Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Sortie club en soirée autour de Cancon(47) du 25 juillet 2013

29 Juillet 2013, 18:02pm

Publié par Piw

 

  • Prologue

 

vlcsnap-2013-07-29-19h44m30s9Bonjour à toutes et à tous !

 

           Cette journée du 25 juillet avait tout d'une bonne journée d'été. Un soleil bien présent nullement gêné par de quelconque nuages, et surtout, une chaleur impressionnante, et ce depuis les toutes premières lueurs de l'aube. Le goudron, exposé au violent rayonnement solaire, forme des cloques sur les routes, la terre se morcèle d'une multitude d'entailles toujours plus larges, et aucun chants d'oiseaux ne vient rompre ce silence estival si ce n'est l'infatigable stridulement des cigales. Il est dix-neuf heures passées, et ce début de soirée n'apporte toujours pas la moindre fraîcheur, l'air reste d'une moiteur et d'une chaleur omniprésente. Nous serons neuf ce soir, à démarrer de la place du Foirail. Par une telle chaleur, est-ce du courage ou de la folie ? Nul ne saura répondre à cette question...

 

  • Chapitre 1 : du kilomètre premier au kilomètre seize – UN AIR BOUILLONNANT

 

 

            Notre troupe quitte Cancon par la N21 et rapidement, nous trouvons le premier single de cette soirée. Ça roule vite, et l'instant est superbe. Pourtant, ce bosquet que nous venons de traverser ne nous apporta aucune fraîcheur, et les gourdes se vident plus rapidement qu'à l'accoutumé. Un peu de bitume pour la suite, et c'est là que nous prenons toute l'ampleur de cette chaleur, alors que le soleil vient nous frapper le dos et les épaules et que l'air brassé par la vitesse est étonnamment chaud et n'apporte finalement aucun réconfort. Malgré tout, le rythme que nous tenons est vlcsnap-2013-07-29-19h43m27s149plutôt rapide, et va encore s'accélérer alors que nous dévalons le pré en direction du Pech Naud. Comme d'habitude en ces lieux, le soleil couchant dardant ses derniers rayons sur les plaines et les vallées jaunies des environs offre un spectacle magnifique où le contraste entre ce ciel encore bleu, cet horizon prenant une teinte orangée et le vert puissant des bosquets alentour est définitivement sublime et montre à quel point il suffit de vraiment peu de chose pour s'évader et laisser son esprit vagabonder au gré de ces couleurs changeantes.

           Ici se trouve l'une des premières longue montée de cette soirée. Et chacun arrive au bout le souffle court. Fort heureusement, la descente suivante à travers les champs va nous reposer quelque peu avant de nouveau ressentir les effets du soleil en remontant vers Caussé. Les prochains kilomètres verront alterner bitume et chemins de cultures, sans réelles difficultés, de quoi augmenter une moyenne déjà élevée. Nous roulons en grande majorité au milieu ou aux abords de cultures diverses, jusqu'à cette descente rapide en direction de la Brugère Basse. Une piste un peu plus large ensuite, nous menant sur une descente où ornières profondes, ronces et orties vont nous faire redoubler de prudence. Une longue portion routière, avant de quitter le bitume et contourner la Très Peyres par un chemin ombragé qui apporte enfin un peu de fraîcheur sans oublier les moustiques qui vont avec. Pourtant nous quittons rapidement ce chemin pour s'engager dans un single réellement très joueur, avec petits fossés, virages en épingle, bref du tout bon ! C'est un peu plus loin que nous ferons une courte halte le long d'une plantation de prunier.

 

  • Chapitre 2 : du kilomètre dix-sept au kilomètre vingt-huit - SOLEIL COUCHANT

 

vlcsnap-2013-07-29-19h42m37s62           Cette seconde partie reste dans les tons de la première, si ce n'est qu'enfin, l'air se rafraîchit doucement, devenant maintenant beaucoup plus agréable. Nous allons suivre le GR654 un petit moment, longeant le Bois de Loupinat, avant de s'engager pour une descente formée d'une seule ornière. Le chemin a en effet disparu suite à l'écoulement incessant des eaux de pluies, tant et si bien qu'une profonde et large ornière tient place à l'endroit où devrait se tenir un chemin plus praticable. Et comme si cela n'était pas suffisant, les ronces et la végétation prennent une place importante sur les côtés, rendant notre progression très « piquante » ! Enfin, cela s'élargit petit-à-petit pour une longue descente sous le regard d'une plantation de tournesol en passe de baisser la tête pour la nuit qui s'annonce. Dès maintenant, les montées et les descentes seront un peu moins présentes, et c'est majoritairement du plat sur de larges chemins que nous allons rouler. Une erreur d'attention de ma part faillit me faire gouter au sol et en tester la dureté.

           Nous entrons à présent dans les bois du Bosc du Berré. Depuis le départ, le soleil a perdu de sa luminosité, et les lunettes aux verres fumés en sous-bois deviennent dès lors un handicap.  Qui c'est qui a éteint la lumière ? Ce single que nous dévalons maintenant n'est pas bien long ni très rapide, mais propose quand même un bon moment vlcsnap-2013-07-29-19h45m01s66de vtt. A sa sortie, nous retrouvons le GR654 que nous suivrons sans dévier jusqu'à Saint-Pastour. Toujours très plat et très roulant, les discutions vont bon train, jusqu'au moment où un canidé plutôt coriace va venir voir ce qu'il y a à croquer. Chacun de nous aura droit à son « moment de solitude » face à la bête, une bête tenace, qui ne fait pas semblant et qui serait tentée de gouter du mollet. Heureusement, celle-ci repartira bredouille, et nous attaquons plus ou moins sereinement la montée jusqu'au village qui se présente face à nous et qui se révèle être plutôt raide à mesure que nous avançons ! Mais à la sortie sur le chemin de ronde, le château des lieux qui vous domine, perché sur son promontoire rocheux où des teintes orangées apparaissent et disparaissent au gré du feuillage laissant ou non passer les derniers rayons du soleil, le souffle est court, les bidons d'eau vide, mais le moment est magique et emprunt d'une certaine poésie. Finalement, nous trouverons de quoi refaire le plein en eau et profiterons d'une pause un peu plus longue que la précédente le long des murs de la mairie de ce charmant village.

 

  • Chapitre 3 : du kilomètre vingt-neuf au kilomètre trente-sept – ET LES DIFFICULTÉS FURENT...

 

vlcsnap-2013-07-29-19h43m05s201           La nuit approche, doucement, et le soleil finit par disparaître sous l'horizon, nous laissant encore quelques minutes de cette lueur nocturne pour rentrer avant la nuit. Mais comme dirait Jacques Rouxel, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? En effet, comme si le nombre de kilomètres parcouru ne suffisait pas, nous allons rentrer non sans avoir gravit les deux pechs qui nous séparent du retour.

           Le premier, le pech de la Guide, va nous faire monter sur les hauteurs des Trois Moulins. L'ascension est longue et fatigante, même si le spectacle une fois en haut en valait la peine. S'en suit une courte descente afin de revenir dans la vallée et d'y retrouver un peu de bitume. Et c'est lorsque nous bifurquons sur droite que nous nous attaquons au deuxième pech de ce final. Bien plus rude que le premier, le décor est lui aussi complètement différent ! Un chemin blanc, dominé majoritairement d'immenses pinèdes d'où les cigales viennent rompre le silence d'une pénombre toujours plus présente. Ça grimpe, beaucoup, et le dernier virage annonce la fin de l'ascension. Encore un passage joueur, où la nuit s'installe et où il n'est plus très simple de savoir où placer sa roue. Parties plus roulantes, petites ascensions où nos roues manquèrent de se toucher, bref, un passage superbe pour finalement trouver les premières lueurs de la ville...

 

  • Dernier chapitre : CONCLUSION

 

           Nous sommes de retour après presque quarante kilomètres. Pour des sorties prévues entre vingt-cinq et trente kilomètres, c'est une bonne moyenne ! Un circuit rendu plus dur qu'il ne l'est en réalité par cette chaleur étouffante. Comme toujours, des points de vues superbes, à nouveau l'occasion pour moi de découvrir des paysages et des endroits inédits ! Nous étions en bon nombre à rouler ce soir, et l'ambiance est toujours excellente, railleries, bonne humeur et rigolades agrémentent agréablement chaqu'une de ces sorties du jeudi soir ! Du coup, vous y goutez une fois, vous ne pouvez plus vous en passer !

 

 

Sur ce, à bientôt pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 37 kms / Durée : 2h20 / Moyenne : 16,7 kms/h / D+ : 510

 

 

carte250713
 

Commenter cet article