Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Les secrets autour de Blanquefort(47) du 06 juillet 2014

10 Juillet 2014, 19:48pm

Publié par Piw

- EPISODE 70 -


BLANQUEFORT, UNE DIVERSITE UNIQUE

DE SENTIERS ET DE PAYSAGES !!

 

vlcsnap-2014-07-10-21h34m42s234             Initialement, nous avions prévu ce dimanche de nous rendre à la randonnée de Fongrave si la météo le permettait. Et la météo ne l'a pas permit... Un bel orage accompagné de fortes pluies éclata dans la nuit. Le matin, aux premières lueurs de l'aube, la pluie avait cessé mais les éclairs et le lointain grondement du tonnerre n'inauguraient rien de bon. Indécis, je reste un petit instant à regarder par la fenêtre, espérant une accalmie soudaine, sans réels espoirs. Et puis, un premier message arrive sur mon portable : Bruno. Un message qui mettra tout le monde d'accord pour retourner se coucher. Je cite « 6h15 : c'est l'apocalypse... ». Tout est dit. Retour sous la couette en attendant des jours meilleurs...

             La matinée s'écoule, doucement, laissant le temps au soleil de se refaire une timide place entre de nombreux nuages. Quelques regrets me gagnent, en voyant cette météo soudainement plus clémente. Après tout, pourquoi ne pas y être allé malgré tout ? Il ne pleuvait pas tant que ça et à présent, le temps est agréable, même s'il fait lourd et que l'air est chargé d'humidité. Il est bientôt onze heure. Le portable sonne. Je décroche, c'est Bruno.

             « Allô Sylvain ? Je te réveille ? »

             « Non, non ; ça va ? »

             « Ouaip, c'est con t'as vu le temps, il fait pas mauvais en fait! »

             « Ben ouais, de toute façon c'est à chaque fois pareil ! »

             « Dis-moi, ça te dirait de partir faire un petit tour maintenant ? »

             « Oui, oui pourquoi pas! »

             « Ok, je suis chez toi dans dix minutes ! »

 

Et voilà comment d'une rando à presque une heure de route, un gros orage va nous faire rouler chez nous à l'heure où certain ne vont pas tarder à attaquer l'apéro !

 

      vlcsnap-2014-07-10-21h35m14s73       Il est quasiment onze heure quinze lorsque nous démarrons. D'un commun accord, l'on décide et de rester à proximité de Blanquefort, en cas qu'une averse soudaine ne nous surprenne, et d'éviter les chemins encaissés et la boue qui doit s'y trouver. L'on dévale cette haute colline afin de rejoindre le GR36 qui longe la Briolance. La descente est rapide jusqu'à ce que le chemin se rétrécisse pour une monotrace à fleur de coteau aux allures lotoise. Pierres fuyantes, virages resserrés et pente raide pour finir, une belle entrée en la matière ! Nous voilà sur le GR. Profitons de ce chemin car ce sont les seules notes de plats que nous allons avoir ce matin. Direction Coulon pour suivre le sentier menant au bas de Le Mayne. L'endroit est très bucolique, grâce en grande partie à ce petit ruisseau qui s'écoule paisiblement. Une fois sur les hauteurs du Mayne, nous redescendons par un sentier sauvage avant de couper à travers champs vers les ruines de Loustalet. Place maintenant à une nouvelle superbe descente rapide et technique où le Lot semble s'inviter une nouvelle fois en nos terres. Nous gagnons ensuite Blanquefort. Le petit sentier qui remonte devant les imposantes portes du château n'attendait que nous. C'est plein d'assurance que nous l'attaquons. Il ne manquait pas grand chose, mais les derniers mètres nous furent fatals et c'est à pied que nous terminons pour rapidement redescendre dans le village.

vlcsnap-2014-07-10-21h36m24s253             Direction Le Brel, par un chemin fraîchement réouvert et qui transpire l'histoire et le passé du village et de ses habitants ! La végétation, elle aussi, semble d'un autre âge avec ses fougères étonnantes. Nous atteignons bientôt les plateaux du Brel. Nouveau changement de décor. Les cailloux et roches ont à présent laissés la place à de vastes pâtures et champs de blé et de tournesols. Le dépaysement est rapide ! De vieilles bâtisses trônent ici, comme plongées dans un sommeil profond depuis que plus aucune âmes humaines ne demeurent en leurs seins. Les herbes folles et les ronciers prennent peu à peu possessions des lieux, là où il y a quelques années, joies, peines, jeux d'enfants et labeurs journalier égayaient ces endroits d'une vie riche et saine ! Preuve en est que l'endroit est sauvage tant le chemin que nous roulons n'en a finalement que le nom. De hautes herbes plus grandes que nous poussent ici, au milieu des ronces et des orties. Quel dommage ! De si beau endroit, oubliés, laissés à l'abandon, comme si le passé n'avait plus aucune valeur, faisant fît d'un devoir de mémoire pourtant nécessaire ! C'est des rêves pleins les yeux que nous quittons cet endroit, pas fâchés cependant de laisser derrière nous cette végétation hostile. Et c'est juste après Veyrines que nous changeons de nouveau de décor pour s'enfoncer dans les forêts humides où règnent en maîtres châtaigniers et autres chênes centenaires...

 

  vlcsnap-2014-07-10-21h38m21s156           Nous filons vers les abords des prés de Péchaudral. Glissantes et techniques, la descente est jouissive ! C'est ici que l'on réalise que l'on possède un terrain de jeu exceptionnel ! Qu'importe la météo, jamais la terre ne collera, qu'importe sa condition du moment, l'on trouvera toujours des chemins à son niveau, des plus roulants au plus techniques, de la descente rapide ou sinueuse, de la montée éreintante, des monotraces habilement dissimulées dont seuls quelques initiés en connaissent l'existence, le bonheur est sur le pas de notre porte, il suffit de tendre la main, de fermer les yeux, d'écouter les forêts respirer, de se laisser porter par le chant calme et reposant de Dame Nature, et de rêver, voyager au gré des frasques de notre esprit, le laisser nous guider et finalement avoir vécu l'éternité dans ce si court instant, instant posé au creux de notre main, qui s'échappe sitôt que l'on tente de le retenir en refermant ses doigts, fuyant devant nous, s'éloignant en virevoltant, pour de nouveau revenir se poser dans les paumes de nos mains, un autre jour, un autre endroit et nous réinviter à cet unique voyage.

             Nous arrivons tous près de Bresque et profitons d'un point de vue sur la vallée de la Briolance. Il est déjà tard, nous engageons le chemin du retour. Pas question de conclure cette sortie de façon classique. Nous traversons La Bistoule et après cette courte mais ardue montée, nous trouvons l'entrée sauvage et dissimulée de cette monotrace magique qui file tout le long du Rocher de Gaillard. L'instant est somptueux car rare et secret. Souvent sur le flanc d'un dévers prononcé, l'attention doit être de mise, sans pour autant se priver d'un pur moment de vtt ! Nous rejoignons bientôt Coulon et décidons de rentrer par la route, l'heure ayant définitivement reprit de l'avance sur nous.

 

            vlcsnap-2014-07-10-21h38m49s179 Une courte sortie aujourd'hui. A peine vingt kilomètres aux compteurs. Mais comment ne pas tomber sous le charme d'une telle sortie ? Nous avons réussit à condenser en très peu de kilomètres une partie des plus beaux chemins et sentiers de nos terres, variant allègrement décors et atmosphères, sans jamais s'éloigner du village de Blanquefort ! Preuve que l'endroit regorge de mille-et-un trésors dont il est si bon que d'en ouvrir le coffre, sans jamais s'approprier ce butin d'une richesse infini, juste le contempler, en boire jusqu'à plus soif puis le remettre en place et en refermet la malle, pour de nouveau s'en émerveiller à notre prochain passage ! Certes, ce récit dénote une légère pointe de chauvinisme, et je m'en excuse,. Mais mes pensées se couchent toutes seules sur le papier et mes doigts parcourent les touchent du clavier comme animés d'une vie propre. Impossible pour moi que de faire un texte court ou « classique » quand je parle de mes racines. De ces sentiers qui, j'aime à le penser, sont quelques part un peu les miens, de ses bois et forêts qui m'apaisent, alors que je me laisse bercer par le doux bruit du vent dans le feuillage des arbres. Il en est ainsi, mais nos terres sont véritablement source abondante d'inspiration, d'imagination, mais surtout de rêves !

 

Votre serviteur, Piw

 

 


 

Commenter cet article