Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Les coteaux de Blanquefort/Briolance du 02 mars 2014

10 Mars 2014, 20:26pm

Publié par Piw

- EPISODE 54 -

 

 

QUAND LE TRACÉ SE VEUT CORSÉ !

MONTÉES ET DESCENTES AU RETOUR DES GELÉES BLANCHES !

 

vlcsnap-2014-03-10-21h19m44s217             Enfin ! Enfin une journée qui promet d'être ensoleillée ! Cela fait bien longtemps que nous n'avons plus roulé sous un soleil éclatant, même si la veille fut cependant copieusement arrosée. Pourtant, une forte gelée blanche couvre les terres, alors que l'aube se lève délicatement, faisant briller ces milliers de cristaux glacés de mille et un éclats. C'est du cœur de « Blanqufort sur Briolance » que nous allons partir aujourd'hui, là même où les températures sont descendues jusqu'à moins cinq degré aux toutes premières lueurs du jour. Nous voilà quatre à braver ce virulent retour du froid, même si l'air exhale déjà une impression printanière, signe que les environs vont rapidement se réchauffer à mesure que les gelées s'effaceront, silencieusement, à mesure que l'astre de feu poursuivra sa progression vers un nouveau crépuscule.

 

             Nous quittons le village et rejoignons rapidement  « Cataran ». La première montée, déjà, ne s'est pas déroulée sans heurts, et les souffles sont courts et bruyants sur les hauteurs de ce plateau. Mais ce qui impressionne le plus, vlcsnap-2014-03-10-21h20m18s39c'est cette différence de température entre la vallée et les hauteurs, une énorme différence, qui va bientôt nous faire regretter de redescendre dans les prés de « Combres ». A mesure que nous dévalons cette étroite route, le fraîcheur encore bien présente se rappelle à nous, et l'herbe n'a ici pas encore perdue sa robe d'un blanc cristallin. Nous laissons l'ancien lavoir des lieux derrières nous et nous engageons pour une longue montée à travers bois vers « Combres Haut ». Le chemin est agréable, bien que rude, et nous arrivons de nouveau sur les hauteurs. Nous nous réengageons au cœur des forêts, que nous ne quitterons plus jusqu'à « Lafage ». Rien de vraiment technique ici, si ce n'est à choisir la meilleure façon d'éviter telle ou telle flaque d'eau. De retour dans la vallée, c'est un nouveau lavoir qui se présente à nous, juste avant que nous ne remontions vers « La Brame ». A partir d'ici, nous allons trouver la portion la plus roulante de cette matinée, et ce, jusqu'au au hameau de « Naugarède ». Une large piste suivit d'un chemin tout aussi rapide. Enfin, nous laissons le château du « Camp de Naugarède » derrière nous et dévalons le bitume pour trouver les rives du petit ruisseau du même nom... Rien n'a vraiment changé depuis la dernière fois que nous sommes passés par ici, et c'est toujours les roues dans l'eau que nous nous dirigeons vers la longue et harassante montée des « Grèses de Péperdut ».

 

vlcsnap-2014-03-10-21h26m05s179             Difficile que d'atteindre le plateau sans n'avoir posé les pieds à terre une seule fois ! Des passages glissants ou plus techniques, rien ne vient nous faciliter la tâche. Bientôt, nous laissons le « Camp des Moulignés » derrière nous et nous posons pour une pause bienvenue, sur les flans de la colline, d'où l'on peut apercevoir entre les branches encore nues les plus hauts toits de Saint-Front. L'air s'est bien réchauffé lorsque nous repartons, par un petit sentier très sauvage, dont la trace se perd par endroit au milieu de hautes herbes. Nous n'allons pas tarder à retrouver un chemin plus large, lorsque Bruno nous gratifiera d'une roulade dont il en a le secret, ne sachant plus qui du bonhomme ou du vélo s'arrêtera le premier. Plus de peur que de mal pour une gamelle malgré tout impressionnante !

             Nous voilà maintenant devant l'objectif de cette matinée : les « carrières ». Immenses « cavernes » taillées par l'homme, comme une gueule béante ouverte par le flan du coteau. Autrefois utilisées par les agriculteurs des environs pour y abriter bovins et ovins ainsi que pour y entreposer meules de foins et de pailles, elles ne servent aujourd'hui plus qu'à la sauvagine. Endroit atypique s'il en est, s'est un silence vlcsnap-2014-03-10-21h17m39s243impressionnant qui règne à l'intérieur. Il est temps de continuer cette descente vers la vallée de la « Briolance ». Nous nous engageons sur un single étroit et sinueux, aux allures typiquement lotoises, où les cailloux fuyants sont légions. Avec en toile de fond la colline de « Bresque », le spectacle est unique et l'instant définitivement trop court. Il en est de ces passages que l'on aimerait qu'ils durent une éternité... Nous gagnons « Saint-Front » et suivons la route avant de trouver de nouveau une trace à peine marquée. Changement de décor ici, c'est maintenant sur la colline qui nous faisait face il y a peu que nous progressons, au milieu d'un vaste champ de genièvres. L'instant est sauvage, une nouvelle fois, mais pas dénué d'intérêt. Nous trouvons bientôt le chemin qui va nous permettre de remonter sur les hauteurs de « Bresque » d'où la vue nous laisse rêveur un court instant devant ce bleu azur du ciel et cette végétation à passe de renaître pour un nouveau cycle, le tout dominé par les hautes collines avoisinantes et si chères à nos cœurs.

             Nous ne sommes plus très loin de « Blanquefort », et malgré le peu de kilomètres, les jambes commencent à être douloureuses. Il faut dire que nous n'avons pas fait dans la dentelle aujourd'hui, mais les derniers kilomètres vont vlcsnap-2014-03-10-21h19m04s77nous proposer l'un des meilleurs passages de nos terres. Nous traversons « La Bistoule ». Le sentier serpente de nouveau à flan de colline, avec toujours un paysage unique et magnifique. Nous roulons encore quelques temps en terres « arides », avant de retrouver les couvert des bois pour une descente sauvage où slalomer entre de jeunes chênes est un réel plaisir. Rapide et étroit, voilà la force de ce sentier, qui nous emmène tout droit aux portes du château de « Blanquefort ».

 

             Une sortie avec peu de kilomètres, certes, mais un bon dénivelé et énormément de sentiers sauvages, à la limite du praticable, mais dans des lieux magiques et somptueux ! Nos terres sont riches de chemins et sentiers qui ne demandent qu'à être découvert, où la surprise d'un point de vue immense côtoie l'étonnement à la vue d'une gariotte ou de tout autres vestiges du passé.

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 23 kms / Durée : 2h / Moyenne : 11,8 kms/h / D+ : 620

 

 

carte020314
 


Commenter cet article