Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

Sortie entre Blanquefort(47) et Loubejac(24)

17 Octobre 2012, 20:12pm

Publié par Piw

 

vlcsnap-2012-10-17-21h48m14s62Bonjour à toutes et à tous !

 

      Aujourd'hui, nous avons décidés de partir de Blanquefort histoire de rouler un peu chez tous le monde. Ce sera donc mon tour d'être le maître de cérémonie et de proposer un circuit à mes collègues. Nous nous retrouvons sur la place du village vers 8h45. On est sept ce matin, à savoir, Etienne, Bernard et Sébastien pour le côté Biron, Ludo et Nathalie pour celui de Paulhiac et Guillaume et moi-même pour représenter Blanquefort. J'ai une vague idée du tracé que l'on va suivre, en espérant qu'il ne dépasse pas trop la trentaine de kilomètres ! En plus d'être incertaine, la météo est plutôt fraîche, mais au moins il ne pleut pas encore et nous serons vite réchauffés dès les premiers tours de pédales.

 

      On quitte le village par la rue « bombe-cul » comme on l'appelle chez nous, celle qui passe devant le bar. On suit le chemin classique jusqu'à Mazon et tournons sur droite en direction de la Croix de Veyrines. Mon idée est de rattraper Sauveterre puis de filer sur les hauteurs de Loubejac et revenir par Lavaur. Le circuit doit plus ou moins tomber dans la trentaine, mais une ou deux bosses sur le parcours risquent de ralentir le rythme. La descente jusqu'à Sauveterre est magnifique, empruntant une variante du GR et tout en single rapide, sinueux, quelques-fois en devers mais toujours sous la douce protection de dame forêt. Un peu de bitume pour la suite, et l'air dans la vallée est toujours aussi glacial. On dépasse l'Estang et pénétrons dans la forêt du « Chêne Noir ». Un joli passage dans ce pré perdu au beau milieu des bois avant de trouver le premier gros morceau de ce matin, un bonne montée jusqu'au Longal. Petit-à-petit, tous le monde passe et je pense que l'on va plus se souvenir de ce qui va arriver maintenant que de cette petite côte...

vlcsnap-2012-10-17-21h48m57s211      La suite se présente comme une descente rapide et roulante, sur un chemin assez large. Etienne en tête, suivit de Bernard puis du reste du groupe. Ça descend bien, si bien que Bernard va nous faire une jolie gamelle par le talus ! Impressionnante gamelle même si rien de bien méchant au final, tous cela pour éviter une ronce... Moralité, au lieu de monter une lame de débroussailleuse de chaque côtés de vos roues, faites appel à Bernard ! Bernard, notre spécialiste anti-ronces, celui qui lâche le guidon pour vous faire le passage ! Bernard, un désherbant pas cher et biologique ! Bref... Plus de peur que de mal finalement et nous remontons en selle pour la suite...

 

       On va rouler jusqu'à Laspeyrilles par un chemin très agréable où en premier lieu une belle flaque d'eau a faillit m'accueillir les bras grands ouverts et moi la tête presque la première. Nous trouvons ensuite un bon fossé que la jeunesse du groupe va se faire plaisir à dévaler et à remonter maintes et maintes fois pendant que Ludo et Nathalie en étaient à ramasser les châtaignes et les quelques champignons qui se trouvaient là. Bernard est parti devant pour prendre un peu d'avance pendant que Sébastien regardait le spectacle d'un air amusé... Et moi... ben moi... je ne savais plus trop quoi penser de la drôle de brochette de vététistes que l'on formait tous ensemble... Une bonne bande de gaulois comme auraient pu les imaginer Uderzo et Goscinny. Mais c'est aussi ça la magie du vtt, ne pas se prendre la tête, déconnecter de la réalité, perdre la notion des heures qui défilent et être là, à l'instant présent, seul ou en groupe et profiter, c'est tout. La simplicité dans son plus humble apparat, pourtant vêtue de mille et une choses.

      Le chemin, qui tient en réalité plus du sentier, nous conduit jusqu'à Cinq Albres et quitte la route sur droite dans une portion qui n'a pas l'air des plus pratiquée. Ça descend, mais en douceur, car à par quelques marcheurs, ce chemin n'a pas du souvent voir des passages de deux roues. Ronces, branches, bref, tout ce qui fait le lot d'un tel chemin qui respire l'ancienneté. Presque arrivé en bas, nous allons tout bonnement le perdre et se la jouer trial pour un passage bien plus amusant qu'il n'y paraissait au premier abord ! J'espère que tous le monde en a profiter, parce que ce qui nous attend maintenant restera très certainement dans la mémoire de certain... Une bonne grosse montée comme on les aime, une piste très technique, où la pluie a façonner au fil des ans de profondes ornières, laissant apparaître à divers endroits pierres et cailloux de toutes les grosseurs. Et en plus de cela, sa n'en finit jamais ! Tout au plus, la pente est moins raide, mais toujours pas de plat. Nous profiterons d'un espace un peu plus dégagé pour attendre tous les monde et pour manger un bout avant de repartir pour terminer cette ascension et retomber non loin de le Garrit. Mais encore une fois, le jeu en valait la chandelle...

 

vlcsnap-2012-10-17-21h50m06s160      Nous voilà prêt pour ce que l'on va annoncer comme la dernière partie de cette sortie. On va suivre divers balisages permanent, jonglant entre diverses boucles pour finir dans la vallée, aux pieds de Lavaur. Quasiment que de la descente pour arriver jusque là, et quels passages ! Que ce soit ce superbe sentier sinueux débouchant au milieu d'un champ, cette portion technique où il fallut se jouer des pierres amoncelaient tout du long ou encore cette vue sur la voie ferré plusieurs mètres plus bas qui tient presque d'une carte postale, vraiment, peu de kilomètres mais un condensé de bonnes et même de très bonnes choses ! Enfin, pour le retour, nous éviterons la montée ardue ET technique jusqu'à Soucial et passerons par le chemins des Trois Fontaines avant de remonter sur Lavaur. Nous rentrerons par la piste jusqu'à Mazon avant de redescendre à l'église de Blanquefort par le GR puis sur la place par le petit raspaillou bien pentu passant derrière le château.

 

      Presque trente trois kilomètres en deux heures et vingt minutes, c'est assurément pas un record, mais bien que certains passages furent assez physiques, nous avons surtout profiter des superbes chemins qu'il y a dans ce coin sans chercher à se faire mal, ni même à se tirer la bourre, allez, juste une fois, et encore, à la toute fin... En fait, nous fûmes vraiment très sage sur ce point là ce matin, mais seulement sur ce point là ! En tous les cas, je suis fier d'avoir fait découvrir ces chemins à mes collègues et qu'ils se rassurent, j'en ai encore pas mal dans les tiroirs en prévision des futures sorties par chez moi !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

 

Circuit : 32,9 kms / Durée : 2h20 / Moyenne : 14,1 kms/h / D+ : 891

 

 

Commenter cet article