Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Sortie autour de Cuzorn du 09 décembre 2012

11 Décembre 2012, 22:07pm

Publié par Piw

 

vlcsnap-2012-12-11-22h48m53s38Bonjour à toutes et à tous !

 

      A nouveau dimanche, nouvelle sortie ! Aujourd'hui, je vais proposer à mes collègues de faire la boucle autour de Cuzorn que j'avais déjà eu l'occasion de tester l'année dernière. Assez physique, mais qui propose de très bons passages. En plus de cela, les Pousse-Vélos se joindront à nous ce matin, pour un départ de la place du village sous une météo pour une fois clémente. Nous sommes neuf à partir, à savoir : Ludo, Nathalie, Etienne, Sébastien, Yohann, Guy ainsi que Patrick et David pour les Pousse-Vélos. La matinée s'annonce donc sous de très bons auspices !

 

      L'on quitte le village par le petit sentier qui monte derrière la salle polyvalente. Une longue portion de route en suivant afin de rejoindre la non moins bonne montée du Pech de Mirabel. L'air est encore bien frais, mais cette côte réchauffe petit-à-petit les organismes. Sur les hauteurs, on peut distinguer le sommet de l'église de Cuzorn qui se dessine au milieu des nuages encore bas. Nous quittons Laborderie par un sentier en passe de devenir vraiment sauvage et continuons notre descente jusqu'à la «Champignonnière » où un ancien lavoir côtoie des murs centenaires d'où émerge un splendide abris fait de vielles pierres. Un passage aux allures bucoliques mais qui se présente comme un faux-plat à la fois assez physique et plutôt technique, surtout à cause des feuilles qui dissimulent des cailloux toujours glissants par ici. Mais ce n'est que lorsque nous arrivons derrière Pech Peyrou que nous terminons cette ascension avec pour récompense une descente très rapide et tout en nuance. Le circuit ne tarde pas à nous faire redescendre sur Cuzorn, et nous ferons une halte devant l'église afin de réparer une crevaison pour Patrick.

      Nous quittons Cuzorn par l'autre côté, en direction de la forêt de la Tuque Rouge. Une nouvelle portion de route avant de retrouver les chemins. L'ambiance est excellente et chacun papote avec sovlcsnap-2012-12-11-22h49m42s32n voisin, tout en restant méfiant aux roublardises d'un Etienne qui ne semble pas affecté par la température de l'air et qui n'hésite pas une seule seconde à se jeter à corps perdu dans la première flaque d'eau à disposition. Il vaut mieux rester sur ses gardes... Le rythme a un peu ralentit comparé au début, alors qu'une petite côte parsemé de racines glissantes va nous donner droit à une petit gamelle pour Nathalie, gamelle toute en finesse, du genre « pof, je tombe sur le côté ». Pas de grand spectacle mais une chute survenue là où personne ne s'y attendait, c'est dans la boite !

      Toujours dans cette forêt, Guy va nous faire découvrir une sympathique bifurcation, où il faut rajouter une bonne grimpette et une superbe descente pour rejoindre la route du Moulin de Pombié.

 

      On trouve enfin un peu de plat sur ce chemin où nous venons de croiser des collègues du PechBike. On traverse Gineste, pour trouver un superbe single vraiment très joueur. Petites bosses, enchaînements de courtes montées et de courtes descentes et quelques passages en devers, c'est l'occasion pour certain de faire quelques tout droit, même s'il s'en est fallut de très peu pour ma part ! L'on débouche au beau milieu d'un pré juste après avoir traversé le ruisseau de Coudon en passant sur un pont qui accuse un certain âge et dont nous priâmes pour qu'aucune de ses vielles lattes ne cèdent sous notre passage... Mais tout ceci est bien beau, si ce n'est que la suite le sera nettement moins... Nous allons remonter sur les hauteurs de la Jasse Tesquet et l'ascension est assez éprouvante alors que chacun y va à son rythme. En fait, l'ambiance de cette matinée n'est pas vraiment aux défis ou aux bravades entres collègues, mais plutôt dans une atmosphère de promenade, histoire de passer une bonne matinée sans se fatiguer plus que de raison. Les différentes montées se feront donc dans un silence quasi religieux où chacun trouve (ou tente de trouver) son rythme et de ne plus le lâcher jusqu'au sommet. Cette côte en est le parfait exemple et la suivante, bien plus ardue encore, ne fait qu'appuyer cet état de fait. Bien sur, les jambes commencent à tirer un peu, mais le soleil qui nous caresse de ses rayons nous fait maintenant un bien énorme.

      Du Vignal, nous redescendons vers le lac du Marrou. En faire le tour ne fût pas une sinécure, et rappelez-moi la prochaine fois de ne pas s'y aventurer avant le mois d'août, quand tout est vlcsnap-2012-12-11-22h50m36s0sec et aride. Le but du jeu était à présent de ne pas poser un pied à terre sous peine de l'enfoncer jusqu'au cheville ou de ne pas glisser sous peine de... je vous laisse imaginer. Le chemin n'est qu'une immense pataugeoire où les flaques se collent les unes aux autres. Chaque trajectoires choisit est une partie de poker où chacun y va de sa petite ruse : Guy et Etienne en mode bourrinage du genre, plus vite on va plus vite on passe, Ludo et moi-même, en mode plus assuré, tâchant d'étudier un trajet plus sur sans pour autant être à cent pour cent certain de la chose, ou encore Patrick, en mode aventure, qui nous quitte carrément le chemin pour longer les rives du lac. Tout est bon pour tenter de laisser le moins de plumes possibles sur ce passage. Mais on peut dire une chose, ruse ou pas ruse, meilleure trajectoire ou pas, nos vélos sont tous dans le même état, et c'est bien là le plus désarmant : l'opération nettoyage va être plus longue qu'à l'accoutumée... Enfin, nous arrivons de l'autre côté du lac et après un petit temps de réflexion, nous décidons de remonter sur Gavaudun.

 

      Et c'est partit pour l'ascension des Termes de Lagraoule ! Cette large piste est l'un des passages les plus connus du coin, tant les deux murs successifs qui se dressent devant nous sont impressionnants ! La montée est ardue, mais tranquillement, ça passe. Enfin, nous enquillons pour le chemin du retour qui passe aux Anjeaux. Nous voilà à trente kilomètres, et le reste, mise à part une ou deux courtes montées, se fera principalement en descente, et cela fait du bien ! Un joli single très étroit juste avant la descente finale, descente qui aura son record de chute ! D'abord Etienne, quelques mètres devant moi, suivit de Sébastien un peu plus tard, alors que nous étions quatre ou cinq à avoir rejoint les voitures.

 

vlcsnap-2012-12-11-22h51m49s6      Presque trente trois kilomètres au compteur, pour un dénivelé somme toute élevé pour une telle distance. Un tracé assez exigeant, dommage qu'il y est deux ou trois portions de routes un peu longues, mais des passages superbes qui compensent ce petit défaut ! Une sortie en nombre de surcroît, dans une ambiance du tonnerre, et pour une fois, sous un soleil radieux, que demander de plus ? Merci aux Pousse-Vélos d'avoir partagé cette matinée avec nous en espérant avoir l'occasion de « recroiser le fer » ensemble dans le futur !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

Circuit : 32,5 kms / Durée : 2h30 / Moyenne : 13,1kms/h / D+ : 644

 

 

Commenter cet article