Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Randonnée à Saint Sylvestre(47) du 09 septembre 2012

16 Septembre 2012, 19:37pm

Publié par Piw

 

Bonjour à toutes et à tous !

 

      Aujourd'hui, direction Saint Sylvestre pour une rando où il y en a pour tous les gouts : trois parcours routes, deux pédestres et deux parcours vtt, un de trente kilomètres et un autre de 50. J'arrive sur place vers 8h15, le temps de m'inscrire pour le grand circuit et me voilà partis. Il s'agit encore une fois d'un départ libre, même si l'on est un bon groupe à partir tous ensemble. Plus septembre avance et plus les matinées sont fraîches même s'il ne faut pas longtemps pour que les températures prennent plusieurs degrés.

 

vlcsnap-2012-09-16-21h31m47s111      Pour le départ, je roule avec Pascal, du club de Penne. Nous avançons sur un rythme tranquille mais régulier. Point de passages difficiles, pour l'instant, ni de portions techniques, le tracé se partage entre bitumes et chemins bien larges. Ce n'est que vers le huitième kilomètre qu'une montée un peu plus raide va commencé à séparer un peu tout le monde, au moment où je quitte le club de Penne. La descente suivante est superbe, avec en ligne de mire une vue imprenable sur toute la vallée entre St Sylvestre et Villeneuve. La descente est rapide, très rapide même, mais surement pas assez pour celui qui va me dépasser comme un V2. Lui, je l'avais pas vu venir ! Un petit retour au calme en suivant, avec le chemin revenu dans la plaine, qui nous offre une légère touche trialisante très ludique. Virages rapides, petits talus, tout y est pour vraiment s'éclater, et ces passages là ne dure décidément jamais assez... Cependant, le tracé nous réservera encore de bonnes surprises jusqu'au premier ravitaillement.

      Environ dix kilomètres au compteur et voilà que Franck et Pierre du club de Cancon me rejoignent et c'est en leur compagnie que je vais continuer le restant de la rando. Les chemins ressemblent plus pour l'instant à de larges fossés dans lesquels il vaut mieux garder une bonne trajectoire sous peine d’aller gouter à la terre comme ce fut le cas pour un collègue à peine quelques mètres devant nous. Hormis ce détail du chemin qui tient plus de l'ornière, rien n'est vraiment technique ce matin, et certains passages sont l'occasion de se tirer la bourre avec Franck. De jolies endroits sont aussi au programme, comme cette sortie d'un sous-bois en plein champ ou encore la magnifique descente le long d'un pré juste avant la pause. Un peu plus de quinze bornes et nous voilà arrivé au premier ravitaillement, joliment placé aux abords d'un vaste lac.

 

      La division du tracé se fait juste après cette pause, et nous voilà parti sur le cinquante. Il n'est pas rare de rouler en petits groupes ce matin, petits groupes qui se font et se défont au gré du rythme de chacun. Pourtant, nous aurions du profiter calmement des treize kilomètres suivant, et ne pas se chercher comme nous l'avons fait. La moindre montée est l'occasion de voir lequel des deux parviendra à griller l'autre, lançant toute notre énergie dans la bataille. Il faut dire aussi que le terrain se prête à merveille à ce genre de jeu ! Des champs, quelques sous-bois, jamais de techniques, il n'en fallait pas plus à Franck et moi pour constamment se défier ! Malgré tout, la montée juste avant Saint-Aubin va nous surprendre et nous allons doucement commencer à ressentir les effets de nos « gamineries ». On contourne Saint-Aubin, en groupe de quatre ou cinq, avant de descendre le long des vignes par une pente très rapide. Nous voilà de retour dans la plaine, au beau milieu de vastes prairies à l'herbes plus très vertes et où la petite végétation en souffrance après un été bien chaud fait peine à voir.

vlcsnap-2012-09-16-21h32m36s101      C'est maintenant, alors que notre position me revient soudainement à l'esprit, que nous allons amèrement regretter d'avoir griller autant d'énergie. En effet, on vient de se rappeler être déjà passé ici lors d'une précédente rando, et la suite n'annonce rien de bon. Nous filons tout droit vers le Pech de Rouet, au pied duquel trône une magnifique petite église entourée de cerisiers qui ont perdu leurs fruits depuis quelques temps déjà. Mais l'instant, tout bucolique qu'il soit, n'en est pas moins solennel... Arriverons-nous à grimper jusque sur le plateau de ce Pech sans y laisser des plumes ? Nous savons que la montée est ardue et c'est déjà défaitiste que l'on s'y attaque. Pas bon pour le moral ça. Il ne faudra pas longtemps pour que je pose les pieds, bientôt rejoins par Pierre alors que Franck continu son ascension. Enfin, nous voilà au bout de nos efforts, mais même à pieds, la montée ne fût pas une sinécure ! Croyant avoir passé le plus dur, nous retrouvons une bonne allure alors que nous longeons la plaine du pech de Rouet. Une petite descente plus loin et nous voilà en pleine plantation de pruniers. Mais le pire n'est pas derrière nous, loin s'en faut, il est maintenant devant, alors que l'on se dirige inévitablement vers le coteau de Trentels. On ne connaît pas le chemin, mais au vue de ce que l'on a devant les yeux, on se doute que cela sera pire que le pech de tout à l'heure ! Deux difficultés coup sur coup, voilà de quoi freiner nos ardeurs de tout à l'heure ! Et c'est une nouvelle fois poussant le vélo que je vais faire l'ascension de ce sentier tortueux qui prend un malin plaisir à vous faire zigzaguer jusqu'au sommet. Pourtant, le jeu en valait vraiment la chandelle tant le chemin au sommet est superbe, roulant et étroit et tant la descente sur l'autre versant jusqu'au second ravito l'est tout autant !

 

vlcsnap-2012-09-16-21h33m09s174      Le compteur affiche quasiment quarante kilomètres lorsque nous repartons de cette seconde pause, les jambes commençant à se faire plus douloureuses. Pour le coup, on peut dire que le plus dur est maintenant fait, puisque nous retournons dans la plaine. Pourtant, quelques petites montées entre deux champs de maïs vont malgré tout creuser les distances et c'est un peu avant Saint-Aignan que je vais perdre Franck de vue. Malgré cela, la petite dizaine de bornes qu'il reste n'est en rien comparable avec ce que l'on vient de faire et la fin sera tout aussi calme que le début. Et enfin, après quarante-huit kilomètres, me voilà revenu au point de départ, bientôt rejoint par Pierre, Franck étant là depuis quelques minutes déjà.

 

      Une rando fort sympathique ! De beaux points de vue, du roulant et du ludique, deux grosses bosses l'une après l'autre, des ravitos copieux, bref, de quoi passer une excellente matinée où l'on voit que le but recherché n'était pas la difficulté mais bien le plaisir du vététiste, et ça, ça fait du bien !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

On a aimé :

  • un tracé vraiment très joueur et qui a su nous étonner

  • des ravitos copieux

  • une difficulté bien dosée

 

On a moins aimé :

  • un balisage un poil léger par endroit

  • un départ libre, mais on aime ou on aime pas

 

Circuit : 48 kms / Durée : 3h / Moyenne : 16,9 kms/h / D+ : 798

 

 

Commenter cet article