Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Sortie entre Biron et Monpazier du 06 janvier 2013

9 Janvier 2013, 19:20pm

Publié par Piw

 

Bonjour à toutes et à tous !

 

      Nous y voilà, 2013 nous tend les bras, alors que 2012 nous tourne le dos... Nous avons survécu à cette grande mascarade que fut cette hypothétique fin du monde et ne changeons rien à nos habitudes dominicales. Premier dimanche de l'année, sous un brouillard à couper au couteau. Le départ est prévu à Biron de chez Stéphane, qui nous a préparé pour l'occasion, et pour le retour de cette sortie, un apéritif afin de fêter cette nouvelle année. Une fois de plus, nous ne serons pas loin de la dizaine à rouler ce matin, et c'est toujours un plaisir que de partager ces matinées en si grand nombre.

 

vlcsnap-2013-01-09-20h16m48s15      Il est quasiment neuf heures lorsque nous démarrons, dans un brouillard des plus épais assorti de températures pas très chaudes. Cette humidité qui se dépose insidieusement sur vous n'est pas des plus agréable, et nul question ce matin de vouloir profiter du paysage, c'est gris, infiniment gris ! L'on a tôt fait de rattraper la piste des Potences que nous quittons rapidement par la gauche. Stéphane va nous présenter un nouveau chemin qui ressort au Cambou. Celui-ci est vraiment très intéressant et présente une alternative tout aussi ludique mais bien moins physique que le chemin habituel. Une fois la départementale numéro deux traversée, nous enquillons pour une longue montée sur laquelle Ludo nous donnera une bonne leçon de pilotage, faisant redescendre notre ego au fond des chaussettes... Sur les hauteurs, le brouillard est toujours aussi dense et après quelques mètres dans une bonne gadoue, nous trouvons enfin des chemins un poil plus sec. Le rythme s'accélère, d'autant plus que nous laissons les chemins glissants pour une longue portion de piste.

      Notre meneur nous fera tourner un petit moment par le Casse de las Bolos, où l'on a vraiment du mal à se repérer, hormis Stéphane bien sur. Lorsque nous sortons de ces bois, nous voici rendu au dessus de Larché et de sa fameuse montée. Un peu de route jusqu'à Saint Cassien, avant de retrouver des chemins qui sont tout autant détrempés de ce côté. Nous avons quitté les bois pour rouler maintenant dans la prairie. Ce n'est pas vraiment plus simple, et à chaque tour de pédales, vous avez l'impression que les plaquettes restent collées au disque dans un élan de fourberie. Non que les chemins soit tant physiques ou techniques, mais c'est surtout leur état qui rend la tâche ardue et vous fait faire plus de kilomètre que ce qu'affiche votre compteur.

 

      Nous voilà maintenant sur la D660 entre Monpazier et Lavalade. Nous retrouvons le GR36 de tout à l'heure, GR sur lequel la selle à Damien fera des siennes et jouera la fille de l'air, une aubaine qu'il s'en soit rendu compte avant de se rassoir... Une bonne descente rapide pour la suite avant de monter par le coteau de Le Maine. La montée est longue et fatigante, et les rires et les discutions de tout à l'heure ont laissé la place à un silence quasi religieux... Enfin, c'est au bout de cet effort et le long de ce qui fût un ancien champ cultivé que nous allons faire une courte pause histoire de manger un bout. Nous ne sommes plus très loin de Monpazier, et la descente suivante sera l'occasion de prendre un peu de vitesse au milieu des bois. Sur les conseils avisés de Stéphane, nous prendrons garde aux quelques silex qui se trouvent sur le chemin, un véritable champs de mines, en fait... Nous voilà enfin arrivé sous les halles de Monpazier où l'on prend un malin plaisir à traverser la place centrale comme une bande de gamin venant de sortir leur vélo sous le regard amusé des badauds se trouvant là. Cette brume toujours aussi épaisse donne aux ruelles de la bastide un air inquiétant et moyenâgeux, de quoi vous faire imaginer une multitude de choses et vous faire remonter plusieurs centaines d'années en arrière.

      Mais tout que nous sommes à nos pérégrinations mentales, un vtt, ça roule pas tout seul, et les huit derniers kilomètres, nous allons les faire en passant par le Moulin Joli. Et qui connait le coin sait d'avance que sur ces huit kilomètres, vous en avez les trois-quart en côte, et là, on retourne rapidement à la réalité. vlcsnap-2013-01-09-20h17m46s85De nouveau, les discussions laissent la place à un calme olympien alors que notre groupe s’étiole doucement, suivant la cadence et le rythme de chacun. Cela ne semble jamais en finir, et pourtant, nous parvenons enfin avec encore plus ou moins d'énergie sur la piste qui annonce un peu de calme pour la suite. Le single suivant est un pur bonheur, slalomant entre les racines glissantes ou s'enfonçant à demi-roues dans une bauge plus profonde que prévue. L'état général de notre groupe est, comment dire, épuisé... Certain sont plus « frais » que d'autre, mais dans l'ensemble, chacun à les cuisses qui brulent, et le final reste à venir : la longue piste des Potences qui va nous ramener sur Biron... Une vrai torture physique et mentale, un dilemme à elle toute seule : comment s'y attaquer ? Deux solutions vous traversent forcément l'esprit, celle d'y aller comme un malade histoire d'enchaîner les deux bosses successives et de ne plus en parler, au risque de finir avec les jambes en feu, ou celle, plus prosaïque, de passer en douceur, tranquillement, sans forcer, même si vous êtes sur que cette piste vous semblera alors interminable, pas vraiment bon pour le moral... Des deux solutions, beaucoup opteront pour la première, jouant avec les nerfs de son voisin ou tentant une percée sans jamais gagner que quelques mètres de plus.

 

      Et enfin, après quasiment trente six kilomètres, nous voilà de retour, épuisés, grelottant, mais heureux d'avoir passé cette matinée en si bonne compagnie, surtout quand on connait le final qui se prépare ! Un apéritif grandiose concocté par Stéphane et sa femme où se retrouver tous autour d'une table aussi chaleureuse vaut toutes les plus grandes richesses du monde ! Il n'y a pas de mots pour décrire à quel point je suis fier et heureux de faire partie de cette joyeuse bande que nous formons et je ne crois pas être le seul à penser ainsi quand on voit le nombre toujours croissant de « lève tôt du dimanche » qui se joignent à nous pour partager ces moments uniques qui font que même si la météo fait quelques-fois défaut, chaque sorties, chaque rencontres et tous ce qui en découle apporte son lot de chaleur et de soleil faisant que chaque dimanche matin a quelque chose de spécial!

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 36 kms / Durée : 2h15 / Moyenne : 13,5 kms/h / D+ : 555

 

 


 

Commenter cet article