Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Randonnée à Paunat

2 Mai 2010, 16:30pm

Publié par Piw

Bonjour à toutes et à tous !

 

            Pour cette nouvelle sortie dominicale, c'est une randonnée que je vous propose. En effet, c'est du côté de Paunat, petit village perdu en Dordogne non loin du Buisson que nous allons pédaler. Micka, Fred et moi-même sommes décidé à y participer. C'est donc vers 7h30 et sous une pluie battante que nous retrouvons Micka chez lui. Il va nous falloir une petite demi heure de route avant d'arriver sur place. La pluie n'a pas cessé, et plusieurs vtt-istes sont déjà inscrits lorsque nous remplissons à notre tour les formulaires. Huit euros de participations, ça fait quand même un peu cher, même si comme on le verra tout à l'heure, le balisage et les ravitos compensèrent largement le prix. Une fois les inscriptions terminées (me voilà avec la plaque numéro 93, dommage qu'il faille les rendre à la fin ^^'), c'est toujours sous la pluie que les quelques 250 vélos attendent le départ de cette rando baptisée de fort belle manière : « Les montées Ponatoise »...

 

            Après quelques mots des organisateurs concernant le balisages, nous voilà enfin parti, tous en tas, truc que j'adore toujours autant, pour quelques centaines de mètres sur la route avant de trouver le premier sentier de la matinée. Sentier pas trop large, va falloir faire sa place au milieu de tout ce monde. La première difficulté se présente un peu plus loin avec un talus bien gras à monter pour pouvoir reprendre un chemin bien gras lui aussi. Micka et Fred passeront sans problème ce satané talus alors que je vais glisser tout connement sur l'herbe, m'obligeant à poser pieds à terre. La poisse... Pas simple alors pour repartir, mais j'y parviens malgré tout après quelques tentatives. J'aperçois mes deux collègues un peu plus haut qui ont déjà pris une petite avance et tente d'accélérer le rythme afin de les rattraper. Seulement voilà, on est toujours tous plus ou moins en file indienne et le chemin n'est pas très large, ce qui ne facilite pas ma progression. Pas bien grave, c'est quelques mètres plus loin que je remonterais à leur hauteur alors que la pluie fait mine de vouloir s'arrêter.

            Un peu de plat se présente à nous après cette première côte en épingle plutôt longue et bien boueuse. On s'arrête quelques minutes afin de quitter les vestes avant de repartir de plus belle, traversant une route pour renquiller sur une descente à travers bois. Descente qui, comme pratiquement toutes celles de cette matinée, sera bien rocailleuse et plutôt technique, de quoi bien vous flamber les cuisses... Descente sympa malgré tout, et qui nous amène sur la route alors que la pluie se remet à tomber de plus belle. Fred s'arrête à nouveau pour remettre sa veste alors que Micka et moi continuons. Toujours sur le goudron, c'est à peine après quelques mètres de plat que nous prenons un virage à gauche pour une nouvelle côte. Et dire qu'à ce moment là, je n'imaginais pas encore à quel point toute la rando allez être de cette façon, monter, descendre, monter, descendre... M'enfin, nous nous trouvons maintenant sur un chemin toujours aussi dénivelé au moment où Micka par en tête à son rythme par cette montée qui n'en finit toujours pas. La pluie s'arrête à nouveau et c'est doucement mais sûrement que je grimpe, en compagnie d'un autre participant. Pourtant, pas de grand bavardage entre nous, c'est déjà assez dur comme ça de trouver son souffle ^^'

            Je sais plus depuis combien de temps on monte alors que j'aperçois Micka essayant vainement de monter un petit talus plutôt raide. Un jeune devant moi y parvient tranquillement alors que je me présente à mon tour devant lui. Un peu d'élan et c'est sous un « ALLEZ PIW » tonitruant de Micka qui manque de me faire éclater de rire que je parviens malgré tout à passer. Heureusement car il y avait quelque spectateurs désireux de me voir les quatre fers en l'air ^^' On est malheureusement pas au bout de nos efforts alors qu'on reprends l'ascension de cet Everest local. Micka en profite pour me repasser devant alors que je suis toujours le jeune de tout à l'heure. On monte, on monte lorsque il décide de continuer à pied, faut dire que la côte est vraiment raide et je vais d'ailleurs faire de même un peu plus loin. Je ne veux pourtant pas trop me laisser distancer par Micka car je sais qu'il me sera difficile de le rattraper ensuite. Alors que la côte s'atténue un peu, je remonte en selle. Un vtt-iste sûrement du coin en profite pour encourager la troupe en poussant un « Courage ! Le ravitaillement est juste après ! ». Il avait raison le bougre ! Et c'est avec bonheur que je m'arrête pour une pause bienvenue après seulement une dizaine de kilomètres...

 

            Nous nous retrouvons tout les trois au ravitaillement, et après une courte pause nous voilà repartis. On va pédaler encore quelques mètres ensemble avant de nouveau distancer Fred, qui se démerde quand même très bien et qui arrive à tenir notre rythme, par une côte toujours très difficile. Et pour être difficile, elle sera VRAIMENT très difficile, avec une bonne longueur sur de la castine mélangée à des cailloux, pour continuer par la route toujours en montant avant tout de même de s'adoucir quelque peu puis de prendre un chemin sur droite qui s'enfonce dans les bois. Mais ce sera une très courte accalmie puisque ce chemin sylvestre est tout aussi raide que le reste avec une petite portion d'entrée vraiment ardue. Après cette loooongue montée, un peu de plat quand même histoire de se détendre un peu. Micka est toujours devant et Fred à l'arrière, me voilà donc seul lorsque je rattrape un autre participant avec lequel je vais faire un peu de route. C'est après avoir croisé un collègue ayant cassé sa chaîne que mon comparse m'avouera faire les vingt-cinq kilomètres, il doit lui reste tout au plus cinq kilomètres... Après tout, il ne m'en reste que cinq fois plus... une broutille... ^^'. Mais trêve de bavardage, nous voilà arrivés au deuxième ravitaillement...

 

            Micka est déjà sur place alors que je descends du vélo pour manger un bout. Nous voilà à une vingtaine de kilomètres et le temps semble vouloir rester gris sans  pour autant pleuvoir. Fred nous rejoint alors que nous terminons de manger. Il est déjà la bougre, buffant comme un âne, mais toujours d'attaque ! Nous l'attendons alors un peu avant de repartir dans un groupe d'une dizaine de personne. Les quelques centaines de mètres qui nous séparent de l'intersection des circuits sont vraiment agréable, légèrement en pente par des sentiers étroits mais assez praticables. L'ambiance est bonne et quelques rigolades ponctuent ce passage alors que nous arrivons les pieds dans l'eau aux abords d'un trop-plein d'eau d'une rivière. Un décor magnifique, avec ses rochers recouverts d'une eau assez claire au travers de laquelle nous devons malgré tout avancer. Un passage vraiment sympa où toute gamelle est à proscrire sous peine de boire la tasse et d'en ressortir trempé ^^ !

            C'est donc un peu après qu'on trouve les deux panneaux nous donnant le sens des deux parcours proposés ce matin. Le groupe dans lequel nous étions se scinde en deux : nous trois partons pour le quarante cinq alors que les autres préfèrent terminer sur le plus petit. Même s'il ne l'avouera pas tout de suite, Fred eu un moment d'hésitation pour finalement finir par nous suivre, non sans s'être dit qu'il faut être complètement débile pour faire ça ^^. C'est sur la route que la rando se poursuit, avec bien évidemment une montée plutôt raide avant de quitter le bitume pour un coupe-feu assez plat. Enfin !! Un peu de plat que diable !! Même si quelques côtes par-ci par-là nous rappellerons à l'ordre, une bonne partie cette portion sera très roulante, nous permettant de souffler un peu tout en papotant. Tellement détendu que Fred en faillit de rater le balisage qui retourne dans les bois par un chemin assez humide et en faux plat. Nous distançons de nouveau Fred alors que le chemin finit par descendre au bout d'un petit moment. Micka est parti devant et lorsque j'arrive en bas de cette descente très sympa, je le retrouve au bord de la route en train de regonfler sa roue arrière. A priori pas trop grave et nous repartons rejoint alors par Fred. Mais à peine cinquante mètres plus loin, pshiiiiiiit, et voilà la roue arrière de Micka de nouveau à plat. Le produit anti-crevaison de la chambre n'a pas réussit à boucher un trou un peu gros suite à un pincement, on est donc dans l'obligation de changer la chambre. Fred en profite pour prendre un peu d'avance et par donc devant le temps que nous réparons...

 

            Espérant que les problèmes mécaniques soient terminés, on repart comme des bombes, même si on s'est bien refroidit après ces quelques minutes d'arrêts. Et comme si la poisse avait décidé de nous poursuivre, c'est à peine cinq cents mètres plus loin qu'on est de nouveau obligé de s'arrêter, la chambre arrière de Micka à nouveau crevé. Et en plus, ni épines ou autres buissons, toujours un pincement sure les cailloux... Quand on n’a pas de cul... C'est donc notre dernière chambre qu'on monte, espérant que ni l'un ni l'autre ne crève sans quoi il serait bon pour rentrer à pied ^^' Derrière nous, deux participants arrivent alors qu'on est afféré à la roue avec une phrase d'un qui m'a bien fait rire : « Tiens ? Ça existe encore ? » dit-il en voulant parler de participants et de nous en l'occurrence, pensant sûrement être le dernier ^^'  Allez que diable, va bien falloir le rattraper ce Fred !! C'est à nouveau comme des tabanars qu'on repart, même si le rythme est plutôt lent par moment ^^'

            Nous pédalons, de montées en courtes descentes avec quelques belles surprises comme celle où à la sortie d'un virage par un chemin pas trop difficile pour une fois Micka me dit « regardes », pointant un doigt devant lui. Pendant un court instant je m'attendais à voir Fred juste devant, mais mes espoirs furent de courte durée lorsque je découvris l'ENOOORME côte qui nous faisait face... Ben mon vieux, faut en vouloir ce matin... Faut pas se décourager, c'est pas en restant au fond qu'on en verra le bout hein ?

            Enfin en haut, une petite descente et nous voilà au troisième ravito. Pas de halte pour autant, l'envie de rattraper notre comparse est plus forte. Comme de bien entendu, c'est une nouvelle fois en côte qu'on se trouve alors que le trente quatrième kilomètre vient de passer comme je le souligne à un autre vtt-iste semblant être au fond du gouffre... J'imagine que la suite va être dure pour lui... M'enfin, petite originalité pour la suite du parcours alors que nous nous trouvons au milieu d'un petit village. Et comme si les organisateurs avaient à tout pris éviter la rue principale, nous voilà dévalant ruelles étroites et petits caminols, sans oublier quelques marches, slaloment parmis les habitants. Bien sympa quand même ! Alors que nous sortons de ce village, voilà enfin le Fred dans notre champ de vision, par une montée entrain de pousser son vélo !! Ben mon vieux, on aura quand même mit le temps pour le rattraper ! Il tient le coup malgré quelques vilaines crampes, et nous le dépassons malgré tout, rythme oblige. La pluie se remet doucement à tomber alors qu’on n’en finit pas de monter, par la route, puis au milieu des bois bien que le chemin redevient plat avant de redescendre. 

           

            Plus que deux ou trois petits kilomètres avant l'arrivée et la dernière côte de la matinée, toute aussi raide que les autres bien évidemment, vaudra une gamelle pour Micka et juste devant moi en plus ^^' Que voulez-vous, eau + cailloux + boue = glissade... Difficile de repartir et lorsque je le vois poser les pieds à terre à mi côte, je fais de même. Fred, à son tour, entame l'ascension de cette dernière épreuve, on décide alors de l'attendre afin de finir tous les trois ensemble. Une fois remonté en selle et après quelques centaines de mètres sur la route, une inscription au sol nous informe que cinq cents mètre nous séparent de l'arrivée. Histoire de finir en beauté, Micka et moi tentons un dernier sprint et je vous dis pas quelle joie j'ai ressenti lorsque Micka décrocha derrière moi ^^' Fred voulu malgré tout tenter à son tour une attaque, entraînant Micka avec lui mais en vain, c'est donc prem's que je franchis la ligne imaginaire d'arrivée ^^ Content...

            De retour au voiture, pas mal de participants étaient déjà partis même si une majorité avait fait le petit circuit. On est donc pas dans les derniers comme on le pensait, preuve en est les quelques vélos qui arrivent encore de temps en temps.

 

            Ben voilà, dure dure cette randonnée !! Mon dieu toutes ces côtes plus dure les unes que les autres !! Pas loin de trois heures pour boucler ce circuit, c'est quand même pas trop mal vu le dénivelé très élevé. Niveau balisage et organisation, c'est du tout bon, avec en prime un petit cadeau à l'inscription ^^ Un balisage de qualité, des organisateurs sympathiques et des ravitaillements copieux, voilà qui compense largement les huit euros d'inscription. Une très bonne rando au final et un texte encore plus long que les autres...!!

 

Résultats des courses :

 

Kilométrage : 45 kms

Durée : ~ 2h55

Moyenne : 15,2 km/h

Vitesse Max :  Piw (45,9 km/h)

Gamelles : Micka (1) – Fred (1) - Piw (0)

L'homme de la matinée : Fred, qui a très bien tenu le rythme sur une rando pourtant très difficile !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une autre sortie !

Votre serviteur, Piw

 

DSC00564.JPGDSC00565DSC00567DSC00569DSC00571DSC00572

Commenter cet article

Piw 12/05/2010 13:43


Merci mais bon, à peine quelques secondes devant quand même ^^


franck 10/05/2010 20:24


Superbe Sylvain ta finie premier!!!!!Dommage pour fred qui lui aussi aurais pue finir premier.