Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Randonnée à Montaut (47)

19 Février 2012, 21:27pm

Publié par Piw

Bonjour à toutes et à tous !

 

      Dimanche.

 

vlcsnap-2012-02-21-22h25m00s81      - 6h45. Le réveil sonne. Le soleil n'est pas encore levé lorsque je m'extirpe de mon lit. Trois quart d'heures pour se préparer, c'est suffisant.

      - 7h30. A la pointe du jour, Damien arrive. Je lui fait couler un café chaud et en profite pour en boire un aussi. Tout est prêt dans la voiture lorsque nous sortons de la maison. Le ciel est bien chargé mais on a bon espoir pour que la situation ne s'aggrave pas.

      - 7h45. Quelques gouttes de pluies commencent à tomber lorsque nous nous installons dans le véhicule. Le moteur vrombit. Direction Montaut, juste après Villeréal, pour une randonnée, la première de cette année.

 

      Ce que nous ignorions, c'est que nous allions passer une matinée dont on se souviendra longtemps...

 

      Nous sommes arrivés sur place vers 8h15, sous une pluie bien plus forte que précédemment. A demi étonné, nous ne trouvions que très peu de monde à l'inscription, hormis le club de Cancon, avec qui nous bavardions, faisant mine de garder une bonne humeur malgré le temps. Point de départ groupé, nous sommes parti vers 8h45. Les mots de Stéphane résonnèrent alors dans un coin de ma tête lorsque nous donnions nos premiers tours de pédales :

 

« La terre, c'est de la glaise là-bas, pas la peine d'y aller s'il pleut ! »...

 

      Pourquoi diable ne l'avions nous pas écouté... Ha si on avait su... Avec le recul, on repense à beaucoup de choses. Bref, nous y étions et fallait bien continuer, surtout que nous roulions sur la plus grande boucle, celle de 29 kilomètres.

 

vlcsnap-2012-02-21-22h24m25s130      Les premiers kilomètres furent sommes toutes éprouvants, une bonne grimpé quasiment d'entrée, on va dire que cela nous réchauffa. Un peu de plat pour continuer avant de redescendre par un sympathique single en direction de Bournel, que nous allions traverser en compagnie d'autres vététistes. A ce moment là, nous pensions que la montée suivante, qui nous fît traverser Montaut le Jeune, serait l'une des grosses difficultés de ce matin. Il n'en serait rien, mais à ce moment là, nous étions loin d'imaginer la suite, même si l'on aurait du se douter de quelque chose... Les sept ou huit kilomètres suivants furent agréables, point de gros dénivelé, des chemins certes gras mais roulant, tantôt au milieu des bois ou en plein champs. Et ce n'est que lorsque nous sommes arrivés dans cette plantation de pruniers que la dure réalité du terrain nous sauta en pleine figure, telle une larve d'alien dans un certain vaisseau égaré au beau milieu de la galaxie : LA TERRE COLLE ! On nous avait pourtant prévenue, mais notre fougue fit fît de toutes les mises en garde et nous poussa malgré tout à venir rouler ici ce matin.

      La terre colle, oui, c'est une réalité, « pesante », dans tous les sens du terme. Quelques dizaines de mètres suffirent à stopper nette notre progression, freins, roues, tout était bloqué. Un quad arrivant en sens inverse tenta de nous rassurer à nous certifiant qu'il s'agissait là du « plus mauvais morceau », telles furent ses paroles. Ha la bonne blague... Nous l'avons cru, malgré tout, et un ouf de soulagement retentit lorsque nous avons enfin atteint la route après de longues minutes à retirer le plus gros de cette terre plus qu'amoureuse.

 

      Quinze kilomètres aux compteurs lorsque nous arrivions à Born, lieu du ravitaillement. La pluie, qui avait cessé jusque là, repartit de plus belle juste au moment où nous nous mettions à l'abri afin de faire une courte pause. Quelques minutes nous suffirent et nous repartions à trois, en compagnie du boulanger de Villeréal et de son superbe Scott. Comme si le ciel avait eu pitié de nous, la pluie cessa à l'instant où nous démarrions.

      Les cinq kilomètres suivants furent les plus longs de toutes nos années de vtt... A l'instar des mots de Stéphane qui passaient en boucle dans mon esprit, ceux du gars en quad que nous avions croisé un peu plus tôt nous revinrent en mémoire d'un seul coup. Le pire n'était pas derrière nous, non, mais bel et bien devant nous, et même sous nous, juste sous nos roues ! Chaque mètres étaient une ode au thermalisme ventant les mérites des bains de boues... Nos cassettes se noyaient sous une épaisse couche d'argile de laquelle les chaînes avaient du mal à s'extirper. Et ce n'est qu'une des nombreuses embûches que nous livrait le terrain. Cinq kilomètres que j'espère ne plus jamais connaître, même si cela fait parti du jeu, le plaisir et l'amusement ont disparu depuis un petit moment de nos esprits.

 

 vlcsnap-2012-02-21-22h25m48s42     Enfin, nous sommes arrivés sur une route et comme si cela ne pouvait pas être pire, la pluie redoubla de violence. Notre collègue connaissant le coin, nous avons fait les quatre ou cinq derniers kilomètres par la route afin de mettre fin une bonne fois pour toutes à ce véritable calvaire. Montaut se dessina devant nous, fébrile que nous étions de pouvoir enfin se sécher et se mettre au chaud. Point d'organisateurs pour nous accueillir au retour, un café chaud n'aurait pourtant pas était de refus...

      La matinée s'acheva ainsi, dans la rigolade malgré tout, un rire jaune... Il ne nous tardait qu'une chose, monter dans cette voiture et mettre le chauffage à fond. Pourtant, coup du sort ou pure coïncidence, impossible de démarrer cette satané Mégane... Hahaha... Nous n'étions pas seul heureusement, et c'est une bonne idée que de toujours faire suivre des câbles de démarrages dans le coffre. Enfin, le chemin du retour, et le chauffage à fond !

 

      Dimanche.

 

      - 12h. Damien est repartie. Je repense encore à cette matinée, collé à la cheminée... Ce fut bien sympa malgré tout, le balisage était suffisant, et le tracé doit être agréable par temps sec.

      - 12h05. Arggg ! Je viens subitement de penser que je vais passer mon après-midi à décoller cette satanée terre-argile-boue (rayez le mention inutile) de ma bécane ! Noooon !

 

On a aimé :

  • une ambiance entre vététistes du tonnerre

On a moins aimé :

  • personne à l'arrivée !

  • six euros pour un sandwich, c'est un peu cher...

Circuit : 24 kms / Durée : 1h45 / Moyenne : 13,7 kms/h

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

 

Commenter cet article