Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Le Pech de Paulhiac(47) et ses environs du 08 décembre 2013

15 Décembre 2013, 17:43pm

Publié par Piw

- EPISODE 43 -


LE PECH DE PAULHIAC ET SES ENVIRONS !!

QUAND LES GAMELLES S'ENCHAÎNENT !

 

vlcsnap-2013-12-15-18h38m33s56             Aujourd'hui, nous décidons de rouler dans les environs de Paulhiac. Le départ est prévu à neuf heures de chez Ludo et Nathalie. Une fois n'est pas coutume, les températures sont largement négatives, et sur les hauteurs, les thermomètres descendent allègrement en dessous du zéro degrés, avoisinant même les mois trois degrés. Autant être avertis de suite, il va faire bien plus froid dans les vallées et vallons encaissés où le soleil n'a guère le temps de réchauffer les sols en ces jours les plus courts de l'année. Nous serons six, à savoir Bruno et Jean-Mi, Yohann, Ludo et Nath et moi-même. Après un petit café au coin du feu, il est bien difficile que de remettre le nez dehors ! Nous voilà donc, emmitouflés jusqu'aux oreilles, partant sur des chemins gelées, où de nouveau, la beauté d'une nature glacée n'aura de cesse de nous émerveiller...

 

             Pour l'heure, histoire de nous faire bien prendre conscience qu'il fait froid, les premiers kilomètres vont se partager entre descentes glaciales et vallées encaissées. Tout est blanc autour de nous, comme si la nature s'était changé dans la nuit en mille et un morceau de verre sur lesquels vient scintiller une lumière solaire encore blafarde. Diantre, c'est magnifique, mais, bien que nous profitions du décor, ce froid est à l'œuvre sur nos organismes, réduisant nos discutions à de simple « J'ai les doigts gelés » ou à « Bon dieu qu'il fait froid » sans oublier le classique « Tiens, il faisait bien meilleur sous la couette ! Faut être malade ! ». Et comme si le froid n'était pas assez intense, au bout d'une courte descente au plafond végétal assez bas, nous allons trouver le petit ruisseau de Faysole. La traversée paraît simple, mais le contact d'une eau pas bien chaude va refroidir nos ardeurs. N'en déplaise à Yohann, qui, bravant les éléments, va nous montrer une nouvelle technique de pêche dite de la « plongée en eau froide ». Personne ne s'y attendait, et surement pas lui, mais un cailloux mal placé va le faire plonger dans ce petit ruisseau pourtant calme. Quant à savoir si les poissons se laisseront prendre à cette technique... Finalement, le reste de la troupe décide de traverser à pied, sachant pertinemment que la saison de pêche n'est pas encore ouverte...

vlcsnap-2013-12-15-18h38m06s16             Nous apercevons Paulhiac, au loin, toujours dans des paysages d'un blanc polaire. Puisque nous sommes ici, autant en profiter pour monter au Pech, par le versant Ouest. L'on s'y attendait, la montée est ardue, raide et épuisante. Le paysage qui se dévoile sur les hauteurs sonne alors comme une récompense et laisserons nos regards se perdre quelques instants dans cette horizons infini. La descente jusqu'au village est rapide et nous allons suivre la trace du GR636 jusqu'à l'entrée du Bos de Laspeyrières. Ici, les sous-bois ont conservé un semblant de douceur, et il est maintenant bien plus agréable de rouler ! Après un petit passage aux allures trialisantes vraiment superbe, nous allons passer une bonne partie des kilomètres suivants entre les forêts de Paulhiac et de Montagnac. Un véritable dédale de chemins et de sentiers qui se croisent et se recroisent à vous en donner le vertige. Afin d'éviter une portion de route, nos traceurs d'aujourd'hui vont nous proposer une petite boucle dans les bas-fonds de Cabirol. Après une descende technique et glissante, un petit sentier sauvage va nous mener au pied de la grosse montée de cette sortie.

 

             L'ascension débute. Plusieurs dizaines de mètres nous séparent des hauteurs et de la première maison de Bouynet. Le sol est couvert de feuilles sous lesquelles se dissimulent de nombreuses pierres glissantes. On va en baver ! Et déjà, à peine venions nous de faire quelques mètres que de nouveau, Yohann va nous gratifier d'une jolie glissade, tombant en douceur sur le côté. A cet instant, je ne savais pas encore que j'allais me joindre à lui dans le vlcsnap-2013-12-15-18h39m00s64ballet de gamelle qu'allait être cette sortie ! Péniblement, laborieusement, l'ascension se fait, zigzaguant quelques-fois, regardant que rarement la distance qu'il nous reste avant la fin. Soudain, une branche mal placée sur laquelle je vais glisser, et me voilà à mon tour allongé par le talus, profitant malgré tout de cette pause inattendue. Derrière moi, j'entends les rires de mes collègues tout en me relevant et reprenant cette ascension pour parcourir deux mètres de plus quand soudain... Et rebelote ! Me revoilà déjà de nouveau par terre, éclatant de rire devant ce doublé involontaire. Enfin, après poussages et roulages, nous arrivons enfin sur les hauteurs et décidons d'y faire une pause bienvenue.

 

             De nouveau sur les traces du GR636, nous roulons rapidement sur cette large piste. Bientôt, nous laissons celle-ci pour un sentier en sous-bois, rapide et sinueux, afin de faire notre retour au cœur de la forêt de Montagnac. Nous croisons des chemins que nous avons emprunté tout à l'heure et nous dirigeons à vive allure vers Bertis. L'ascension jusqu'à la chapelle est courte mais épuisante. Nous rejoindrons ensuite Peyrelevade par un chemin superbe, que nous n'avons pas l'habitude de prendre. Nous laissons les dernières habitations de Salassou alors que nous redescendons dans la vallée du départ, qui a à présent perdu sa robe blanche. Le dégel est à l'œuvre, et le chemin actuel en est la preuve. En plus de descendre, de profondes ornières balafrent celui-ci, agrémentées de ronces et d'une eau ruisselante. Enfin notre troupe arrive à son point de départ après une trentaine de kilomètre.

 

             Telle fut cette sortie : des gamelles, du froid, mais une bonne humeur de tous les instants ! Si l'on excepte le Pech de Paulhiac et la montée jusqu'à Bouynet, le reste du tracé ne présenta pas de difficultés majeures. Les débuts furent pourtant délicats, rendus pénible par ce froid mordant. A contrario, les sols étant gelés, nous ne pouvions que nous réjouir de ne pas rester collé dans cette terre par ici amoureuse. Un mal pour un bien ou inversement, chacun le verra comme il voudra !

 

Sur ce, à bientôt pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 30 kms / Durée : 2h15 / Moyenne : 13,9 kms/h / D+ : 463

 

 

Commenter cet article