Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La Saint-Michéloise, 10ème édition

11 Septembre 2011, 15:39pm

Publié par Piw

 

Bonjour à toutes et à tous !

 

      Une nouvelle randonnée au programme cette semaine. Et c'est dans le Lot que je vous emmène, à Cours, à quelques kilomètres après Cahors. Ludo et Nathalie faisant partis de l'organisation, nous ne pouvions pas rater cette rando. Après une grosse heure de route, nous voici enfin arrivé sur place un peu avant 8h30. Trois circuits sont au programme ce matin : 20, 40 et 60 kilomètres. Nous partirons sur les quarante, faut pas oublier que le terrain par ici est loin d'être une vaste plaine ! A l’inscription, on nous remet une plaque ainsi qu'une bouteille de vin et une boite de pâté, c'est bien sympathique ! Comme souvent, seul Damien et moi-même serons sur le départ, qui ne va pas tarder à être donné.

 

vlcsnap-2011-09-12-17h25m34s14      Nous voilà partis, alors que le gros de la troupe est déjà devant. La première descente est vite interrompu par une soudaine bifurcation sur droite. On passe d'un chemin large et roulant à un single montant où les cailloux sont rois. Autant dire qu'on est rapidement mit dans le bain. Et c'est pas la descente suivante qui va me contredire ! Une descente raide dans un sous bois sur un tapis de cailloux se défilant sournoisement sous vos pneus. Certains ne tenterons pas l'aventure alors que d'autre sans donneront à cœur joie ! Le ton est donné, cette matinée va être épique ! La portion suivante sera nettement plus calme, parfait pour vous mettre en jambe. Vu le nombre de participants présent ce matin, nous ne serons jamais seul et c'est toujours en bon groupe que nous roulerons.

      Un long sentier en file indienne sous une haie de buis proposera quelques passages techniques alors que l'on roule à un rythme tranquille. Mais ça va pas durer, et jusqu'au premier ravitaillement, nous aurons droit à une succession d'excellents singles typiquement quercynois et de montées toutes plus ardues les une que les autres. De plus, alors que dans ce sport la courtoisie veut que l'on se sorte rapidement du chemin pour laisser passer un collègue pédalant si l'on pousse le vélo, à croire que ce matin, certains avaient oublié cette marque de respect... De ceux qui s'arrêtent pile poil devant vous sans la moindre excuse à ceux qui papotent tranquillement en travers d'un single déjà compliqué à la base, vous avez là une belle brochette de « je m'en foutisme ».

 

      Le premier ravito est maintenant devant nous, après une portion plus plate qu'à l'accoutumé où ce fut l'occasion d’accélérer le rythme, faut pas croire, on va pas exploser la moyenne aujourd'hui ! Nous n'avons qu'une vingtaine de kilomètres dans les jambes et celles-ci ont déjà beaucoup souffert ! On en profite pour rester un petit moment histoire de prendre des forces et un peu de repos. Et c'est une nouvelle fois en grand nombres que l'on repart pour la seconde moitié de cette rando pour l'instant superbe et bien difficile.

 vlcsnap-2011-09-12-17h28m27s195     Pas de grand changement sur cette seconde partie. La formule du gentil faux-plat relativement large qui se transforme tout doucement en une côte atroce est maintenant bien rodée, on sait donc à quoi s'attendre après chaque nouvelles descentes. Parlons-en d'ailleurs des descentes. Nombreuses et variées on est cependant loin de la gentille descente où la verdure amortirait une éventuelle chute. Non, ici, des cailloux, des cailloux et encore des cailloux. Que ce soit des petits galets agglutinés les uns aux autres formant un tapis plus qu'incertain aux pierres plus grosses qu'il vaut mieux éviter sous peine de passer par dessus bord, sans oublier les blocs créant de primitives marches où toutes votre attention doit être rivées sur l'endroit où mettre la roue, rien n'a été oublié. Point de repos donc dans ces descentes lotoises qui vous meurtrissent les muscles des cuisses et des bras plus qu'elle ne vous repose. Pourtant, quelques portions plus calmes vont nous permettre de souffler un peu, je pense notamment à cette longue piste bien roulante ou à ce joli single longeant un petit ruisseau. Mais ces moments là sont rare, faut donc en profiter au maximum !

 

      Nous voilà maintenant arrivée au second ravitaillement. Toujours autant de monde autour du stand. On refait le plein une nouvelle fois et enquillons pour la dernière partie que l'on espère plus calme... Il n'en sera rien...

      Nos compteurs dépassent à peine les trente bornes alors que l'on papote sur la fin de circuit que l'on aimerait. Il va s'en dire qu'on vise plutôt dans du plat même si une dernière bosse nous ferais plaisir. Et on va être gâté ! On pensé avoir fait le plus dur, mais que nenni, une longue, très longue montée nous attends, fière de mettre à mal les organismes déjà bien amochés des participants. Et comme si la longueur n'était pas suffisante, nous allons trouver un peu tout les types de terrain. Du passage très technique où slalomer entre les autres vététistes fut plus un coup de chance qu'une vrai maîtrise, au chemin sinueux tel un serpent entourant la colline sans oublier la longue piste où la chaleur vous tombe dessus comme un poids mort, autant dire que le désir de voir le sommet était présent à chaque tour de pédale. Et quand on se disait que l'on ne pourrait pas monter plus haut, le tracé vous faisait légèrement redescendre pour renquiller sur une autre bosse. Ainsi furent les dix derniers kilomètres, où les compteurs n'avaient plus vraiment d'importance. La seule chose qui comptait était de gérer l'eau qui restait pendant que les vaches nous regardaient passer tout en vaquant à leur broutage quotidien.

 

vlcsnap-2011-09-12-17h23m56s10      Enfin, il nous semble apercevoir l'arrivée et la dernière côte sera l'occasion de se tirer la bourre, histoire de bruler les dernières forces qu'il nous restaient. Quarante deux kilomètres à même pas treize de moyenne, on a rarement fait plus bas ! Mais quel tracé ! On comprend mieux pourquoi Ludo et Nathalie se débrouille aussi bien ! C'est sur des randos comme celle-là où l'on se rend compte que le vtt c'est pas simplement pédaler pour avancer, c'est aussi savoir doser ses efforts aux bons moments, savoir gérer ses compétences et aller puiser dans ses ressources jusqu'à atteindre la limite sans jamais la dépasser. Un sport où beaucoup se joue dans la tête, un superbe sport.

 

      Pour notre deuxième rando dans le Lot on fut servi ! Une difficulté certe bien dosée mais d'un autre niveau quel tous ce qu'on a pu faire jusqu'à maintenant ! Heureusement, un bon repas nous attendait au retour accompagné d'une bonne pression bien fraîche et du sourire des organisateurs !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 42 kms / Durée : 3h20 / Moyenne : 12,8 kms/h

 

 

Commenter cet article