Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Le Roc Montcuquois - version diurne - à Montcuq(46) du 08 juin 2014

20 Juin 2014, 20:29pm

Publié par Piw

- EPISODE 66 – 2EME PARTIE


UN WEEK-END AU ROC MONTCUQUOIS !

SUR LES TERRES DU QUERCY BLANC DE JOUR COMME DE NUIT!!

 

             Comme prévu, la nuit fût courte. Les phases de sommeil ne furent vraiment pas nombreuses, et déjà, les oiseaux entonnent leurs chants matinaux. Le soleil, en cette saison, se lève tôt, allongeant ses premiers rayons sur ce camping à peine éveillé. Un à un, mes collègues et les autres vététistes ayant passé la nuit ici émergent de leur sommeil, rendant l'endroit de plus en plus vivant. L'heure tourne et il est déjà temps que de s'inscrire pour ce Roc, alors que nous rejoignent Bruno, Adrien, Guy et ses collègues. Le départ étant libre, nous enclenchons un peu avant neuf heures, inscrits sur le circuit de quarante-cinq kilomètres.

 

vlcsnap-2014-06-10-23h02m25s93             A nouveau, nous grimpons dans les rues de Montcuq. L'on ne monte pas jusqu'au donjon et quittons rapidement la ville pour suivre les mêmes débuts qu'hier soir. De jour, le chemin semble complètement différent et l'allure est nettement plus élevée ! Toujours aussi difficiles, ces premiers kilomètres nous plongent directement dans l'ambiance. Ça monte, ça redescend en suivant, ici une superbe mono-trace en sous-bois, avant de retrouver montées et descentes. A flan de coteau par un sentier étroit, sous un tunnel de buis ou par une longue montée, c'est une redécouverte que de refaire ce début, qui semble si différent de jour. Et puis bientôt, nous quittons les traces de la nocturne pour se lancer sur de l'inédit et passer aux choses sérieuses. C'est le début de tout. Les alentours deviennent de plus en plus blanc, le sol prend des airs arides, à mesure que nous gagnons les hauteurs de le Cruzoul. Et là, c'est le déclic. Nous réalisons que nous allons en prendre plein la vue tout au long de cette matinée. Le décor qui s'offre à nous est d'une beauté sans pareille. Envolées les profondes et humides forêts que nous connaissons si bien, tout ici respire la terre blanche et grise, la roche, les promontoires et hauts plateaux. Le pilotage en devient soudain bien plus technique, pour notre plus grand plaisir ! Impossible de détacher son regard de cet horizon hypnotique. Il ne faut rien rater du spectacle impressionnant que nous offre la nature, et c'est souvent à contrecœur que l'on ramène son regard au devant de sa roue afin d'éviter une mauvaise chute. Et au vue de la descente qui s'annonce, pas question d'aller gouter au terrain ! D'une technicité incomparable avec les descentes que nous avons par chez nous, l'instant est sérieux et maitrisé. Nous voilà dans la vallée, et à peine traversons nous la sympathique petite bourgade qu'est Saint-Pantaléon que déjà la montée suivante s'amorce...

vlcsnap-2014-06-18-21h56m06s133             Rapidement de retour sur les hauts plateaux Quercynois, nous profitons de chaque minutes qui s'écoulent en ces lieux. Un soleil généreux, des mono-traces de rêve, des paysages à couper le souffle, bref, le temps semble comme suspendu et nous aimerions que cela ne s'arrête jamais. Nous roulons un moment sur les hauteurs de La Vayssière pour finalement redescendre dans cette étroit vallon que celui de Mages. Face à nous se trouve la plus rude des montées que nous allons devoir surmonter de cette matinée. A peine quelques mètres se passent sur le vélo, toute la suite de cette ascension va se faire en poussant, en glissant, en s'accrochant. Bref, loin d'une sinécure, l'on se demande même si d'autres avant nous ont réussi l'exploit que de monter ici. Et au bout de nos efforts, c'est un nouveau panorama qui nous est offert, au milieu d'herbes étranges, le tout dans des teintes dorées, ocres, s'accordant avec le vert foncé des arbres sur les versants voisins. L'on ne reste pas longtemps en hauteur, et la descente vers la combe des Cayrousses est tout aussi ardue que la montée précédente ! C'est raide, très raide même, avec nombre de cailloux fuyants sous vos roues. Beaucoup d'entre nous descendrons à pieds et bravo aux courageux qui auront eu la vaillance de ne pas quitter leur monture ! Dans la vallée, nous allons pouvoir profiter d'un petit moment de calme, sous le couvert familier des forêts, et faire redescendre l'adrénaline. Car du courage, il va en falloir, quand l'on sait la nouvelle ascension qui nous attends à la sortie de ce bosquet décidément trop court !

 

vlcsnap-2014-06-10-23h00m50s151             Le Pech Traucat n'attends plus que nous. A nouveau, c'est une montée sévère que nous trouvons, mais pour une suite sans commune mesure, nous faisant oublier la rudesse de l'instant d'avant dans un claquement de doigt ! Une mono-trace somptueuse, magique, unique. A flan de coteau, pas question ici d'être gagné par le vertige sous peine de ne plus pouvoir faire un pas de plus. L'on serpente sur une longue distance, avec les vallées et collines lotoises se dessinant en fond, pour un pur moment de vtt comme il y en a peu ! Le Lot se dévoile un peu, riche de millier de singles magistraux, et c'est dans de tels instants que nous ne regrettons nullement que d'être venu poser nos roues ici ce matin ! Nous ne perdons pas une seule miette de tout cela et gravons chaque paysages dans nos mémoires. De montées en descentes, nous allons rouler un long moment par ces mono-traces jouissives. Insouciants, nous serpentons allègrement sur les hauteurs et en plein cœur de la Combe du Rat. Pourtant, un doute de plus en plus persistant nous assaille. Mais où donc se trouve le premier ravitaillement ? Nous atteignons bientôt les vingt-cinq kilomètres et aucune pause ne s'est présentée. L'avons-nous raté ? Apparemment non, aux dires des autres participants qui l'attendent eux aussi fébrilement. Certes, le cadre est enchanteur, un pur plaisir, mais profiter de tels endroits avec l'énergie qu'il faut pour en sublimer la moindre parcelle n'est que plus beau ! Les bidons et camelbak se font léger, tous comme les estomacs qui commencent à se faire entendre. Voilà qui est regrettable... Dans tous les cas, nul autre choix que d'avancer, en espérant voir poindre le bout des victuailles à la sortie du prochain virage.

vlcsnap-2014-06-10-22h57m31s219             De retour une énième fois sur les plateaux après une énième montée harassante, la large piste va nous conduire à la quintessence à la fois panoramique et technique. Nous arrivons sur le calvaire de Bagat-en-Quercy. La trace n'est vraiment pas large et des deux côtés, la pente est abruptes. De gros rochers se disputent l'endroit sur le sentier, alors qu'en fond, sur le coteau voisin, le château de Folmont se devine, imposant, du coin des yeux, tant ceux-ci restent désespérément rivés sur votre roue avant. Enfin, les lieux se font un peu plus large, et nul autre choix que de s'arrêter un instant afin de profiter du point de vue splendide qui nous est offert. Ces trente premiers kilomètres ne sont guère avares en tout ce qui fait le bonheur d'un vététiste ! Mono-traces somptueuses, panoramas grandioses, descentes et montées à la pelle, décidément, ces « Rocs » valent assurément que l'on fasse le déplacement ! La descente vers le village est courte mais terriblement technique, et enfin, c'est au cœur de Bagat que nous allons trouver le premier ravitaillement, nos compteurs plus très loin de la trentaine de kilomètre. Il était tant, et cela se voit vu le nombre impressionnant que nous sommes nous « jeter » sur les victuailles et les boissons. On mange beaucoup, trop même, buvons à nos aises et refaisons le plein en eau, conscient que la chaleur n'a pas finit de grimper et qu'il reste encore un bon morceau à rouler. Et c'est là toute l'erreur que je n'aurais jamais dû commettre...

 

montcuq03             La reprise est vraiment difficile. Nous avons prit bien trop de temps sur le ravitaillement. Le temps de se remettre en jambe est bien plus long que l'on imaginait. Mais ce n'est pas tout. A trop manger et boire sur une pause, cela attire forcément une bête que l'on aime pas voir venir. La première montée la pousse à me suivre, me faisant sursauter de surprise d'abord, puis de douleur ensuite. La crampe. Une entité sournoise et mesquine. L'on ne sait jamais quand elle arrive, ni combien de tant elle va rester sur vous. Heureusement, la suite du tracé sera plus conventionnelle, plus roulante. Les mono-traces techniques se font nettement plus rares, les descentes périlleuses disparaissent, et même si une ou deux montées vont se présenter, plus rien n'égalera la première et somptueuse partie que nous venons de vivre. Une bonne façon de retrouver le calme. La fatigue aidant, notre groupe s'étiole peu à peu. De mon côté, les crampes s'évanouissent elles aussi progressivement, retrouvant le plaisir de rouler sans se sentir stopper par une vive douleur.

             Les heures tournent, et les kilomètres aussi. Et c'est bien là qu'est le nouveau problème de la matinée... Bientôt plus de quarante kilomètres, et toujours pas de second ravitaillement. Décidément, un mauvais sort plane sur nos estomacs ! Un rapide coup d'œil au GPS, histoire de voir notre position et c'est le coup de massue. Vu la distance qui nous sépare de notre point de départ et vu que nos compteurs ne sont pas loin d'afficher la distance pour laquelle nous nous sommes inscrit, comme on dit alors : il y a une « couille dans le pâté »... L'on aurait dû s'en rendre compte depuis un petit moment déjà, le balisage était par endroit plus qu'aléatoire. Un coup des flèches jaunes et rouges, l'instant d'après ne reste que des rouges, par moment, des flèches bleues, alors qu'aucun circuit n'était balisé de la montcuq04sorte et même à une ou deux fois des flèches multicolores... Bref, le tout n'était pas toujours très cohérent, et c'est là que nous aurions dû nous rendre compte que quelque-chose clochait...

             Nous allons enfin trouver la seconde pause à Belmontet. Nous faisons alors par de nos doutes aux bénévoles en place, leur demandant si c'est normal que nous soyons ici à un peu plus de quarante-cinq kilomètres alors que c'est la distance que nous devrions avoir en tout et pour tout. D'abord surpris, ceux-ci ne s'étonnent pas et nous assure que « mais c'est normal ! Des flèches ont été enlevées, vous avez fait une boucle supplémentaire, c'est normal !! »............ Un long silence s'en suit.... Ben non, justement, ce n'est pas normal ! Même si pour ce bénévole la chose semblait naturelle, il y a quand même un problème. Soit, que des balises et des flèches aient été enlevées est une chose et cela arrive, au grand dam des organisateurs, mais pourquoi diable, puisque la chose se savait depuis un petit moment, rien n'a été fait en conséquence !? Loin de moi l'idée de juger ou de critiquer, je connais les difficultés d'une telle organisation, mais tout de même... Rien n'empêche de faire remonter l'information dès que la chose se sait afin d'envoyer quelqu'un sur place pour corriger le problème... Sans vouloir partir montcuq05dans une polémique stérile, chaque participants de ce matin a tout de même payé sa participation, il est donc en droit d'avoir un service en conséquence. C'est le principe du marchand-client. Bien sur il y a plus grave, bien sur, les couacs font partie de telles manifestations, mais là où le bât blesse, c'est la désinvolture avec laquelle nous avons été accueillit, alors que nous ne demandions rien d'autre que quelques explications, ni plus ni moins ! Cela afin de signaler un problème sur le tracé... C'est regrettable et fort dommage que notre parole soit ainsi mise en doute sans vraiment se préoccuper du fondement du problème... Bref, je ne vais pas écrire plusieurs pages sur la question, cela pourrait vite devenir rébarbatif à lire ! L'on apprend qu'il ne nous reste que six kilomètres en rentrant par la route, et entre douze et quinze par le tracé. Ludo, Nath et Adrien finiront par les chemins alors que le reste de notre troupe terminera par la route, un goût terriblement amer que d'achever ainsi cette rando qui avait pourtant si bien commencé !

 

             Nous nous retrouvons tous, une fois douché, autour du repas servi à l'ombre des arbres du camping. L'heure est tardive, et nous posons nos carcasses endolories et épuisées, discutaillant un long moment ! Enfin, le moment est venu de plier bagages. Quel week-end ! Placé sous le signe du vtt, tout ne fut pas parfait mais le temps fera son office et ne resteront alors que les meilleurs moments !

vlcsnap-2014-06-10-22h58m17s175             Un samedi soir magique. Vingt kilomètres à la seule lueur de nos lampes, roulant sous une voute céleste où les constellations brillaient d'un éclat estival et où la terne lueur de la Lune berçait une nature endormit. Un grand bol d'air, une autre façon d'aborder notre sport, et une manière sans pareille pour se vider l'esprit. Le dimanche, retour aux sources. Place à la version sportive du vtt. Un tracé somptueux, pimenté de nombreuses mono-traces toutes plus magiques les unes que les autres, des paysages à couper le souffle, de bonnes montées, de non moins bonnes descentes, un circuit qui laisse rêveur. Il est fort dommage que le balisage fût si maladroit par moment, que ce fichu premier ravitaillement est mit tant de temps à se présenter, et cet accueil quelque peu « agressif » sur le second. Pourtant, malgré tout cela, le plaisir fut immense ! Rouler en ces terres, sous un ciel sans nuages, par des chemins magiques, dans un groupe excellent, le bonheur tient parfois à peu de choses ! Il ne fait aucun doute que nous reviendrons ici l'année prochaine, et que ces quelques « mésaventures » ne seront alors qu'un lointain souvenir, rangées au plus profond de nos mémoires, désireux et fébriles que de pouvoir à nouveau redécouvrir des contrées riches en émotions !

A l'année prochaine !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 54 kms / Durée : 3h53 / Moyenne : 14,1 kms/h / D+ : 1028

 

Le récit de la rando nocturne en cliquant ici avec l'ajout de la superbe vidéo de Seb !

 

carte080614 montcuq01
 

vlcsnap-2014-06-18-22h15m26s233vlcsnap-2014-06-18-22h15m13s105

 

vlcsnap-2014-06-18-22h13m42s220vlcsnap-2014-06-18-22h13m26s43vlcsnap-2014-06-18-22h03m30s241vlcsnap-2014-06-10-23h01m12s129vlcsnap-2014-06-10-22h59m00s70-copie-1

Commenter cet article