Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Rando à Lalinde

14 Mars 2010, 14:34pm

Publié par Piw

        Au programme de ce dimanche, une rando est organisé à Lalinde, en Dordogne, non loin de Bergerac. Contrairement à la semaine dernière, seul Micka et moi sommes d'attaque pour cette matinée. Matinée d'ailleurs assez fraîche avec un jolie -3° au thermomètre. Des précaussions vestimentaires s'imposent et s'est emmitoufflé jusqu'au coup qu'on démarre de Biron vers 8h. Nous pensions être dans les temps vu que les inscriptions ne commencent qu'à 8h30 et le départ n'est donné qu'à 9h lorsque Micka se rend compte rendu à Monpazier qu'il a oublié son casque... Demi-tour obligatoire et nous arrivons finalement à Lalinde pile poil, juste le temps de se préparer et de s'inscrire que le départ est donné... Avec à vu d'oeil un peu moins d'une centaine de vtt, la matinée promet d'être sympa !

 

        Nous démarrons donc tranquillement par un chemin longeant la Dordogne. Courant sur une bonne distance, c'est parfait pour se mettre en jambe avant d'attaquer la première côte de la matinée, côte qui propose du goudron sur sa première moitié avant de se transformer en chemin de terre. Evidemment, encore tous en tas, pas évident de prendre son rythme et de dépasser ceux qui vont moins vite que nous, même si Micka réussit à trouver une ouverture contrairement à moi qui resta un petit moment derrière une « limace » avant d'arriver à mon tour à le doubler. C'est aussi à ce moment que je me suis rendu compte que mon compteur avait un léger petit problème et affichait déjà 5kms ! Toutes mes tentatives pour le refaire marcher furent vaines et c'est donc sans compteur que je continuais mon chemin. C'est pas un mal dans un sens, car on a pas les yeux toujours rivés dessus pour voir combien de kilomètres il nous reste... Le bout de la côte arrive enfin et comme le souligne un comparse vttiste : « Celle-là au moins, elle mets tous le monde d'accord ! » et il avait pas tord le bougre !

        Nous voilà maintenant en forêt par un court plat avant d'attaquer une belle descente qui nous mène déjà à l'intersection des deux circuits proposés : 25 et 45 kms. Nous partons donc pour le plus long, toujours en descente. Quelques coups de freins plus loin, nous arrivons dans un bas-fond ,mais pas le temps de souffler qu'une nouvelle grimpé à l'apparence ardue se présente à nous au milieu des bois. Impossible de continuer sur le vélo tant les racines et les pierres sont nombreuses, on fait une courte distance à pieds et en profitons pour une pause pipi et pour enlever une couche de vêtements histoire de moins crever de chaud même si certains endroits restent encore frais. C'est d'ailleurs ce que feront aussi d'autres participants. Il y a en plus une bonne ambiance entres chacun de nous et il est facile de papoter avec un peu n'importe qui. Un bon point qui s'apprécie. Nous montons toujours parmi les caillloux, tantôt pédalant, tantôt marchant, avant de retrouver un peu de plat et un peu de route. Séparé des autres, c'est comme des malades que nous attaquons maintenant la descente qui se présente à nous. Pourtant suivit par un autre, c'est sans lui que nous arrivons en bas, il préféra surement descendre plus prudemment ^^'.

        Pour l'instant, malgré quelques plats par-ci par-là, les côtes et les descentes se succèdent à un rythme plutôt élevé, ce qui me fait penser que notre rythme est tout aussi rapide. Pas le temps de souffler qu'un nouveau côteaux nous attends, avec un chemin serpentant sur toute sa hauteur. Tranquillement mais surement nous arrivons en haut avec un magnifique point de vue sur la Dordogne. Le chemin se transforme maintenant en petit caminol à fleur de colline, vraiment sympathique bien que sournoisement, il devienne petit à petit un sacré faux-plat. A partir de là, je sais plus trop combien de fois nous sommes descendu et remonté pour arriver à ce premier ravitaillement salvateur. Une petite pause bien venu et c'est quelques oranges et autres pruneaux plus loin qu'on redémarre...

 

        Plutôt sournoie que de proposer un ravito juste en bas d'une côte bien raide et qui plus est par la route, terrain que j'apprécie pas vraiment ^^' On grimpe, on grimpe et on grimpe encore et va bien falloir que je me décide à enlever ce foutu jogging qui me tiens extrêmement chaud, sachant que j'ai en plus le cycliste long en dessous... On est jamais trop prudent le matin hein...^^ De la route nous rentrons maintenant dans les bois, par des chemins toujours aussi agréable, slalomant allègrement à travers les arbres. Un virage en épingle de temps en temps pour nous rappeler qu'on est pas là pour du tourisme... Je décide enfin de quitter mon pantalon, ben fait meilleur d'un coup ! Et nous continuons, passant d'un coupe-feu à un petit village où nous avons d'ailleurs faillit nous tromper de direction, si un jeune qui nous suivait nous avait pas interpelé. C'est ici qu'on apprenait que le « papy » qu'on suivait depuis quelques kilomètres et qui nous foutait la honte dans les côtes avait pas loin de 74 ans !! Ben mon vieux, l'est en forme le bougre, mais ce fut à priori un grand sportif, champion du monde d'aviron, et participation au jeux olympiques rien que ça !

        Dans un groupe de cinq ou six, on pédale maintenant un peu au plat et plutôt tranquillement, y'a pas l'feu, profitant du paysage et discutant de tout et de rien. Nous reprenons notre rythme, Micka et moi, un peu plus loin, le chemin descendant maintenant vers un grand pré qu'on coupe direct à travers, apercevant un panneaux du circuit au loin. Petit moment de « petite maison dans la prairie » avant de retrouver une monté longue mais pas trop difficile si peu qu'on garde le même rythme. Quelques kilomètres plus loin, après diverses difficultés, nous sommes toujours cinq ou six, que je prends la tête de cette procession pour une descente de dingue par un superbe caminol à travers bois. Une descente de malade, avec des larmes plein les yeux, mais paraît-il que j'ai surpris tout le monde, Micka y compris, par mon assurance dans ce chemin... Content ^^'... M'enfin, c'est pas tout, et c'est un peu plus loin, au bout d'une courte côte que nous trouvons le deuxième point de ravitaillement. A nouveau une petite pause avant de repartir pour les treizes derniers kilomètres de la journée...

 

        La dernière partie du circuit ne changera pas de ton, et c'est à nouveau une succession de descentes et de montés. Avec pour commencer un peu de plat mi-route mi-castine histoire de se reposer un peu avant d'attaquer une nouvelle descente à travers champs puis dans les bois. Toujours en groupe, nous suivons à bonne allure ce chemin qui nous mène vers un petit pont et un virage à 90° juste après assez technique tout de même. Malheureusement, ayant voulu couper court et me passer devant, Micka pris un mauvais cailloux sur la roue arrière et éclata la chambre, résultat , une réparation s'impose... Vite fait et réparée, nous repartons maintenant à trois, en effet, nous avons un nouveau collègue qui semble vouloir rester avec nous jusqu'à la fin. Tant mieux, c'est aussi ça les randos, faire des connaissances le temps d'une matinée ^^. Nous pédalons donc face au vent, qui est plutôt frais par ici avant de bifurquer à nouveau dans les bois et de prendre en direction du « Trou de l'âne ». J'ai bien aimé le non de ce chemin ^^' Même si des petits malins s'étaient amusés à déplacer les flèches de directions... Pas très malin et vraiment immature... M'enfin nous allons malgré tout à vive allure à travers champs jusqu'à arriver dans un petit patelin dans lequel nous prendrons diverses ruelles avant de nouveau descendre par un petit sentier rempli de dos d'âne vraiment sympa !

        De nouveau, nous attaquons une côte, même si notre ligne commence à s'étioler, Micka devant, moi en retrait et notre ami de plus en plus loin derrière, nous allons même le perdre dans la prochaine descente... Dommage, il pensait pouvoir nous suivre mais il était pas au niveau... ^^' Humm allez, sans rancune si tu lis ces lignes ! Bref, la dernière vrai difficulté du circuit aura raison de mes jambes, et c'est à pied que je monterais cette foutu côte, voyant Micka pédalant allègrement devant moi... C'est à ce moment que j'ai eu un peu les boules ^^' Une fois sortie des bois, nous finirons les deux derniers kilomètres majoritairement par la route si l'on excepte une nouvelle petite descente par un autre sentier bien étroit où Micka faillit se ramasser...

 

        Allez, plus que quelques mètres et nous voilà de nouveau à la voiture après quand même 42 kilomètres en « seulement » 2h40 ce qui nous fait une moyenne d'à peu près 17km/h, ce qui est vraiment pas mal du tout ! Je trouvais aussi qu'on pédalait à un bon rythme, même assez élevé des fois, je comprends mieux maintenant... M'enfin, on était quand même assez content de nous, même si Micka s'est mit à mon rythme histoire qu'on reste ensemble. Pas de douche sur place, les passant auront eu droit à un strip tease gratos et une fois changé, un bon petit demi-pêche ne fait de mal à personne !

 

        Long texte pour cette rando qu'on a trouvait vraiment réussit, tant par l'ambiance générale qui régnait entre vttiste que par ses chemins vraiment très agréables. N'oublions pas non plus de saluer l'effort fait pour proposer un savant mélange de côte, de descente et de plat pour se détendre et vous obtenez une des meilleures randos qu'on est pu faire jusqu'ici !

 

Résultats des courses :

 

  • Kilométrage : 42 kms

  • Durée : ~ 2h40

  • Moyenne : 17,5 km/h (Waouh !)

  • Vitesse Max : Micka (58) – Piw (Compteur mort, les boules...)

  • Gamelles : Micka (1, mais il s'en est pas vanté le bougre, je l'ai même pas vu !) - Piw (0)

  • L'homme de la matinée : Le papy, qui à 74 ans nous foutait la honte en côte et en général !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une autre sortie !

Votre serviteur, Piw


DSC00479DSC00480DSC00481-copie-1DSC00485DSC00484DSC00486DSC00487DSC00489

 

 

Commenter cet article