Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La Pech Bike édition 2012 à Montayral (47)

22 Avril 2012, 14:37pm

Publié par Piw

 

Bonjour à toutes et à tous !

 

vlcsnap-2012-04-23-16h31m57s191      Voilà quasiment trois semaines qu'il pleut sans discontinuer, une aubaine pour les agriculteurs mais un temps un peu plus morose pour nous autres vététistes... Surtout qu'en cette fin avril se prépare la rando du Pech, l'une des grosses randos du coin à ne surtout pas manquer ! Trois circuits sont proposés, 70 – 52 et 26 en plus de deux circuits pédestres. Cela fait un petit moment que Damien est décidé à se faire le plus grand mais vu la météo, on va revoir nos ambitions à la baisse et décidons la veille même de partir sur le 26, les terrains seront surement TRES gras et surtout extrêmement glissants. Nous arrivons sur place vers 8h30 où nous retrouvons Ludo, Nathalie et sommes bientôt rejoint par Stéphane. Le ciel est nuageux mais la pluie semble encore lointaine. Cruel dilemme lors des inscriptions : choisir le petit circuit comme on en a parlé la veille ou bien partir sur le 52, sachant que le 70 a été annulé à cause du temps... Bon gré mal gré, on coche la case des 26 et retirons notre plaque de cadre. Mais sous l'impulsion, et des collègues et des organisateurs, ça va tourner dans nos têtes et déciderons finalement de partir sur le 52...

 

      Neuf heures légèrement passée, le départ est donné. A vue de nez, pas loin de 200 vététistes alors que nous quittons Lagrolère par une large piste où de belles flaques d'eau annoncent le reste de la matinée. Les choses sérieuses vont vite commencer lorsque l'on va attaquer un superbe single en descente. Une chose à savoir, ça glisse !! Surtout avec mes pneus bien plus adaptés aux terrains secs ! Va falloir faire gaffe. La première difficulté se présente maintenant devant nous. Hormis les cailloux glissants, ça passe tranquillement, faut voir aussi que l'on est qu'au début. Arrivé sur les hauteurs, certains en profitent pour enlever quelques couches de vêtements, la montée ayant apparemment réchauffé quelque peu les organismes. C'est un peu plus loin, au cinquième ou sixième kilomètres que nous allons passer devant la bifurcation des deux circuits. Mes collègues ne vont même pas la remarquer, alors que nous voilà finalement parti sur le 52... Nous traversons Bourlens et longeons le flan du Pech de Padès par un sympathique single. Pourtant, pas question de trop faire les malins, ça glisse toujours autant ! Une nouvelle bonne petite descente pour la suite avant de retrouve un peu de route. Pour l'instant, le circuit se veut assez roulant, sans de trop grosses difficultés, c'est plutôt bien, mais ça annonce aussi une suite surement bien plus ardue !

vlcsnap-2012-04-23-10h34m24s176      Nous allons passer devant le château de Lamothe avant de suivre le GR652 pour rejoindre Anthé. Au demeurant, ce chemin semble vraiment roulant, sauf dans les conditions actuelles où une grosses partie du terrain est couverte par de non moins grosses flaques d'eau. On papote, on rigole, on est presque à quinze kilomètres, bref, tout roule (c'est le cas de le dire) jusqu'au moment où une branche plus basse que prévu va se coincer dans mon casque, me faisant lâcher le guidon pour remettre tout ça en place ; grosse erreur ! Avant de n'avoir pu réaliser qu'il était trop tard, mon vélo et mes pieds trempaient déjà dans une bonne flaque d'eau alors que le reste de mon corps s'initiait aux bienfaits des bains de boues... Voilà, c'est fait, ma première gamelle de l'année, avec un Damien juste derrière pour ne rien rater du spectacle. Quand je vous disais que ça glissé ! Bref, une bonne rigolade avant de repartir, traversant toutes les autres flaques en plein milieu comme pour conjurer un mauvais sort. La descente par le coteau qui suit est assez ardue, virages serrés, ornières et cailloux feront entendre dans les environs la complainte des plaquettes misent à mal par un surplus d'eau et de boue. Finalement, nous arrivons à Anthé que nous quittons tout aussi rapidement...

 

      Les montées sont maintenant nettement plus longues que tout à l'heure et nettement plus rapprochées les unes des autres. On commence à entrevoir le 1400 mètres de dénivelé positif annoncé ! Enfin, à quasiment vingt kilomètres nous trouvons le premier ravitaillement sous un vieux hangar. Une pause bienvenue. Voilà déjà un petit moment que nous roulons et les nuages se font de plus en plus menaçant. On espère juste ne pas se payer une grosse averse.

      Cette deuxième partie sera assurément la plus difficile de cette matinée. Sitôt le ravitaillement quitté, nous descendrons par de vastes champs avant de s'attaquer à une nouvelle montée par le Bois de Calvaire, et il porte bien son nom ! Une côte sournoise, qui commence gentiment, un petit faux plat bien roulant avant de soudainement se vlcsnap-2012-04-23-10h39m28s160transformer en une montée bien plus raide juste après un bon petit talus dont je parviendrais à me défaire sans aucun problème contrairement à mes deux collègues. Un court passage sur les hauteurs avant de redescendre dans la vallée. Une bonne bosse en suivant avant de trouver l'un des meilleurs passages de cette matinée. Le tracé se transforme en mono-trace à flan de colline d'où le point de vue qui s'en dégage vous donne une impression de liberté étonnante ! Le devers est tel qu'il n'est pas question de glisser ou de perdre l'équilibre sous peine de rouler de bon mètres plus bas. Certains passages très glissants se passeront à pied et même ainsi il n'est pas aisé de tenir son équilibre. On va rouler encore un peu sur les hauteurs, par ce superbe single et au milieu d'une végétation meurtri et à l'allure intemporelle, comme si le temps ne semblait pas avoir eu d'emprise sur elle.

On quitte ces décors de rêve par une descente rapide alors que quelques gouttes de pluie viennent s'écraser sur nos casques. On retrouve Ludo dans la vallée, nous gratifiant d'une remarque comme il en a le secret : « Hey les gars dans la descente, p'tite bite hein ! ».... Merci Ludo, on s'en souviendra, et puis comme le souligne Damien, il fait froid, ceci expliquant cela... Bref, nous voilà à nouveau tous les trois, espérant voir débarquer le second ravito bientôt.

 

      Jusqu'à Masquières, la suite du tracé ne se fera pas plus calme, bien au contraire ! Entre les montées semblant interminables dû à une fatigue grandissante, les singles bordés de buis où certains passages demandent à presque se coucher sur le vélo sous peine de se manger une branche dans la figure ou encore des descentes toujours aussi glissantes et/ou techniques, rien ne sera oublié. Un enchaînement infernal de passage tout aussi éprouvant les uns que les autres rendu encore plus exigeant par une météo capricieuse. Plus les kilomètres s'égrènent et plus le circuit devient une lutte contre soi-même où chaque instants est un combat féroce entre l'envie de poser les pieds à terre et l'envie de ne pas abandonner. Du vtt, tout simplement. Dans de tels moments, on est seul, malgré les autres participants autour de vous, seul dans une sorte de bulle, sur votre bécane à ne penser qu'à une chose, passer la difficulté présente et en être fier avant de recommencer sur la suivante. A cet instant, on est loin des rigolades du départ ou des moqueries amicales, le ton est nettement plus sérieux et l'envie de toujours repousser ses limites de plus en plus forte ; avant que la « pression » ne redescende pour à nouveau laisser la place à un esprit déconneur et bon enfant. Deux visages semblant si opposé mais pourtant si proche l'un de l'autre, l'esprit même du vtt.

      Les compteurs ne sont plus très loin des quarante kilomètres lorsque l'on aperçoit enfin le deuxième ravitaillement ! Ouf ! Il était tant. Pas de quartier et nous ferons honneur à tous ce qui passe, du sandwich au jambon aux flans et aux oranges, rien n'est trop bon. On va s'octroyer une pause un peu plus longue qu'à l'accoutumé, mais c'est pas plus mal et ça va nous faire le plus grand bien.

 

     vlcsnap-2012-04-23-10h36m24s117Les dix derniers kilomètres seront un peu plus roulant que précédemment, même si deux ou trois bonnes bosses seront encore de la partie ! On va une nouvelle fois rejoindre le GR 652 pour rattraper Lagrolère par un magnifique single nous faisant descendre dans la Combe de Bazérac avant de remonter par une large piste pas bien raide mais suffisamment longue pour finir de consumer le peu d'énergie qu'il nous restait. Enfin, le point de départ se dessine devant nous avec pas moins de 55 kilomètres au compteur, c'est pas mal pour des gars qui ne voulaient en faire que 26 à la base ! A nouveau, nous ne ferons pas l'impasse sur la nourriture, allant même jusqu'à faire descendre le pâté avec un bon verre de rouge !

 

      C'est sur, il aurait été dommage de ne faire que le petit circuit ! Combien de passage à quel point magnifiques aurions nous raté ! Sans parler de sa fierté personnelle ! Vraiment, une excellente matinée, fort heureusement épargnée par la pluie, à peine quelques gouttes mais jamais rien de bien méchant. Et quel tracé mes amis ! C'est grâce à des tracés de génie comme celui-ci où l'on retrouve tout ce qui fait l'esprit du vtt, que l'on comprend que faire du vélo, c'est tout autant dans les jambes que dans la tête ! Cette édition de la Pech Bike en est la preuve et tous ceux qui comme nous on rouler sur le grand circuit pourront en témoigner !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

On a aimé :

  • des paysages et des points de vue uniques !

  • un tracé exigeant mais très varié

  • des ravitos copieux...

     

On a moins aimé :

  • … mais un second ravito placé bien loin après le premier

 

Circuit : 55 kms / Durée : 4h / Moyenne : 13,9 kms/h

 

 

 

220412
 

 

 

Commenter cet article