Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Les Chroniques 2012

, 08:37am

 

banniere_chroniques2012final.jpg

 

- PROLOGUE -

 

Oyez, oyez, Gente-dames et damoiselles, gentilshommes et damoiseaux !

 

Qui suis-je ? Nul ne s'en doute... D'où je viens ? En quoi cela nous avancerait-il de le savoir ? J'ai traversé bon nombres de contrées et de royaumes pour venir jusqu'à vous, dans un seul et unique but : narrer aux quatre coins du pays les aventures d'un groupe d'amis tout au long de cette année écoulé. A vous qui saurez me prêter une oreille attentive, je vous souhaite un moment d'évasion, un instant de quiétude et de rêve, ne serait-ce que quelques minutes, à l'écoute de cette histoire. Je vous demanderez donc de permettre au simple troubadour et modeste conteur que je suis vous narrer, alors que vient le solstice d'hiver en ce mois de nivôse terminant ainsi cet an de grâce 2012, laissez-moi vous narrez, donc, les aventures et mésaventures de Piw et de ses compagnons de voyages tout au long de leur périple...

 

  - CHAPITRE 1 -

- DEPART -
- DE NI VÔSE  A  VENTÔSE -

 

      Celui-ci débuta un matin gris et pluvieux, et bien que nous nous trouvâmes en plein cœur de l'hiver, synonyme de gels et de glaces mais aussi de ciel bleu et d'un soleil rayonnant, les cieux ne furent nullement cléments, inondant nos baladins tout au long de leur première journée de route. Fort heureusement, celle-ci leur sembla déjà lointaine alors que la suite de leur voyage se déroula sous des cieux nettement plus clément. L'astre du jour daigna enfin se montrer de toute sa prestance, réchauffant nos contrées et asséchant chemins et prairies. Ils n'étaient qu'au début de leur aventure et pourtant, nombres de courageux se joignirent à eux afin de cheminer quelques temps ensembles. C'est à ce moment-ci qu'ils comprirent que leur année de périple serait jalonnée d'alliances et de rencontres, sans se douter pour l'instant qu'une Grande Epreuve allait leur être dévolue...

vlcsnap-2012-01-12-23h39m21s166      Loin de tout cela, leurs esprits se laissèrent vagabonder, un instant, rassurés devant ce paysage où la faible lueur d'un soleil déjà perdu sous l'horizon les apaisait, les revigorait. Pourtant, ils durent reprendre la route, alors que nous entrions dans le mois où les pluies tombent avec plus d'abondance : pluviôse. Pluviôse, et avec lui, sa part d'humidité et de boue. Chacun de leur déplacement se limitait aux environs, des contrées Paulhiacoise aux forêts Bironnaise, guère plus loin ne les menait leur instinct, mais souvent au sein de la guilde des Bironnais. Pourtant nécessité faisant loi, ils durent faire une halte bien plus longue qu'ils n'eurent imaginé, alors que les frimas d'un hiver oublié refirent leur apparition en ces temps où ils crurent prôche le vlcsnap-2012-02-13-18h49m14s222retour des beaux jours. Une période de neiges et de glaces comme rare le royaume en eu connu auparavant. Pluviôse fût glacial.Un silence pesant et presque angoissant régnait à présent sur les plaines enneigées et au cœur des forêts glaciales. Les animaux ne se hasardaient que très rarement à l’extérieur de leur tanière, à l'instar de n'importe quel quidam préférant rester à l'abri dans sa demeure, d'où une épaisse fumée blanche s'échappait par la cheminée. Le temps et le monde semblaient comme figés, obligeant nos voyageurs à poser leurs besaces quelques temps, hésitant, mais finalement assez sage pour ne pas braver des températures glaciales... Mais toute période, tout cycle connait un début et une fin, et alors que ce mois maudit se terminait, une nouvelle ère débuta lorsque ventôse, le mois où le vent vient sécher la terre, fit ses premiers pas...

 

      L'épaisse couche de neige et de glace qui recouvrait la contrée avait maintenant disparu, permettant ainsi à notre groupe de reprendre sa route. Leur voyage les mena là où la sagesse n'aurait jamais due les conduire. De sages paroles et conseils leurs furent pourtant prodigués, mais leur impétueuse fougue et leur soif de l'aventure ne prêtèrent aucune oreille attentive aux présages de leurs aînés. Cette matinée pluvieuse et venteuse restera à jamais dans leurs mémoires comme un indicible fourvoiement, comme un exemple témoin de leur inexpérience. Les terres argileuses de Montaut eurent raison de leur audace, et c'est conscient de leur erreur qu'ils reprirent leur route, tâchant d'oublier rapidement leur honteuse immaturité.

vlcsnap-2012-03-26-20h54m18s33      Mais de vieux écrits racontent que chaque épreuve, si dure soit-elle, forge le corps et l'âme, les rendant plus forts et plus solides jours après jours. Notre groupe, dont les pas les menaient maintenant loin de leurs contrées natales, foula des terres différentes et pour la plupart inconnues, même si leur chemin les ramenait quelquefois dans leur province. Les rigueurs d'un hiver long et froid touchaient bientôt à leurs fins, si bien que de plus en plus de bourgades alentours profitaient du retour des beaux jours pour organiser des joyeuses festivités. Paulhiac et sa célèbre « Printanière » fut l'une d'elle, et ce fut l'occasion pour nos baladins de tester leur expérience fraîchement acquise et de se mesurer à d'autres de leurs frères. Ventôse était à présent bien entamé, et les vastes prairies et les sombres forêts se teintaient peu à peu de leurs chatoyantes couleurs printanières. Pourtant, la grande roue du cycle des saisons est en marche, et même si nous entrâmes dans le joli mois de Germinal, nos amis allaient à l'encontre de dures épreuves, mais aussi de moments plus joyeux... Leur aventure vient à peine de débuter et même s'ils ne s'en doute pas encore, la Grande Epreuve sommeille, quelque part, prête à faire son apparition, et à venir ébranler leur foi et leur confiance dans un tumulte d'émotions... à la toute fin du mois de Thermidor...

 

      Cette sombre période hivernale venait de se terminer, mais notre histoire au cœur de cette année 2012 n'en est qu'à ses prémisses ! Moult aventures attendent encore nos braves, alors soyez là lors de ma prochaine venue, bien plus proche que vous ne le croyez !

     

     A présent, mes bons amis, je vous quitte, et que les éléments vous soient favorables...

 

 

- CHAPITRE 2 -

- OBJECTIF-
- DE GERMINAL   A  PRAIRI AL - 

 

 

      Reprenons, si vous le voulez bien, notre histoire là où nous l'avions laissé lors de mon dernier passage par ici. Rappelez-vous, nous étions à la sortie d'un hiver long et froid, alors que notre groupe continuait son voyage, entrant de plain-pied dans le mois de Germinal. Pendant quelques jours, le temps fut d'une clémence inespérée, une aubaine au cours de leur périple, alors que celui-ci les menait maintenant dans les contrées Lotoises, domaine où la nature est vlcsnap-2012-04-04-21h47m16s182autrement différente de leurs foyers. La guilde des « amis du cheval » fût l'instigatrice de nouvelles festivités en ce début de printemps. Ils découvrirent une fois de plus toute la richesse et toutes les beautés de ces terroirs sauvages qui ont su préserver le charme qu'admiraient déjà nos ancêtres. La nature reprenait ses droits, et les stigmates d'un hiver rigoureux s'estompaient doucement, les maux et les cicatrices passés ne seraient bientôt plus qu'un lointain souvenir. Cependant, les éléments refirent parler d'eux lorsque nos voyageurs atteignirent la citée de Penne d'Agenais si chère à Richard Coeur de Lion. Les épreuves qu'ils trouvèrent ici ne firent que vivifier une certitude déjà acquise : ils étaient nés pour ce voyage et cette foi en leurs convictions brûle à présent d'une seule et même flamme au sein de leur groupe. Pourtant, tout plaisant et enchanteur que furent ces instants passés, la réalité qui leur fit face reprenait un visage bien connu, celui dont les Ondines, génies féminins des eaux, sont si fières.

       Ils durent composer à nombreuses reprises au cours des semaines qui suivirent avec une pluie de plus en plus abondante. Cela n'empêchait guère différentes guildes de festoyer telle celle du PechBike, qui, bien qu'abandonnée des cieux, leur proposa des joutes d'une si rare qualité qu'une pensée enfouie aux confins de leurs esprits allait commencer à germer, éclore doucement pour petit à petit devenir une évidence, donner un but précis à leur voyage. La Grande Epreuve refit parler d'elle, alors que Germinal s'endormait délicatement, laissant s'éveiller le mois de Floréal, celui-là même où les fleurs s'épanouissent dans une myriade de senteurs champêtres et de couleurs renaissantes...

 

 

      Nos troubadours, dont l'expérience gagnée depuis leur début ne faisait maintenant plus aucun doute, eurent l'envie, ou la folie diront certain, d'à leur tour, être les instigateurs de grandes festivités, et de connaître les joies et les tourments d'un tel accomplissement. Ils profitèrent dès cet instant de chaque village traversé et de chaque vlcsnap-2012-05-16-22h24m45s239nouvelle rencontre pour parfaire leur discipline et apprendre de leurs aînés. Leur périple avait dès à présent un but, et les vastes pâtures Naussannoises, d'où l'on aurait presque pu apercevoir vaches et moutons paître tranquillement, ou les interminables plaines Canconnaises, d'où la brume en cette journée avait quelque chose de mystique, ne firent que donner un peu plus d'ardeur à leur besogne. Quoi de plus beau, pensèrent-ils, que cette immense impression de liberté à la traversée de ces prairies baignées par d'agréables rayons de soleil et perdues en plein cœur du Périgord ? Cette « Ronde des trois châteaux » restera à jamais dans leurs esprits et dans leurs cœurs comme une immense et indéfectible sensation de bonheur. Une goutte de paradis au beau milieu de cet immense océan qu'est la vie. Une minuscule goutte comme une parenthèse dans leur pérégrination, et c'est bien cela qui fait toute sa grandeur.

      La Grande Epreuve, quand à elle, avait pour l'instant rejoint son antre et s'était rendormie d'un profond sommeil. Nos braves revinrent en plein pays Périgourdin, en ce tout début de mois de Prairial, alors que les récoltes des prairies n'allaient plus tarder. Leurs pas les menèrent dans la vallée du Céou, impatients d'y retourner après plus d'un an sans être revenus en ces terres. La jeune végétation était maintenant bien présente, et chaque pas, chaque mètre parcouru exhalaient une douce odeur printanière comme les provinces du royaume n'en avait plus connue depuis fort longtemps. Les souvenirs de leur dernière visite par ici sont encore vifs dans leurs mémoires, fiers et heureux qu'ils furent de participer à un tel événement que celui de « La Pomponnaise ». Leurs yeux brillèrent comme celui de jeunes enfants devant un présent lorsqu'il foulèrent enfin le sol qu'ils n'avaient pas revus depuis de longs mois. Pourtant, ou n'était-ce que leur imagination, quelque chose avait changé, la foule d'impétueux aventuriers qui se vlcsnap-2012-05-16-22h31m22s111tenait au même endroit la dernière fois avait aujourd'hui laissé la place à une petite poignée de leurs semblables. Quelque chose n'allait pas, ils en étaient maintenant convaincus. Voilà bien trop de lunes qu'ils attendaient le retour de ces réjouissances, et leur déception n’eut d'égal que leur amertume, alors qu'ils reprirent leur route, un goût amer dans la bouche, comme l'impression d'avoir été trompé par celle qui leur avait tant donné et tant promis... Pourquoi me direz-vous ? Allez savoir... A trop vouloir faire, l'on finit forcément par délaisser autrui... mais le voyage continue, et les déceptions sont aussi une façon de progresser et d'aller de l'avant, et les deux dernières bourgades qu'ils traversèrent entre la fin de Prairial et le début de Messidor sonnèrent comme une évidence après le désappointement qu'ils venaient de rencontrer : le roi est mort, vive le roi ! Certaines festivités tombent, permettant à d'autres de se lever et de venir se faire un nom, guidées par de courageux paladins qui ne ménagent pas leurs peines afin de faire vivre leur province. « La Pontouraine » est là pour prouver s'il en était besoin que de grandes et joyeuses fêtes n'ont guère besoin d'artifices surréalistes pour que les convives et les participants présents repartent avec un souvenir impérissable et qu'il garderons longtemps en mémoire...

 

      Nos voyageurs ne sont qu'à la moitié de leur aventure mais l'heure est déjà venue pour moi de vous quitter et de retourner au milieu de mes grimoires et autres parchemins. Trêves de balivernes, j'imagine que ma petite vie ne vous intéresse guère, et je ne le comprends que très bien. Soyez présent ici même lors de mon prochain passage ! Vous apprendrez comment Messidor s'est écoulé et comment l'heure de la Grande Epreuve sonna, dans un vacarme dont même les dieux eurent échos.

A présent, mes bons amis, je vous quitte, et que les Eléments vous soient cléments...

 

 


 
 
- CHAPITRE 3-

- LA GRANDE EPREUVE-
- DE  MESSIDOR  A  FRUCTIDOR - 

 

 

     De nouveau, et ce pour la troisième fois, je me présente à vous pour vous rapporter la suite de notre histoire, ou plutôt de leurhistoire. Je vois et j'espère que vous attendiez ma venue avec impatience et fébrilité, d'autant plus que je vous promets, mes chers amis, un pan de leur histoire des plus passionnants, alors tendez bien l'oreille et laissez-vous emporter dans cette modeste histoire...

 

vlcsnap-2012-07-16-20h30m00s126

      Messidor, le mois où les épis ondoient et où les moissons prennent leur teinte dorée. Pourtant, les vastes pâtures arboraient encore par endroit des teintes d'un vert puissant, comme si Dame Nature voulait à tout prix ne pas quitter ce printemps pluvieux et humide. Les foins et les récoltes prirent du retard et c'est dans cette atmosphère un tant soi peu morose que nos baladins continuèrent leur route, étanchant leur soif de découverte. Depuis plusieurs lunes déjà, ils prévoyaient une étape dans leur périple, une étape qu'il ne voulait nullement omettre et qui prenait de plus en plus de place dans leurs esprits à mesure que leurs pas se rapprochaient de celle-ci... Elle qui devait les mener en plein cœur Lotois, là où les roches d'un gris monocorde donnent naissance à des milliers de galets alors que les vallées se perdent en falaises immenses et abruptes. Leurs cœurs étaient emplis de joie et d’impatience à l'idée de ces retrouvailles, mais les cieux en décidèrent autrement... L'aube du départ resta malheureusement d'un gris bien triste, laissant échapper quelques larmes comme s'il voulait se joindre au chagrin qui envahit nos troubadours. Malgré tout, la route continue et cette déception n'est qu'une pierre de plus à l'édifice de leur aventure...

      Dès lors, ce mois en demi-teinte sonna comme une entracte dans leur voyage, comme si leur unité perdait en force, et où chacun prit son propre chemin, afin de parfaire ce qui ne pouvait l'être en groupe. Messidor, touchant à sa fin, donnait aux prairies leur jolie couleur d'été vlcsnap-2012-08-26-20h09m39s110et sur lesquelles le Soleil dardait ses chauds et puissants rayons. Pour un instant, leur route les ramena dans leur contrée, là où une petite bourgade se fit organisatrice de nouvelles joutes. Quelques vieilles connaissances furent présentes, ainsi qu'un comparse venu de terres lointaines et qui partagea leur route quelques instants, réchauffant leurs âmes et revigorant leurs volontés. Messidor ne tarda pas à laisser sa place à Thermidor, alors que l'air s'embrasa d'une chaleur tout à la fois solaire et terrestre... Nous entrâmes dans le mois qui allait donner à nos baroudeurs une toute autre vision de leur périple et qui allait bousculer et ébranler leurs convictions, lorsque la Grande Epreuve sortirait de son sommeil... Celle-ci n'allait plus tarder à s'éveiller, un matin à l'aube où la chaleur était déjà écrasante... Leur sommeil fut perturbé et agité, l'angoisse et les doutes faisant leurs offices. Cette aube restera à jamais gravée dans leurs esprits, l'aube qui annonçait ce fameux et tant redouté jour, l'aube de la Grande Epreuve !

 

      La Grande Epreuve, voilà une année entière que nos baladins songent à cet illustre jour, bien des lunes et des saisons s'écoulèrent sans qu'ils ne purent s'empêcher de penser à celle-ci, et les six derniers mois furent pour eux l'occasion de parfaire leur expérience et d'apprendre de toutes les guildes qu'ils ont pu rencontrer au travers de leur périple. Le soleil venait à peine de sortir de sa torpeur nocturne et déjà l'atmosphère bouillonnait d'une chaleur DSCF1077moite. Conscient que la journée allait être longue et rude, nos braves étaient déjà à pied-d’œuvre afin de clore les derniers préparatifs. Nombre de leurs familles et de leurs amis répondirent présents afin de leur apporter leurs soutiens. Le plateau du Cayla, si cher à leurs cœurs et que les autochtones appellent l'oppidum, frémissait d'un brouhaha inhabituel lorsque la centaine de courageux présent attendait l'heure du départ. L'endroit retrouva un silence presque religieux lorsque les différents départs furent donnés. Cette journée se déroula non sans frasques, et les nerfs de chacun furent mis à rude épreuve comme jamais auparavant. La tension était palpable mais la joie et la fierté d'être parvenue à réaliser un tel événement reprirent rapidement le dessus lorsque l'heure de dresser le bilan fut venue. Ils étaient parvenus à bout de cette Grande Epreuve, non sans pertes, blessures et fatigues, mais la nuit qui s'annonçait, tandis que le Soleil disparaissait doucement sous l'horizon, allait être l'une des plus reposantes et des plus réparatrices qu'ils n'eurent connu... Leur objectif était atteint, et la suite de leur voyage allait prendre une toute autre saveur... Thermidor s'acheva ainsi, dans une journée où une multitude d'émotions les convièrent à une danse des plus étranges, et ils en sortirent plus fort et plus sûr, prêts à poursuivre leur périple emplis d'un courage et d'une détermination renouvelés.

 

     

     Le mois de Fructidor arriva et les fruits que le soleil dore et mûrit faisaient le bonheur des paysans et plus généralement d'une faune tout autant variée qu'avide de ces mets sucrés et savoureux. Leur groupe s'était quelque peu réduit, mais cela ne les empêcha pas de passer ce mois dans une ambiance festive et amicale. Les cieux firent vlcsnap-2012-09-19-22h56m49s253preuve d'une faveur inattendu et leur route les mena aux quatre coins du royaume alors que les rencontres se multiplièrent. Ce pays lotois qu'ils affectionnaient particulièrement et où les joutes se multipliaient leur dévoila de nouvelles richesses dans des paysages superbes et envoutants. « Les traces de Bacchus » furent pour eux une bouffée d'oxygène et ils redécouvrirent ce qui faisait l'essence même de leur voyage : amusement et enchantement. La nature commençait à prendre ses couleurs jaunâtres et rougeâtres, signes avant-coureurs du changement de saison qui se prépare. Leurs pas les ramenèrent le temps d'une étape dans les plaines Lot-et-Garonnaise, où bien que les vastes prairies et les cultures se partagent une bonne partie du paysage, certains endroits sont d'un tout autre calibre, et les Pech et sentiers abrupts, comme reclus en ces terres depuis des temps immémoriaux dont seuls les dieux ont souvenance, sont légions et impressionnants pour qui sait comment s'y rendre et de fait, les apprécier.

 

      Nous arrivons bientôt au terme de cette longue mais à la fois si courte année d'aventures et de périples. Fructidor se termine, et les trois derniers mois vont faire entrer nos aventuriers dans un hiver qui s'annonce long et humide. Je m'en retourne d'où je viens et ne repasserai ici qu'une seule et dernière fois ! Ne manquez pas mon prochain passage où je vous dévoilerai la conclusion de ce récit, après quoi je m'oublierai à vous pour des lunes et des lunes et ce jusqu'à l'année suivante...

 

A présent, mes bons amis, je vous quitte, et que les Eléments vous soient propices...

 

 

 

  -  DERNIER CHAPITRE -

- RALLIEMENT-
- DE VENDEMIAIRE A FRIMAIRE - 


 

 

vlcsnap-2012-09-30-16h20m51s5Oyez, oyez ! Ceci est mon dernier passage par ici, certains diront peut-être que ma venue les surprend après tant de jours sans nuls signes de ma présence, mais je me présente bel et bien à vous, une ultime fois, afin de conclure l'histoire de nos compagnons commencée ici même il y a quelques temps déjà. Place maintenant au dernier chapitre de ce récit...

 

Nous entrions dans le mois de Vendémiaire, celui-là même qui sonne la grande messe des vendanges. Il ne faisait aucun doute que l'été touchait à sa fin. Les feuilles sur les arbres commençaient à dénuder leurs branches, formant au sol un épais tapis sous lequel chemins et sentiers allaient petit-à-petit disparaître pour quelques temps. La chaleur étouffante des dernières décades laissait jour après jour la place à un air plus doux, un air plus frais. Ce début d'automne annonçait avec lui la fin de la saison des joutes, et l'une des dernières emmena nos braves en des terres inhabituelles, les terres Tarn-et-Garonnaise. Ils ne foulèrent cette province qu'en de très rares circonstances, et c'est pour eux l'occasion de venir à nouveau en ces lieux. Les cieux, en cette matinée venteuse, arboraient une teinte surréaliste, comme si les dieux eux-même tenaient à assister au spectacle qui allait avoir lieu. Ils furent un nombre impressionnant à participer à ces joutes, et le divertissement n'en fut que plus grand. C'est épuisés qu'ils reprirent la route, mais malgré tout heureux de conclure cette saison de si belle manière.

A présent, il était temps pour eux de revenir en des terres bien connues, des terres qui sont leurs. Pourtant, des doutes assaillirent l'esprit de l'un d'entre eux : « et si notre aventure s'achevait ainsi ? » « et si cet hiver qui s'annonce amenait avec lui plusieurs mois de voyage en solitaire ?» ; telles furent les craintes qui germèrent en son esprit jusqu'à la fin du mois de Vendémiaire. Pourtant, si l'avenir avait pu se livrer à lui, il aurait vu et vlcsnap-2012-11-18-19h22m17s238aurait su qu'une nouvelle page de son histoire allait se tourner et que rien ne serait plus jamais comme avant...

Nous quittions désormais Vendémiaire pour accueillir Brumaire en nos demeures. Les brumes et les brouillards n'allaient point tarder à faire leur apparition, amenant avec eux une rosé matinale qui de temps en temps, viendrait à couvrir de millier de minuscules perles d'eau une végétation en passe de s'éteindre pour les mois à venir. Les craintes qui tourmentaient l'esprit de notre brave un peu plus tôt furent soudain balayés un beau matin au ciel pourtant chargé. Il comprit alors que, non, cet hiver qui s'annonce, il ne voyagerait pas seul, entouré désormais de compagnons, d'hier et d'aujourd'hui, anciens et nouveaux. Et même si les différents périples en ce mois d'un gris monotone ne les menèrent guère plus loin que les alentours de leurs hameaux respectifs, ils furent à chaque fois plus nombreux à partager ces moments uniques. Dans le ciel, les grues et les oies sauvages avaient depuis longtemps rejoints des terres plus hospitalières, même si les derniers jours de ce mois furent d'une douceur inattendu. C'est aussi en cette période que leurs pas les menèrent aux alentours de Villeréal, à la découverte de nouvelles contrées. Ils y découvrirent des chemins magnifiques, sublimés par une nature aux couleurs changeantes et chatoyantes. Cette année était sur le point de se conclure lorsque Frimaire s'annonça à eux...

Ce matin là, ils comprirent avec désarroi que la mauvaise saison était bel et bien en nos terres et qu'il faudrait être patient avant de retrouver toute l'allégresse des joutes passées... Mais ce matin là, donc, fût l'un des plus froid qu'ils n'eurent connut depuis le début de notre histoire. Preuve en est qu'ils ne furent que très peu à braver les éléments et les températures glaciales. Leur matinée ne les mena guère très loin mais leur permit malgré tout d'assister à un spectacle rare et magnifique, un spectacle qui vint un peu réchauffer leurs âmes. Une superbe biche, Reine des forêts, eu la bonté et la mansuétude de se montrer à eux dans toute sa splendeur et sa prestance, comme pour leur prouver que leurs efforts ne furent pas vains.

 

vlcsnap-2013-01-02-16h12m55s88Leur voyage touchait à sa fin, pourtant, leurs deux ou trois derniers périples apportèrent eux aussi leurs lots de surprises et de rencontres. Frimaire, le mois où un froid tantôt sec tantôt humide vient s'installer sur le royaume, était à présent bien entamé alors que moult compagnons les rejoignirent le temps d'une ou plusieurs excursions. Des bas-fonds de Cuzorn dominés par les ruines de ce qui fut un rutilant donjon ou de ceux de Lacapelle-Biron et de ses brumes récurrentes, nul n'aurait deviné que leur groupe s'enrichirait ainsi à chaque nouvelles décades passées. Ils retrouvèrent aussi la compagnie de l'un des leurs qui dû se retirer de l'aventure quelques mois plus tôt, mais dont l'esprit et la présence accompagnèrent chacun de leurs pas tout au long de leur quête. Les derniers jours de Frimaire arrivèrent et avec eux le solstice d'hiver. L'année approchait de son terme, une année riche en émotions et en aventures. Nos braves, enrichis de nouvelles rencontres, d'émerveillements, de doutes et d'incertitudes mais aussi de joies et de fiertés, conclurent ce cycle, le regard dorénavant tourné vers l'avenir, prêt à faire face à toutes les nouvelles épreuves qui pourraient se présenter à eux alors qu'une nouvelle page de leurs vies venait de s'écrire dans le grand livre de leur histoire...

Ainsi donc s'achèvent leurs Chroniques, mais bientôt, Nivôse va refaire parler de lui et perpétuer l'engrenage d'un cycle éternel. Et puisque ce nouvel an de grâce n'en est encore qu'à ses balbutiements, je me retire donc, scrutant et observant les moindres faits et gestes de nos braves, afin de compiler leurs histoires, leurs peines et leurs bonheurs pour revenir vous les livrer très bientôt, lorsque le prochain solstice d'hiver sera de retour...

 

A présent, mes bons amis, je vous quitte, et que les Eléments vous soient amicaux durant les nombreuses lunes qui vous attendent et qui vous séparent de notre prochaine rencontre...

 

 

 

 

Oyez, oyez !

 

Toute histoire se doit d'avoir sa petite dose d'humour et de rigolade, les Chroniques 2012 n'échappent pas à la règle, voici une petite vidéo compilant les moments les plus drôles de l'année passée !

 

 


 

 
chroniques2012 fin

 

N.B : Si vous lisez ces lignes, c'est que vous avez prit de votre temps pour lire cette histoire et je vous en remercie. Quelques petites précisions cependant. Histoire de faire quelque chose d'original pour cette rétro de l'année 2012, j'ai décidé de raconter les évènements écoulés à la façon d'un troubadour des temps anciens. Le texte est donc par moment volontairement exagéré et peut paraître bien pompeux. Il faut cependant le lire en gardant une touche de fantaisie à l'esprit et prendre tout cela au 150ème degrés ! Cette histoire se divisera en quatre chapitres que j'espère pouvoir publier chaque semaine du mois de janvier. En parlant de mois, j'ai aussi adopté l'ancien calendrier républicain, histoire de donner un peu plus de profondeur et de permettre un peu plus d'immersion, même si je suis en complet décalage quand à la période du récit et ce fameux calendrier. Voilà pour cette petite note, et j'espère que vous prendrez autant de plaisir à lire ces quelques manuscrits que j'en prends à les rédiger !