Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Sortie autour de Lacapelle-Biron(47) du 11 novembre 2013

15 Novembre 2013, 21:18pm

Publié par Piw

- EPISODE 39 -


UNE ACCALMIE DANS LE DÉLUGE !

UNE NOUVELLE FOIS, BOUE ET GLISSADES SONT DE LA PARTIE !!

 

vlcsnap-2013-11-15-22h10m57s215

           Voilà déjà plusieurs jours qu'il pleut sans cesse. Ce dimanche 10 novembre ne déroge pas à cette règle. Pas question de sortir les vtt ce matin là, grosse pluie, vent, bref, un temps à ne pas mettre un chat dehors. Pourtant, le lendemain, jour férié pour certain, le ciel laisse entrevoir une accalmie plus que bienvenue, où soleil et relative douceur s'invitent. Cela tombe bien, nous avons prévu une sortie au départ de Lacapelle-Biron. Il va s'en dire que nous devinons déjà l'état des chemins et des sentiers ! La matinée risque d'être épique, surtout que les feuilles sont maintenant bien tombées, rendant encore plus délicat des chemins déjà bien « amochés ». Nous serons sept à rouler ce matin, et c'est à huit heure trente sonnante que nous avons prévu de partir. Et lorsque nous clipsons nos chaussures presque à l'unisson...

 

Chapitre 1 : Boue, flaques et glissades

 

           CREVAISON !! Et une belle en plus, de celle qui donne l'impression que la jante touche le sol. Mais par où donc est passé Stéphane pour en arriver là ? A peine quelque kilomètres sur le bitume, rien de plus, mais amplement suffisant pour déplaire à sa chambre à air... La réparation est rapide, malgré un petit soucis d'obus dont je tairais les vlcsnap-2013-11-15-22h12m11s142détails... Finalement, nous reprenons le cour normal du début de cette sortie, alors que certains Capelains ouvrent à peine les volets grinçants de leurs fenêtres pendant que d'autres reviennent déjà de la boulangerie, baguette sous le bras et croissants frais dans les mains. Une banale matinée de jour férié comme l'on peut en voir dans tous les villages de France, mais qui possède un charme indéniable.

           Direction le chemin de La Tuque, pour une petite boucle. Ça monte, ça descend, voilà que le ton de la matinée est donnée. L'air est bien frais, bien que la différence de température entre les bas-fonds et les hauteurs soit importante. La descente de la Tuque devient de plus en plus technique au fil des saisons, les ornières se creusant ici de plus en plus. Les feuilles, maintenant bien tombées des arbres, forment sur le sol un tapis glissant et spongieux, rompant le charme qu'apporte l'automne et ses milles couleurs rougeoyantes. La descente se fait donc en douceur. Nous ne tardons pas à remonter, afin de contourner la Tuque et de redescendre sur la piste que nous avions laissé il y a peu. Une courte boucle, mais qui réchauffe drôlement ! La suite va nous conduire jusqu'à Clairefont, par la piste puis par le bitume. Les discussions abondent, et nous ne manquons pas de profiter de certains paysages sublimés par un soleil trop souvent absent ces jours-ci. Que ce soit cette vallée à l'herbe encore bien fraîche entourée de chênes aux feuilles vertes et brunes, à l'imposant château de Biron émergeant, dans le lointain, au-dessus des forêts de pins et de châtaigniers, il n'est rien de plus reposant que ce spectacle où la nature s'éveille à l'aube de sa longue saison de sommeil.

 

 

vlcsnap-2013-11-15-22h09m39s189           Nous laissons le bitume pour retrouver des chemins forestiers. Ici, l'eau est bien plus abondante qu'ailleurs, et bien malin celui qui réussira à en sortir les pneus secs ! Bientôt, le hameau de Circaud se dévoile, à l'instant où nous entrons dans les bois de Bel-Air. Nous jonglons ici avec la limite entre Dordogne et Lot-et-Garonne, passant allègrement, et sans savoir à quel moment, d'un département à l'autre, au gré du chemin qui nous guide sur les hauteurs de La Brame. Les flaques d'eau prennent une ampleur démesuré, allant même jusqu'à trouver un « marécage » aux airs de Camargue en plein cœur de ces bois. Le chemin est bien roulant, large, même si des ornières plus profondes ou plus larges se dissimulent ici et là. Guillaume, dans un souci du détail tout à fait personnel, nous prouvera que tomber en douceur est possible, laissant hilare ceux d'entre nous qui ont eu la chance d'assister à la scène ! A noter également le petit cri de surprise juste avant la chute, survenant pile-poil au moment où l'on se rend compte que l'on va tomber et que l'on ne peut plus rien y faire, tout un art !

           Nous sortons un instant des bois lorsque nous longeons la maison de La Pautie où à nouveau, les rayons du soleil et les couleurs environnantes laissent rêveur. La suite le sera nettement moins, lorsque, remontant de ce profond vallon, nous allons avoir la surprise de trouver l'ancien chemin perdu sous les ravages d'une coupe de bois tenant du passage d'une tempête. Par endroit, le chemin n'est plus du tout visible, est c'est à travers branchages et bouillasses que nous progressons difficilement. Enfin, lorsque nous terminons cette nouvelle montée et que nous pouvons voir les premières maisons de La Brame, nous décidons de faire une pause, une quinzaine de kilomètres aux compteurs.

 

 

Chapitre 2 : Et les couleurs de l'automne nous submergent...

 

vlcsnap-2013-11-15-22h11m51s202           Pour la suite, nous allons gagner le Vallon du Loup, afin d'éviter une longue portion de piste. De fait, la chose sera un peu plus ardue et non moins avare en montées et descentes. Le court mais rude passage pour sortir de ce vallon achevé, nous voilà de nouveau sur la piste, au dessus de Labiden. Un peu après le château d'eau des environs, nous trouverons le GR de pays, que nous quittons rapidement pour rejoindre Le Coustal. Bruno va nous faire découvrir un nouveau chemin rejoignant Saint-Chaliès. Et quel chemin ! Un charme immense se dégage des environs, comme un grand bon dans le passé, du temps où nos Grands-Parents menaient une vie certes ardue mais certainement plus saine qu'aujourd'hui. Les granges en pierres d'époques, les murs d'antan, ces mille couleurs sur ces arbres gigantesques, cette vallée qui s'étale devant vous, tout en ces lieux respire la tranquillité pure, un grand bol de nature à l'état brut, agrémenté par une descente longue, rapide et exceptionnelle ! Bref, LE passage de cette sortie, ni plus ni moins.

           Nous voilà de retour dans la vallée, et nous laissons Saint-Chaliès pour un chemin qui monte, et plutôt deux fois qu'une. Et comme prit d'un malin plaisir et d'une folle envie d'enchaîner les montées et les descentes, nous voilà dévalant la route de Lafage, pour un peu plus loin, se relancer dans une montée aussi raide qu'elle fut courte. Bref, pas vlcsnap-2013-11-15-22h12m20s18vraiment le temps de souffler ce matin ! Sur le chemin, c'est principalement par la piste que nous allons terminer cette sortie. Nous retrouvons d'ailleurs le GR36 des débuts, qui va nous ramener à Lacapelle non sans quelques bonnes prises de vitesse, allant jusqu'à toucher les guidons afin de se faire une place sur un sentier toujours plus étroit !

 

           Une sortie placée sous le signe de l'eau ! Une boue omniprésente, des chemins détrempés, glissants, bref, l'automne dans toute sa splendeur ! Mais justement, les splendeurs de l'automne ne se limitent pas à cela, et nous en avons réellement prit plein les yeux ce matin ! Des myriades de couleurs, allant du rouge écarlate au jaune doré en passant par toute une palette de bruns et de verts, les feuillages des arbres arborant pour quelques temps encore leurs multiples teintes dont il serait dommage de ne pas apprécier ! Des lieux splendides également, dont le charme n'a d'égal que leur force tranquille. Un bon groupe où les railleries et autres taquineries sont légions, sans oublier la gamelle qui va bien, bref que demander de plus !

 

Sur ce, à bientôt pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 30 kms / Durée : 2h05 / Moyenne : 14,8 kms/h / D+ : 637

 

bd111113

Commenter cet article