Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Entre Périgord et Quercy, les récits et vidéos de nos sorties VTT

La randonnée des 3 châteaux à Naussannes(24) du 12 mai 2013

17 Mai 2013, 20:34pm

Publié par Piw

 

vlcsnap-2013-05-17-22h21m47s150Bonjour à toutes et à tous !

 

          Les semaines défilent et la saison des randos bat son plein. Chaque dimanche est l'occasion de découvrir de nouveaux lieux et nouveaux chemins. Après les vastes prairies Canconnaise de mercredi, direction les profondes forêts du Périgord, direction Naussannes. Voilà ce matin la troisième édition de cette randonnée qui nous avait enchanté et éblouit l'année passé. Pas question de rater cette occasion de venir rouler en ces terres. Deux circuits sont aux choix aujourd'hui : trente et quarante-cinq kilomètres. En compagnie de Guillaume, nous arrivons sur place un peu après huit heures quinze et retrouvons Stéphane et Etienne. Laurent et Dominique sont aussi présent et c'est en leur compagnie que je vais passer cette matinée. Loin du temps de mercredi, le ciel reste d'un gris monotone, et une pluie drue et fine tombant tout en douceur va nous arroser tout au long de l'inscription, poussant son vice jusqu'à l'heure du départ. Notre choix se porte naturellement sur le plus grand circuit et à neuf heure, le départ est donné au même moment où cette pluie matinale fait mine de vouloir s'arrêter.

 

          Le départ est sensiblement le même que l'année dernière et nous quittons Naussannes par le GR. Les premiers kilomètres sont l'occasion de se mettre en jambe et de tacher de tenir son rythme, chose pas toujours évidente quand on est si nombreux. Un peu après la traversée du ruisseau de Naussannes, nous quittons rapidement le GR et entrons dans une forêt composée pour l'essentiel de larges et hautes pinèdes. Ça roule tranquillement et savons que nous allons longer les murs du premier château de cette rando et en salivons d'avance. Et lorsque les dernières feuilles des branches encore gorgées d'eau de pluie se font moins nombreuses et moins basses, laissant leur place à de magnifiques marronnier, le silence se fait roi au sein de notre groupe, gravant dans nos mémoires le spectacle qui nous offert : le château de Luzier. Celui-ci, d'abord de type médiéval et édifié au XIVème siècle, fut détruit, reconstruit et Photos2013 9162modifié à partir de la fin du XVIIème siècle(*). Il faut savoir que le chemin où nous roulons actuellement est privé, autant dire que nous ne perdons pas une miette de tout cela ! Enfin, nous laissons ce monument de notre histoire derrière nous et entrons de nouveau sous l'épais couvert des arbres.

          Le groupe du départ commence peu à peu à s'étioler, et le parcours se veut déjà un peu plus physique. Une bonne montée pas longue mais assez raide pour revenir sur les hauteurs et de nouveau en prendre plein la vue. Ce fameux passage l'année dernière qui nous faisait traverser une vaste pâture dans un sentiment de liberté totale est à présent devant nous. Même si le soleil n'est présent pour enjoliver les lieux, que dire si ce n'est que c'est génial, tout simplement ! Il faut faire cette rando, ne serait-ce que pour ce passage, moment de quiétude et de contemplation comme rare il en existe. C'est un peu plus loin que je vais retrouver Dominique, Stéphane et Laurent, continuant dès lors tous ensemble. Le terrain se calme un peu, hormis un sympathique single assez technique mais très joueur. Larges chemins et courtes portions de routes se partagent l'essentiel de la suite, jusqu'à se que nous arrivions au premier ravitaillement. Et avant celui-ci, comme sortie de nulle part, nous allons être agréablement surpris de découvrir le second château, celui de Banne. Site déjà stratégique à l'époque gallo-romaine puisque les gaulois y établirent un oppidum. Ce n'est que plus tard que s'érige la forteresse et qui devient la propriété de Jean de Seignal au XIVème siècle. Démantelé à la fin de la guerre de Cent Ans, celui-ci sera reconstruit au milieu des années 1500 par l’évêque de Sarlat qui apportera une grande rigueur quand au respect de certains éléments du Moyen Age(*). Difficile de ne pas tomber en admiration devant cet imposant édifice émergeant du passé comme si le temps n'avait eu aucune emprise sur lui. Pourtant, il est si simple que d'imaginer toutes les histoires dont regorgent les moindres pierres et moindres recoins du bâtiment, et l'on se surprendrait presque à vouloir remonter le temps pour en découvrir toutes les subtilités. C'est les yeux rivés sur ce monument que nous dévalons la route, forcés au bout d'un moment de remettre les pieds sur terre et de reprendre le cour des évènements. Et c'est un peu plus loin, juste aux abords de l'église du château que se tient le premier ravitaillement.

 

Photos2013 9061          Allez, après cette escapade historique suivit de cette pause revigorante, il est temps de se remettre en route, de bien belles choses nous attendent encore. Les kilomètres suivants seront roulant et même très roulant ! La moyenne s'élève doucement, alors que se succèdent forêts, champs et quelques mono-traces bienvenues. La descente qui nous conduit jusqu'à Lavergne Basse est rapide et jouissive, avant que la fougue de chacun s'atténue devant la montée assez longue qui annonce la séparation des circuits. Stéphane décide de nous quitter suite à un problème mécanique, c'est donc tous les trois que nous partons sur le circuit de quarante-cinq kilomètres sans la moindre hésitation. Même si les nuages ne font mine de vouloir tirer leur révérence, nous avons pour l'instant échappé à la pluie, mais cela ne va pas durer... Un petit muret à passer pour descendre entre deux très anciens murs où arbrisseaux en tous genres ont élus domicile. Toujours sous le couvert des arbres, nous entamons une longue portion de descente qui va nous permettre de rejoindre le GR au cœur du Rocher du Corbeau. Ça remonte à présent, plus sèchement que jusqu'alors.

           De mono-traces en... mono-traces, nous égrenons les kilomètres, et quel plaisir ! Quelques passages techniques ici et là, mais toujours sur un chemin qui respire l'ancienneté et où la végétation prend par endroit des formes inattendues dès l'instant où d'anciennes ruines viennent l'accompagner, les ruines du Mas de Bonnet. Nous sommes un petit comité,à rouler en file indienne, et les discussions vont bon train. Impossible de deviner à cet instant que nous faisons des tours et des détours sur les hauteurs de Bayac ! Le chemin ne s'est guère élargit depuis tout à l'heure et c'est à présent sur les abords de ce qui semble être une combe vraiment profonde que nous roulons. Enfin, le retour à la civilisation va s'opérer à Bayac, avec en prime, le deuxième ravitaillement, déjà ! Autant dire que nous n'avons pas vu le temps passer, tout que nous étions à slalomer sur ses étroits « caminols  avant de les laisser de nouveau à la sauvagine des environs. Encore une fois, nous prendrons notre temps et profiterons de cette pause malgré tout bienvenue.

 

vlcsnap-2013-05-17-22h22m05s60           Il est l'heure de repartir, il nous reste une vingtaine de kilomètres à découvrir. La pluie s'invite finalement sur le parcours, mais le couvert des feuilles nous protège la plupart du temps. Une bonne portion roulante histoire de se remettre dans le bain, et il fallait bien ça, car la suite annonce du lourd. Sitôt que nous avons passé les Hyvernats, la montée se fait sournoise. Un léger faux-plats, vraiment très léger sur le début, tant et si bien que nous tenons un rythme assez rapide. Mais insidieusement, la montée va se faire de plus en plus ardue, jusqu'à ce que nous réalisions qu'en fait, ça monte drôlement ! Malgré tout, cela ne nous empêche pas de trouver matière à discussions pour enfin apercevoir les premières bâtisses de Boyer et la fin de cette ascension d'un peu plus de deux kilomètres. La pluie se fait plus forte, rendant les chemins plus glissant qu'ils ne l'étaient déjà. Nous n'en avons pas finit avec les montées, et la suivante est tout aussi intéressante que la précédente. D'emblée, le chemin s'est changé à flaques et bauges plus ou moins profondes, et reconnaissant les lieux, je sais que nous allons en baver. Un mur se dresse devant nous, un passage qui grimpe et qui glisse. Certain passeront sans trop de soucis alors que d'autres (moi y compris) donneront dans la marche à pied, n'ayant pas su garder une trajectoire correcte. Pourtant, la troisième pause nous attends sur les hauteur et la pluie montre des signes de faiblesse au moment où nous arrivons au ravitaillement.

           Lorsque nous repartons, la pluie a définitivement cessé et nous rejoindrons rapidement Monsac. De nouveau sur le GR, nous apercevons la nouvelle côte à laquelle nous allons avoir à faire d'ici peu. Dominique nous rassure : « dès que vous voyez la table de camping, c'est bon ! » Ok, c'est cool, mais ça ne nous dit pas dans combien de bornes elle se trouve... Pourtant, plus de peur que de mal ici, et c'est assez aisément que nous laissons cette fameuse table en bois derrière nous, ainsi que l'une des dernières difficultés de ce matin.

Photos2013 9371          Les derniers kilomètres sont devant nous, et encore de très belles choses ! La traversé du Couzeau va définitivement nous tremper les chaussettes, avant d'enchaîner sur des singles vraiment joueurs jusqu'à Le Couderc. Nous nous trouvons à présent au beau milieu d'un camping encaissé entre deux collines et où les eaux de cet étang qui nous accueille sont d'un bleu limpide, comme une invitation à la baignade.  Finalement, toujours cette succession de mono-traces pour remonter sur les hauteurs et trouver des prairies dont nous n'avions pas vue la couleur depuis le début de la rando. Mes deux comparses ont enclenché la cinquième et roulent à vive allure devant moi, alors que je tire une langue comme ça tentant vainement de les rattraper. L'arrivée est à présent devant nous, et la pression n'a qu'à bien se tenir !

 

           Et bien, tant de choses à dire et à raconter sur cette rando qu'il fallait bien un récit un tantinet plus long que la normale. Tout fut superbe, du tracé au balisage à l'organisation et aux ravitos, ce fut un bonheur et un plaisir immense que de venir rouler ici, malgré un temps plus qu'incertain qui ne gâcha finalement en rien cette fête de tous les instants. De l'or en barre, et partir à la découverte des châteaux Baumontois tout au long du tracé fut d'une immense richesse. Nous avons eu droit aujourd'hui à une rando chargé d'histoire, qui a su nous faire remonter le temps et nous dévoiler un pan de notre passé tout en laissant notre imagination voyager au gré des paysages et d'anciens édifices. Quelle très belle façon que de se replonger dans notre passé qu'il faut tenter d'appréhender, de comprendre et d'apprécier pour en faire un devoir de mémoire afin que les générations futures n'oublie pas ceux qui ont vécus bien longtemps avant elles et qui ont forgé, le temps de leur passage, les vestiges de ce qui fait dorénavant partie de notre culture et de notre patrimoine.

 

Une rando à vivre et à revivre chaque année, à découvrir, faire découvrir et à redécouvrir sans jamais se lasser !

 

Sur ce, à dimanche prochain pour une nouvelle sortie !

 

Votre serviteur, Piw

 

On a aimé :

  • Des châteaux magnifiques

  • Un tracé très joueur

  • Une organisation et un balisage au poil

  • Un air de découverte du patrimoine très plaisant !

Circuit : 43 kms / Durée : 3h06 / Moyenne : 14,9 kms/h / D+ : 850

 

(*) Sources : - Le blog des châteaux forts : http://chateau.over-blog.net

                        - Le DRAC Aquitaine : http://aquitaine.culture.gouv.fr/

                        - Et merci aux organisateurs pour les photos tout au long de la rando

 

 

120513.jpg
 

Commenter cet article