Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La Randonnée de Mauroux(46) du 07 avril 2013

10 Avril 2013, 20:15pm

Publié par Piw

 

vlcsnap-2013-04-10-22h10m28s91Bonjour à toutes et à tous !

 

       La saison des randos est à présent bien entamée et chaque dimanche nous emmènent en des terres à chaque fois différentes.  Après les Pechs et les mono-traces de la semaine dernière, place aujourd'hui aux cailloux et direction le Lot, plus précisément à Mauroux. Un seul circuit vtt est proposé, mais qui se partage avec les cavaliers. Un circuit pédestre est également de la partie. J'arrive sur place un peu après huit heure quinze, et retrouve Stéphane, bientôt rejoint par Ludo, Nathalie et Lionel. L'inscription se passe toujours dans cette pièce exiguë où il est bien compliqué de tenir à six ou sept sans y jouer des coudes. Mais le plus important n'est pas là, et il n'est pas encore neuf heure lorsque nous décidons de nous lancer à la découverte du tracé que nous ont préparé les organisateurs.

 

       Nous somme aujourd'hui le 7 avril 2013... 7 avril, soit quasiment trois semaines après le début du printemps. Pourtant, l'atmosphère est glaciale, le ciel couvert et un soleil aux abonnés absents ce matin. Un vrai temps de décembre qui ne va guère évoluer tout au long de cette matinée. Les premiers kilomètres vont être l'occasion de dépasser plusieurs cavaliers dans ces prairies à l'ouest de Mauroux. Même pas le temps de se chauffer que Stéphane et Lionel sont déjà passés en mode « malade », donnant à notre groupe un rythme très élevé. Nous rejoignons par la suite la Fontaine de Lavayasse par une descente très rapide avant de poursuivre quelques temps dans cette combe où le chemin est très roulant. Il ne vlcsnap-2013-04-10-22h10m13s192faut pourtant pas bien longtemps pour que nous reprenions de l'altitude et de manière très directe ! Ni détours ni fioritures, le chemin qui nous fait fasse est tel un mur, un mur que vous devinez d'avance comme la première difficulté de ce matin. Le chemin est large, certes, mais la multitude de pierres fuyantes qui le recouvrent accrois grandement la rudesse du passage. Lionel va glisser sur une de ces pierres, Stéphane ira voir se qu'il se passe derrière le talus, et moi je zigzague aléatoirement sur le chemin, tentant de tenir un équilibre bien précaire. Enfin, nous revenons finalement sur les hauteurs, et après quelques instants de répits où l'on tente de reprendre un souffle à peu près normal, nous repartons de plus belle.

       Cette montée plus dure que les autres fût la seule vrai difficulté de cette première moitié, et le circuit, jusqu'au ravitaillement, se partage entre pistes très roulantes, un peu de bitumes, et chemins à travers champs. Lionel a mit les voiles depuis un petit moment déjà, et nous roulons tous les quatre à vive allure. L'air ne s'est toujours pas réchauffé, mais il fait finalement assez bon pour rouler sans sentir la morsure du froid. Une première moitié vraiment très roulante, l'occasion de profiter des chemins tout en jetant un œil par côté pour certain à l'affût d'une morille qui aurait poussée aux abords du sentier. Point de ce champignon mais plutôt le ravitaillement salvateur, signe d'une pause bienvenue et d'un en-cas généreux. Nous sommes quasiment pile-poil à la moitié du circuit, et pas mal de monde sur le stand, nous y retrouvons d'ailleurs Lionel, les marcheurs venant se mêler aux vététistes (ou est-ce l'inverse ? Peu importe...). En échange du ticket « repas », un bon gros sandwich nous est proposé, accompagné d'un peu de vin rouge, ça passe tout seul ! On prend vraiment notre temps, dans une ambiance tout à la rigolade. Enfin, lorsque les premiers signes du refroidissement physique se font sentir, nous décidons de repartir, pour la dernière partie de cette rando pour l'instant très facile et très agréable...

 

vlcsnap-2013-04-10-22h11m35s2       Dix-sept kilomètres au compteur... Et c'est maintenant que les choses sérieuses vont commencer. Nous quittons les hauts de La combe de Marmont et roulerons encore quelques temps dans les prairies, l'occasion de taquiner les autres et de donner dans la vitesse. La descente suivante est tout bonnement superbe, virage en épingle très serré où Stéphane se la jouera coupeur de route avec un participant et une bonne prise de vitesse pour redescendre dans la vallée. Quasiment deux kilomètres d'une descente qu'il vaut mieux faire dans ce sens ! Mais le revers de la médaille à cela, c'est que nous ne pouvons pas nous trouver plus bas, alors que Vire-sur-Lot n'est pas très loin devant nous. Nous aurons droit à encore quelque kilomètres d'une relative tranquillité, un joli chemin à flan de colline va nous conduire non loin de Les Escartals pour rejoindre Bouyssac un peu après. Sur ce dernier passage de calme, un surprenant changement de décor va s'inviter à nous, passant d'une terre aux accents lotois à un bosquet frais et humide pour se conclure par un court single très joueur et très technique. Cette seconde moitié dévoile tout le potentiel de ce tracé, et vous comprenez maintenant pourquoi les quinze premiers kilomètres furent si roulant, comme pour nous faire profiter de ces superbes passages sans nous avoir « assassiné » dès le début.

       Nous venons de rejoindre le GR652 pour une toute autre notion d'amusement. Deux kilomètres et demi d'une montée interminable... Plantons le décor : une large piste très roulante où nul passage technique ne vient vous désarçonner, une vue en balcon sur la vallée où le Lot serpente en ces lieux depuis des temps anciens, le vol de milans surpris de notre arrivé, bref, tout est réunis pour que tout se passe sans accroc. Même Nathalie nous le conseille : « second plateau, il suffit de trouver le bon rythme, de s'y caler et sa passe tout seul ! »... Et bien..non...rien à faire... Stéphane et moi, dans le même état lamentable, en bavons plus que de raison, voyant nos collègues se jouer allègrement de cette montée. Mais où est le problème ? Nous n'avons pas quarante bornes dans les pattes pourtant ! vlcsnap-2013-04-10-22h09m55s19Mais rien n'y fait, chaque virages supplémentaires ne fait rien de plus qu'enfoncer notre moral de plus en plus bas... Le sommet ne se dessine jamais, et nous ne distinguons même plus nos camarades, alors que nous sommes là, à rire de notre « détresse », surpris et dépité de ne pouvoir faire preuve d'un peu plus de courage... Enfin, ENFIN, le sommet est là, et l'église de Cabanac nous prouve que nous ne sommes plus très loin du retour.

 

        Les derniers kilomètres seront tout aussi joueurs que les précédents ! Une descente très technique où de grosses pierres couvrent les trois quart du sentier va nous faire rejoindre la Combe de Gaby où nous allons quitter les GR652. La remontée jusqu'à Saby va laisser des traces qui seront vite oubliées lors des dernières descentes de la matinée qui vont conclure cette rando de fort belle manière ! Un dernier petit effort par la route et nous voilà de retour à Mauroux. Un apéritif maison nous est offert, et c'est tout naturellement que nous acceptons !

       Décidément, la saison vient à peine de débuter, mais la barre niveau qualité est vraiment très haute ! Après une merveilleuse rando à Penne, on change ici de décor tout en revoyant la difficulté à la baisse, mais le plaisir fut immense ! Un tracé juste pour s'éclater, sans autres ambitions, ni courses au dénivelé positif, ni passages très techniques à la limite du praticable, juste un tracé fait pour s'amuser, se tirer la bourre entres potes, bref, passer une matinée de détente, une très bonne matinée, tout simplement, et c'est bien là le plus important !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

On a aimé :

  • Un tracé fait pour s'amuser

  • Un ravito copieux

  • Des chemins superbes

Circuit : 35 kms / Durée : 2h10 / Moyenne : 16,9 kms/h / D+ : 525

 

 

Commenter cet article