteurs de Bayac et dès l'instant où nous laissons les ruines du Mas de Bonnet derrière nous, nous nous engageons sur une longue mais excellente trace. Étroite, sinueuse, tantôt rapide, tantôt plus raide, celle-ci est juste magique. Nous retrouvons ici une végétation plus ou moins similaire aux nombreux Pechs qui émaillent les environs de Penne-d'Agenais, et tout le technique qui va avec ! Souvent à flan de colline, il ne fait pas bon par endroit à regarder en contre-bas tant le fond est loin. L'on prend vraiment un plaisir immense à sinuer allègrement en ces lieux sauvages, perdus et pourtant si accueillants. Enfin, comme pour conclure ce chapitre de façon magistrale, le retour dans la vallée de La Couze va se faire par une courte descente très raide qui aura vue Nathalie terminer sa course dans les herbes et les orties. La seconde pause nous attend pas longtemps après, dans le village de Bayac. A nouveau, nous prenons notre temps et en profitons une nouvelle fois pour reformer notre groupe déciment bien élastique ce matin !

 

             En avant pour la troisième partie de cette superbe rando. Nous roulons un petit moment le long de La Couze, suivant son tortueux cheminement. Il fallait bien ça pour se remettre en jambe après une pause plus longue qu'à l'accoutumé ! Nous allons connaître l'une des plus longues et des plus fatigantes montée des environs. C'est juste après les Hyvernats que nous pénétrons au cœur de cette forêt décidément bien sombre. Le léger faux-plat que nous propose le chemin ne tarde pas à se changer en une véritable montée harassante. Les bois de Suisou ne font pas vlcsnap-2014-05-16-16h37m50s116dans la dentelle quand il s'agit de les traverser ! Nous sommes tous en file indienne, roues à roues, l'on n'entend que le léger bruit du vent dans les arbres. Etrangement, les discours se sont fait rares. L'ascension nous semble durer une éternité, mais enfin, les arbres s'éclaircissent, laissant la place à une descente à nouveau rapide et technique. Pourtant, nous ne sommes pas aux bouts de nos efforts, et le troisième ravitaillement qui s'annonce se mérite ! Après cette descente au milieu de pierres et racines glissantes, nous attaquons une nouvelle montée. Pas vraiment le temps de se reposer sur ce tracé ! A peine terminons-nous une descente qu'une nouvelle montée se profile, quand ce ne sont pas des sentiers étroits et techniques, superbes certes, mais terriblement fatiguant ! Mais l'heure n'est pas aux lamentations. En plus d'être abrupte, cette ascension se révèle humide par endroit, rendant notre progression d'autant plus difficile. Rares sont ceux qui parviendront à passer sans poser un pied, et nous ne sommes pas mécontent que d'enfin apercevoir les premières pierres des vieilles bâtisses de Monsac, dont le charme n'a d'égal que l'atmosphère médiévale qui règne ici. La dernière pause s'impose, sachant pertinemment que la suite ne va pas être, elle non plus, de tout repos !

 

             Le dernier chapitre de cette matinée va à présent s'écrire. Nous remontons en selle pour l'une des dernières longues montées. Sur les traces du GR, c'est à nouveau lentement, posément, que nous terminons cette ascension afin de rejoindre les hauteurs de Crabier. Cette dernière boucle ne va décidément pas faire dans la dentelle. Pour une énième fois nous descendons à vive allure, et trouvons en travers de notre course le Couzeau. Ce charmant petit vlcsnap-2014-05-18-19h11m13s198ruisseau serpentant allègrement ici n'en est pas moins devant nous et nous devons le traverser. D'une bonne largeur et plutôt profond, impossible d'en sortir les pieds au sec, que ce fusse en roulant ou en pataugeant dedans. Principalement de la mono-trace pour une bonne partie de la suite dans cette vallée. Une rude montée en prime avant de jouer allègrement entre les cailloux sur un sentier étroit. Pourtant, même si l'endroit laisse rêveur, le nombre de kilomètre et les difficultés égrainées depuis le début se font maintenant ressentir. Les crampes font leur apparition, et de simple passage peu technique se révèlent plus compliqués qu'en réalité. La fatigue est à l'œuvre. C'est machinalement que les jambes appuient sur les pédales, et ce passage pourtant pas très long semble durer une éternité. Alors que nous longeons Beyne et entamons la douce remontée vers les plateaux de Naussannes, quelques rares gouttes de pluies viennent choir sur le sol. Plus que quelques centaines de mètres, à travers les prairies où le vent souffle fort et nous voilà de retour à notre point de départ, certains étant déjà accoudés à la buvette, nous ne tardons pas à les rejoindre, et c'est autour de cette « fontaine de jouvence » que, bizarrement, notre groupe va se reformer, après quarante-cinq kilomètres de pur bonheur !

 

vlcsnap-2014-05-16-16h47m10s32             Ainsi s'achève le dernier chapitre de cette édition 2014 de la Rando des 3 Châteaux à Naussannes. Que dire de plus que je n'ai déjà dis l'an passé ? Une randonnée unique, en tout point. Et même, bien plus qu'une randonnée, un vrai voyage dans le temps, une véritable découverte du patrimoine, voilà à quoi nous convient les organisateurs et bénévoles de cette journée. Rares sont les randonnées offrant une telle richesse de diversité, où la passion du vtt est habilement associée aux riches vestiges de notre histoire, dans une alchimie parfaite ! Quel bonheur que de passer d'une mono-trace sinueuse et joueuse à la vision d'un château émergeant du temps pour mieux replonger dans la saveur d'un passage technique ! Et même si le tracé fut en très grande partie identique à celui de l'année dernière, le plaisir, lui, reste identique et découvrir ou redécouvrir ces lieux, prairies, chemins et vielles pierres reste un grand moment de vtt, l'un des plus grand de la saison des randonnées ! Chapeau bas !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 45 kms / Durée : 3h10 / Moyenne : 14,6 kms/h / D+ : 900

 

L'édition 2013 -> lien

L'édition 2012 -> lien

 

bd110514

 
Envie d'autres vidéos ? Voici l'excellent film de Laurent Veyssiere ! Pour découvrir toutes ses vidéos, le lien vers sa page Youtube en cliquant ici !
 


carte110514

 

Commenter cet article