Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Randonnée à Saint Aubin de Cadelech

7 Août 2011, 15:30pm

Publié par Piw

 

Bonjour à toutes et à tous !

  vlcsnap-2011-08-08-17h11m10s12

      Aujourd'hui, c'est à la rando organisée à Saint Aubin de Cadelech que je vais vous emmener. Petit village de Dordogne situé sur le canton d'Eymet, il est limitrophe du Lot-et-Garonne. Il fut fondé entre le 13ème et le 14ème siècle par des moines bénédictins, ce n'est qu'en 1793 que les deux communes voisines Cadelech et Saint-Aubin-de-Cahuzac fusionnent sous le nom de Saint-Aubin-de-Cadelech.

Comme l'an dernier, c'est un peu à l'écart du village que le départ se tient. Sur place vers 8h15, c'est seul que je roulerais ce matin. De très bon souvenirs encore en tête de l'an passé, j'attends particulièrement trois passages : la vue sur le lac, l'interminable champs de blé et la dernière côte... Une bonne centaine de vététistes sont sur le départ. Et à neuf heure, celui-ci est donné.

 

      Nous démarrons donc par la route avant de rapidement la quitter pour un chemin fraîchement tondu. Les gaines et les câbles de vitesses récemment changés par Ludo font des merveilles et c'est un pur bonheur que de jouer des vitesses ! Le circuit semble prendre le même tracé que l'an passé, pas trop grave tant ce fut superbe. La vitesse est bonne et nous sommes encore tous plus ou moins en tas. On arrive rapidement au fameux lac, et je dois dire que c'est toujours aussi beau, même si le manque d'eau se fait sentir ! On longe les rives avant de s’engouffrer dans un bois où je vais doubler quelques participants sur une montée plus ardue qu'il n'y paraît. Va pas falloir se mettre dans le rouge d'entrée ! La suite est plus reposante par cette longue piste où j'essaye de me coller au rythme d'un autre. Alors que certains sont déjà à bout de souffle, on dévale le chemin à vive allure.

      On quitte la fraîcheur du sous-bois pour traverser de longues rangées de vignes où les raisins ne tarderont pas à être ramassés. Jusqu'au premier ravitaillement, nous aurons droit à quelques belles petites montées sans qu'elles ne soient vraiment insurmontable. Et que ce soit dans les bois ou au milieu des champs, impossible de se lasser du décor tant celui-ci est varié. Enfin, après une vingtaines de kilomètres et au sommet d'une côte plus longue que les précédentes, nous trouvons le premier ravito. Copieux juste comme il faut, de quoi vous redonner du jus pour la suite...

 

      vlcsnap-2011-08-08-17h25m00s113Je repars, laissant la boucle des trente kilomètres sur ma droite pour attaquer celle des quarante. Le point de vue est superbe mais pas trop le temps de s'extasier, vaut mieux être concentré sur la descente qui suit au vue des ornières que la parsèment. Encore du très bon sur cette seconde moitié où les descentes et les montées se feront plus marquées. Sans oublier ce fameux petit single qui m'avait tant plus la dernière fois. Le second ravito n'est plus très loin et c'est dans un bas-fond le long d'un petit ruisseau que nous allons le trouver. J'y trouve un collègue juste arrivé et nous allons un peu papoter avec les organisateurs. Bien sur, je ne manque pas de m’enquérir si nous allons traverser le fameux champs de blé qui m'a tant fait souffrir, et par chance, c'est du maïs qui y fut semé cette année, faisant faire une boucle au tracé. Après ces bonnes paroles, nous repartons à deux même si je vais rapidement distancer mon acolyte.

  

     Cette troisième portion nous propose de nouvelles belles descentes, dans des décors rappelant quelque peu le Lot et ses cailloux. Mais le paysage change rapidement par ici et c'est maintenant sur un single en sous-bois que je déboule, bientôt freiné par une belle mare en plein milieu du chemin... Va falloir se mouiller ! La traversé est lente mais assurée, j'ai pas envie de me la jouer exploration des fonds marins... Et c'est un troisième ravito qui nous attends après plusieurs champs et autres chemins en forêts, non sans avoir entre temps dépanné un collègue ayant cassé sa chaîne. 

      Nous ne sommes plus qu'à trois kilomètres de l'arrivée et c'est une idéevlcsnap-2011-08-08-17h25m54s159 heureuse et originale qu'un ravito à cet endroit. Je ne m'y attarde pas trop longtemps malgré tout et me prépare à affronter la fameuse côte finale. Le peu de kilomètre m'en séparant est vite avalé lorsque je me trouve au « pied » de cette montée dont tout le monde parlaient au dernier ravitaillement. Vue d'en bas, je dois dire qu'elle en impose surtout quand vous voyez d'autres concurrents à bout de souffle pousser leurs vélos. Pourtant, elle se monte sans trop de difficulté, même après quarante bornes dans les pattes... Ou alors, aurais-je quelque peu progressé ? M'enfin l'heure n'est pas aux questions au demeurant plutôt futiles lorsque l'arrivée se dessine devant moi et la pression bien fraîche qui va avec !

 

      Ma première rando à laquelle je participais seul, mais je ne pouvais pas rater celle-ci tant de merveilleux souvenirs me restaient encore en mémoire. Et je ne fut pas déçus ! Certes, le tracé fut quasiment identique à la dernière fois mais le plaisir est tel que l'on n'y prête même pas attention. Quarante kilomètres où se succède une multitude de décors pour un circuit bien pensé et relativement roulant. Un balisage parfois un peu léger, nous obligeant à rester vigilant, surtout lors de virages en épingle. Mais pour le reste, c'est du tout bon, alors à l'année prochaine !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 40 kms / Durée : 2h10 / Moyenne : 18,5kms/h

 

 


 

Commenter cet article